La dédollarisation continue : La Chine et l’Iran en passe d’éliminer le dollar de leur commerce bilatéral

Trump, Bretton Woods, dédollarisation, dollar, yuan, crise, économie, USA, Chine, Iran, Russie, Pakistan, commerce, international, monnaie, réserve, Arabie saoudite, Canada, UE, droits, douane, Kadhafi, or,

Si les USA semblent multiplier les faux pas diplomatiques et les décisions brouillonnes dernièrement, c’est qu’ils tentent de continuer envers et contre tout à développer leur système, mais sans plus en avoir les moyens militaires ou la crédibilité diplomatique. De son côté, pour stabiliser les échanges internationaux et se donner l’environnement paisible dont elle a besoin pour le déploiement de son énorme projet pour le XXIe siècle, la nouvelle Route de la soie (alias One Belt One Road, alias Initiative Belt and Road), qui couvrira à terme non seulement le continent eurasien, mais aussi l’Afrique et les pays d’Amérique du Sud volontaires pour s’y joindre, il est impératif pour la Chine d’éliminer le pouvoir de déstabilisation des USA. Et pour cela, il faut que le dollar cesse d’être la monnaie de réserve mondiale, de façon à leur « couper les vivres ». Certes, si elle le voulait, la Chine pourrait abattre le dollar en quelques jours, mais elle coulerait avec, ainsi que tout le système économique mondial. D’où une dédollarisation pas à pas, étape par étape, avec la réintroduction de l’or pour garantir sa monnaie et des systèmes alternatifs mis en place au fur et à mesure, et qui avance lentement mais sûrement.
Dernier épisode en date.


Par Tyler Durden
Paru sur Zerohedge sous le titre De-Dollarization Continues: China, Iran To Eliminate Greenback From Bilateral Trade


Plus Washington se démène contre ceux qui ne se soumettent pas à l’ordre mondial unipolaire, plus le reste du monde se défend. Alors que le lancement des contrats à terme sur le pétrole en yuans/or se profile dans un proche horizon, la Chine pousse son schéma de dédollarisation encore plus loin en recherchant un accord bilatéral en rials et yuans avec l’Iran.

Rappel : rien n’est éternel

Le statut de monnaie de réserve mondiale ne dure pas

L’ancien chef économiste de la Banque mondiale veut remplacer le dollar américain avec une super-monnaie unique, qui selon lui créera un système financier mondial plus stable.

« La domination du dollar est la cause première des crises économiques et financières mondiales », a dit Justin Yifu à Bruegel, un think tank basé à Bruxelles. « La solution à cela est de remplacer la monnaie nationale par une monnaie mondiale. »

L’heure est grave pour l’hégémonie du dollar. Comme l’a dit le président de la Russie Vladimir Poutine au cours du dernier sommet des BRICS à Xiamen en septembre dernier,

« La Russie partage les préoccupations des pays des BRICS sur l’injustice de l’architecture économique et financière mondiale, qui ne donne pas sa juste place au développement croissant des pays émergents. Nous sommes prêts à travailler avec nos partenaires pour encourager des réformes de la régulation financière internationale et surmonter la domination excessive du nombre limité des monnaies de réserve. »

Comme Pepe Escobar l’a récemment noté, « pour surmonter la domination excessive du nombre limité des monnaies de réserve » est une façon polie d’exposer ce dont les BRICS débattent depuis des années : comment contourner le dollar, ainsi que le pétrodollar.

Pékin est prêt à appuyer sur l’accélérateur. Bientôt, la Chine lancera ses contrats à terme sur le pétrole en yuans et aujourd’hui, comme le rapporte RT, Téhéran et Pékin sont déterminés à trouver des moyens d’éviter le dollar comme monnaie de facturation dans leur commerce, selon un rapport du quotidien économique iranien Financial Tribune.

Le sujet de la dédollarisation a été soulevé au cours d’une réunion entre le conseiller politique au gouvernement chinois Chen Yuan et des officiels de la Banque centrale iranienne à Téhéran.

« L’accord rial-yuan bilatéral peut jouer un rôle significatif dans l’augmentation du volume des échanges commerciaux entre les deux pays, et à ce sujet, nous avons mené une série de négociations avec le président de la Banque centrale de la RPDC », a dit le gouverneur de la Banque centrale d’Iran, Valiollah Seif. »

Téhéran a pour but d’éliminer le dollar dans son commerce, et a tenté de signer des accords de change de devises avec quelques pays-cibles.

Chen a dit que l’Iran et la Chine devraient développer leur liens bancaires et a également souligné l’injustice du système financier existant, dominé par une poignée de pays développés. Il a ajouté que les autres pays réussiraient mieux si le système injuste était éliminé.

« Nous pourrions utiliser notre expérience avec les pays d’Europe dans l’établissement de l’euro comme monnaie commune entre de nombreux pays, qui n’est pas exclusivement contrôlé par un pays unique. Mais d’ici là, nous devons utiliser à plein nos capacités actuelles pour étendre nos relations bancaires », a-t-il ajouté à l’adresse du quotidien iranien.

Comme Federico Pieraccini, de la Strategic Culture Foundation, l’avait noté, jusqu’à ces dernières décennies, toute idée de départ du pétrodollar était vue comme un menace directe à l’hégémonie mondiale des USA qui exigeait une réponse militaire. En 2017, étant donné la baisse de crédibilité des USA due à ses guerres contre des petits pays (en laissant de côté des pays comme la Russie, la Chine ou l’Iran, qui ont des capacités militaires bien supérieures à tout ce que les USA ont rencontré depuis plus de 70 ans), un recul dans l’emploi du système fondé sur le dollar est en train de se produire dans de nombreux pays.

Au cours de ces dernières années, beaucoup de nations opposées à Washington ont réalisé que la seule façon de contenir les retombées de l’effondrement de l’empire américain est de progressivement abandonner le dollar. Cela sert à limiter la capacité de Washington à nourrir son appareil militaire en créant des outils alternatifs, dans les secteurs de l’économie et des finances, destinés à éliminer la domination de Washington. Ce point est essentiel dans la stratégie sino-iranienne d’unification de l’Eurasie et d’annihilation de la domination des USA.

La dédollarisation, pour Pékin, Moscou et Téhéran est devenue une priorité stratégique. Éliminer la capacité illimitée de dépense de la Fed et de l’économie américaine signifie limiter l’expansion impérialiste des USA et stabiliser la situation internationale. Sans puissance militaire US pour renforcer et imposer l’utilisation du dollar américain, la Chine, la Russie et l’Iran ont ouvert le chemin à des changements importants dans l’ordre mondial.

Les USA se sont tirés une balle dans le pied en accélérant ce processus à travers leur expulsion de l’Iran du système SWIFT (qui a ouvert le chemin à la Chine pour y installer son alternative, connue sous l’acronyme CIPS) et leur imposition de sanctions à des pays comme la Russie, l’Iran et le Vénézuela. Cela a également accéléré l’exploitation minière et l’achat d’or par la Russie et la Chine, contrairement à la situation des USA, avec des rumeurs persistantes selon lesquelles la Fed ne possède plus d’or. [La Fed a refusé tout audit des réserves d’or des USA depuis l’administration Eisenhower, entraînant une controverse nourrie sur l’absence possible de l’or en question, Ndt]

Que la Russie et la Chine se préparent à soutenir leurs monnaies par de l’or, si le dollar s’effondre ou quand il s’effondrera, n’est pas un secret. Cela a poussé des pays non-alignés à commencer des opérations dans un environnement dédollarisé, à travers des systèmes financiers alternatifs.

Pour la Chine, l’Iran et la Russie, ainsi que pour d’autres pays, la dédollarisation est devenue une question urgente.

Traduction et note d’introduction Entelekheia

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :