Qui sont les « rebelles » présents dans la Ghouta orientale ?

Par Matija Lukač
Paru sur Balkan Post sous le titre Eastern Ghouta in the shoes of Aleppo: the media propaganda again.
Extrait traduit ici paru sur OffGuardian sous le titre Who are the US, UK and France trying to protect in Eastern Ghouta?


L’inquiétude pour les civils que les puissances occidentales affichent n’est qu’une nouvelle entourloupe pour prolonger autant que possible l’existence de groupes terroristes. Il faut se poser la question que les médias dominants se gardent bien de poser : qui exactement les États-Unis, le Royaume-Uni et la France essaient-ils de protéger dans la Ghouta orientale?

JAISH AL-ISLAM

Le célèbre groupe Jaish al-Islam est le plus important groupe terroriste de la Ghouta orientale qui abrite leur quartier général. Ils sont considérés comme des « rebelles modérés » par l’Occident. Mais quand on sait ce que le nom du groupe même signifie*, on ne voit pas comment un tel groupe pourrait être « modéré »? Ils ont une idéologie salafiste et ils sont profondément haïs par les habitants de Damas qui les considèrent comme la première cause de leurs souffrances. Jaish al-Islam est une organisation terroriste génocidaire qui n’a qu’un seul objectif, l’extermination et l’asservissement des minorités religieuses syriennes.

Le groupe est né le 29 septembre 2013 à partir de la fusion de dizaines de groupes terroristes ; son noyau de base était Liwa al-Islam qui avait deux ans d’existence. Le fondateur de cette faction était le tristement célèbre Zahran Alloush, fils du célèbre érudit salafiste Abdullah Muhammad Alloush.

Jaish al-Islam a commis des attentats terroristes terriblement meurtriers à Damas, et il est responsable de la mort de milliers de civils. L’un des pires crimes que ce groupe a commis est connu sous le nom de massacre d’Adra, au cours duquel des dizaines de civils ont été brutalement massacrés, décapités et parfois brûlés vifs. De nombreux civils enlevés à Adra ont par la suite été placés dans des cages en fer sur des places publiques de la Ghouta orientale (comme « boucliers humains » ndt) le 1er novembre 2015*. Cet acte a soulevé l’indignation du peuple de Damas.

Zahran Alloush a été tué lors d’une frappe aérienne le 25 décembre 2015 ; les citoyens de Damas ne pouvaient espérer recevoir un meilleur cadeau de Noël.

Pendant de nombreuses années, Jaish al-Islam a été allié à la branche syrienne d’Al-Qaïda, le Front al-Nusra. Mais l’alliance s’est rompue à cause de querelles sordides sur la répartition  de l’argent qu’ils recevaient des pays du Golfe, ou de celle du butin récolté lors de leurs activités criminelles.

Pour l’Occident, Jaish al-Islam fait partie de l’ « opposition modérée » syrienne.

HAYAT TARIR AL-SHAM (ANCIENNEMENT FRONT AL-NUSRA, AL-QAÏDA EN SYRIE)

Ce célèbre affilié d’Al-Qaïda est présent dans la Ghouta orientale depuis fin 2011. Il n’y a pas grand-chose à dire sur cette organisation terroriste que l’on ne sache pas déjà. Fondée fin 2011 et officiellement déclarée en janvier 2012, l’organisation est responsable d’un grand nombre des atrocités commises dans toute la Syrie. L’attaque la plus odieuse contre Damas a probablement eu lieu en décembre 2016, lorsqu’un de leurs membres a envoyé deux de ses filles de 7 et 9 ans commettre un attentat suicide à la bombe contre le poste de police du quartier de Midan. La fillette de 7 ans, Islam, s’est fait exploser au poste, mais sa sœur Fatemah a échappé à la mort, parce qu’elle n’a pas pu entrer dans le poste**. Voilà le genre d’organisation terroriste qu’est Al-Nusra.

Comme le stipule la Résolution 2401 du Conseil de sécurité des Nations-Unies, tout groupe ou individu affilié à Hayat Tahrir al-Sham est une cible légitime.

FAYLAQ AL-RAHMAN

Cette organisation terroriste opère exclusivement dans la province de Damas. On leur a livré des systèmes de missiles antichars filoguidés BGM-71 TOW, et ils sont également considérés comme des forces d’opposition modérées appartenant à l’ « Armée syrienne libre ». En réalité, ils ne sont pas différents des autres groupes terroristes. Ils sont presque constamment alliés au Front al-Nusra, sauf quand ils se disputent avec cette organisation terroriste pour savoir qui dirigera les prières du vendredi.

AHRAR AL-SHAM

L’organisation criminelle salafiste Ahrar al-Sham, probablement le plus grand groupe terroriste en Syrie, est aussi présente dans la Ghouta orientale où elle est actuellement alliée à Jaish al-Islam. Ils ont été les alliés de Faylaq al-Rahman jusqu’au 11 mai 2017, date à laquelle ils se sont alliés avec Jaish al-Islam contre le Front al-Nusra, dans le cadre des conflits qui ont opposé entre eux les groupes terroristes de la Ghouta orientale.

Ahrar al-Sham, qui change de camp comme de chemise, est probablement le meilleur exemple du chaos et de l’anarchie qui règnent dans la Ghouta orientale. Aujourd’hui, ce sont de féroces ennemis du Front al-Nusra, pour des motifs dérisoires. Leur existence dans la Ghouta orientale dépend entièrement de leurs relations avec Jaish al-Islam.

* * *

Toutes ces factions partagent la même idéologie takfiri et bénéficient du même soutien financier des pays du Golfe. Certaines d’entre elles sont directement soutenues par les puissances occidentales. Elles sont toutes responsables de milliers de morts et de dizaines de milliers de civils blessés dans la ville de Damas. Elles font toutes pleuvoir quotidiennement des obus de mortier et des missiles sur Damas, et leurs combattants sont considérés par plus de 7 millions d’habitants du grand Damas comme des terroristes, des criminels et des barbares qu’il faut anéantir sans la moindre pitié.

Traduction Dominique Muselet
Photo : Terroristes du Front Al Nusra

Notes :

* « L’Armée de l’islam »

** Voir l’article « En Syrie, un groupe rebelle enferme des civils dans des cages comme « boucliers humains » , Le Vif.be, 01/11/2015
http://www.levif.be/actualite/international/en-syrie-un-groupe-rebelle-enferme-des-civils-dans-des-cages-comme-boucliers-humains/article-normal-431293.html

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.