Yuan le conquérant : la Chine en passe de lancer des contrats à terme sur les métaux

La nouvelle démarche chinoise a été résumée en un mot par l’analyste en économie indépendant Tom Luongo sur le blog économique de premier plan Zerohedge : « Boom ».

Luongo commence son article en expliquant que « les nouveaux contrats à terme sur le pétrole libellés en yuans [le fameux pétroyuan auquel nous avons consacré plusieurs articles, NdT] lancés en mars dernier ont déjà raflé 12% du marché mondial des contrats à terme sur le pétrole – donc en moins de deux mois – ce qui est incroyable. Cela nous dit qu’il y avait une demande conséquente pour ce produit parce que nombre d’acteurs mondiaux cherchaient à échapper aux risques liés au dollar. »

Aujourd’hui, la rhétorique de plus en plus belliqueuse et désordonnée de l’administration Trump, qui rythme les étapes de la baisse d’influence du dollar américain, accélère-t-elle sa chute ?

Quoi qu’il en soit, si on y ajoute les menaces internes qui pèsent sur l’euro, concrètement de la part de l’Italie et théoriquement de celle des 154 économistes allemands qui, aujourd’hui, préconisent ce qui revient à un démantèlement ordonné de la zone euro [lien en français], l’augmentation du commerce international en monnaies non exposées aux sanctions américaines avec par exemple les nouveaux accords comme la zone de libre-échange signée entre la Chine et les pays de l’Union économique eurasienne le 17 mai dernier ou les investissements liés aux nouvelles Routes de la soie, le retour de l’étalon-or et les rapatriements subséquents de leurs stocks d’or par divers pays et banques (dont la banque centrale des banques centrales, la BIS), ce à quoi nous assistons semble bien un glissement tectonique financier mondial vers une recomposition hors du système du dollar.

Avec une seule question : la fin du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale étant aujourd’hui assurée, il ne s’agit plus que de savoir quand elle sera achevée. En 2030 comme l’assurent certains observateurs ou si l’administration Trump continue à menacer, à sanctionner à tort et à travers et donc à stimuler un commerce mondial indépendant du dollar et invulnérable aux sanctions américaines, bien avant ?


Paru sur RT sous le titre Yuan the Conqueror: China to launch yuan-backed metals futures in London to challenge US dollar 


Des contrats à terme sur les métaux libellés en monnaie chinoise pourraient bientôt être lancés par le London Metal Exchange (LME), selon le chef de cette place boursière, Matthew Chamberlain.

« En ce moment, les investisseurs échangent nos produits en dollars américains. Nous voudrions explorer la possibilité de lancer des produits libellés en renminbis », a expliqué Chamberlain dans une interview au South China Morning Post.

Le LME, qui est détenu par le Hong Kong Exchanges and Clearing [autrement dit l’État chinois, qui avait racheté le LME en 2012, NdT], autorise déjà les traders à utiliser la monnaie chinoise comme collatéral. En juillet dernier, le Hong Kong Exchanges and Clearing avait également lancé des contrats à terme sur l’or libellés en yuans.

Le directeur général du LME n’a pas spécifié de date de lancement des nouveaux contrats sur les métaux à Londres. Toutefois, Chamberlain annonce être confiant sur le succès futur des contrats à terme sur les métaux libellés en yuans, dans un contexte où la monnaie chinoise est de plus en plus utilisée dans la finance mondiale.

« Les investisseurs chinois sont des clients très actifs au LME. Ils échangent à travers des courtiers qui sont membres du LME ou de firmes occidentales, » a-t-il dit.

« Nous pensons qu’avec le volume grandissant du commerce chinois dans notre marché, plus de compagnies chinoises voudront se joindre au LME. »

Les premières démarches en vue d’internationaliser le yuan chinois ont été entreprises il y a presque une décennie, quand Pékin a autorisé le commerce et l’investissement dans cette monnaie. En 2016, le yuan a été inclus dans le panier de devises du droit de tirage spécial (DTS) , avec le dollar américain, le yen japonais, l’euro et la livre sterling. L’action a donné le statut privilégié de monnaie de réserve au yuan.

Plus tôt cette année, la Chine, le premier importateur de pétrole brut du monde, a lancé des contrats à terme sur le pétrole libellés en yuans qui ont attiré 27 milliards de yuans dès leur premier jour d’ouverture. Les contrats ont intéressé à la fois des investisseurs locaux et étrangers.

Traduction et note Entelekheia
Photo Pixabay

Un commentaire à faire ? C'est ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.