1990 : le Pentagone croyait que des super-héros soviétiques pouvaient lancer de la foudre

Une théorie du complot made in Washington…


Paru sur Sputnik News sous le titre 1990: Pentagon Believed Superhero Soviets Could Shoot Lightning From Their Hands


Au crépuscule de l’Union Soviétique, des officiels du Pentagone étaient sûr que les scientifiques russes avaient maîtrisé des capacités surhumaines qui permettaient à des sujets de lancer de la foudre par la seule puissance de l’esprit.

Des documents récemment déclassifiés en lien avec le projet StarGate démontrent que certains membres du Pentagone ont cru les espions russes capables de produire de la foudre globulaire en utilisant leur cerveau comme « superconducteur » et ce, jusqu’en 1990.

Selon les documents, cette année-là, un membre de la Defense Intelligence Agency (Agence du renseignement de la défense, DIA) s’est intéressé à un article du Journal chinois de science somatique, lui-même traduit d’un article du magazine soviétique Science and Life (Science et vie). L’officiel a ensuite retraduit la traduction chinoise pour les dossiers du Pentagone, et l’incorporer au programme StarGate.

[NdT : Et le Pentagone n’était pas le seul… Texte du tweet ci-dessus : « Un mémo de la NSA de 1977 affirme que des médiums soviétiques pourraient utiliser leurs pouvoirs pour envoyer des villes dans une autre dimension ».]

L’article se concentrait sur les « super-sensitifs » – des maîtres allégués de « super-perceptions » avec « des capacités exceptionnelles » qui leur aurait permis de diagnostiquer et de guérir des maladies « mieux que des médecins » en utilisant seulement leurs mains. Selon l’article, les super-sensitifs peuvent « ressentir le champ biologique avec leurs mains » à quelques centimètres d’un patient. De plus, leurs capacités étaient censés se développer avec le temps, au point de leur donner des « capacités surhumaines de guérison de maladies ».

La traduction décrit aussi une conversation avec le « Directeur adjoint de l’institut de radio-technologie et d’électronique de l’académie soviétique des sciences, et directeur du laboratoire de radio-technologie et télédétection » – au cours de la conversation, le directeur avait apparemment dit qu’il avait découvert une plante capable de « détecter les preuves d’un crime » et de les transmettre à un « super-sensitif ».

« Quand un super-sensitif se concentre, il peut intensifier six fois son champ biologique. Par exemple, il y a deux cent ans, toute l’Europe était stupéfaite par les découvertes de (Franz] Mesmer. C’était le premier super-sensitif de cette époque. Il était capable de percevoir une espèce spéciale de magnétisme de la Terre et grâce à cela, il pouvait soigner les maladies des gens », affirme l’article.

Mesmer était un scientifique allemand qui s’intéressait à l’astronomie et croyait que des transferts naturels d’énergies s’opéraient entre des objets animés et inanimés (ce qu’il appelait le « magnétisme animal »). Son hypothèse a été discréditée à la fin du XVIIIe siècle, et il avait été forcé à l’exil.

(« Au cours de la Guerre froide, la communauté des renseignements US craignait que les médiums soviétiques envoient de la propagande directement dans nos cerveaux par ondes psychiques. »)

Conductivité cérébrale

Cet article affirme que le cerveau peut fonctionner comme un « superconducteur », ce qui aurait permis aux super-sensitifs de créer de la « foudre en boule » à partir d’un « champ énergétique », qu’ils « n’auraient qu’à concentrer ».

Selon des discussions avec un chercheur en laboratoire, physicien et mathématicien, au cours de recherches sur le contrôle de la température corporelle, les Soviétiques avaient découvert que la source du pouvoir magnétique est « la peau ». Les soi-disant « super-sensitifs » auraient même été capables de ramener des plantes mortes à la vie.

« Voici ce que cette personne fait – il tend les deux mains à 15 à 20 centimètres de feuilles vertes desséchées, et il semble leur ré-infuser une vie. Au bout de quelques minutes, les feuilles commencent à briller, et ont été rendues à la vie », continue l’article.

En conclusion, l’auteur de l’article dit que tous ceux qui douteraient de la véracité de ces capacités apparemment surhumaines sont « stupides » et « arrogants ».

« Est-ce que la mécanique quantique compte pour quelque chose ? Pensez-vous que tous les animaux du monde sont aussi simplistes que vous ? Nous entrons dans un autre monde. La peau est une machine biologique vivante d’une grande complexité. C’est l’un des principaux objets de nos recherches de long terme. La source de la puissance électrique corporelle résulte de l’électricité statique générée par la friction », conclut l’article.

Le projet StarGate a été établi en 1978 à fort Meade, dans le Maryland, par la Defense Intelligence Agency (DIA) et SRI International (un sous-traitant californien) pour enquêter sur les applications militaires et de renseignements possibles de phénomènes psychiques potentiels.

Ingo Douglas Swann était l’initiateur du projet. C’était un médium autoproclamé, un artiste et un auteur connu pour avoir co-créé, avec Russell Targ et Harold Puthoff, la « vision à distance » – un processus par lequel les observateurs étaient censément capables de voir un lieu éloigné sans autre aide que ses coordonnées géographiques.

Dans une des séances détaillée dans le dossier StarGate, Swann avait censément « transféré sa conscience sur la planète Jupiter ».

Traduction Entelekheia

Note de la Traduction : Muckrock, dont deux des tweets ont été insérés ici, est un magazine en ligne américain spécialisé dans les dossiers déclassifiés.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :