Une simple question d’argent : pourquoi Trump n’a pas fait exploser l’OTAN

Par Ekaterina Blinova
Paru sur Sputnik News sous le titre It’s All About Money: Analyst Explains Why Trump’s Ire Hasn’t Led to NATO Split


L‘OTAN n’a rien à voir avec une quelconque défense européenne, c’est juste un outil d’intimidation et une machine à gagner de l’argent pour le complexe militaro-industriel hypertrophié des États-Unis, a expliqué Jon Hellevig, analyste en géopolitique. Selon lui, le dernier sommet n’a pas marqué de véritable rupture entre les membres de l’OTAN — c’est seulement qu’ils ne veulent pas payer, tout simplement.

« Je suis d’accord avec les nombreux observateurs géopolitiques indépendants pour qui l’OTAN n’est qu’un racket de protection et que ce que Trump vient de faire, c’est de tenter d’en tirer plus d’argent », a déclaré Jon Hellevig, analyste géopolitique et associé directeur du groupe Awara, une entreprise leader dans le domaine de l’administration des affaires et de la sous-traitance en Russie. « Mais je ne vois pas de véritable fracture entre les alliés de l’OTAN, c’est juste une question d’argent. »

Selon l’analyste, les États membres de l’OTAN « prennent tous plaisir à maintenir une hégémonie occidentale et à intimider la Russie, mais le problème est maintenant que leur principal sponsor, les États-Unis, sont dans une situation économique désastreuse et qu’ils essaient désespérément de lever plus d’argent pour leur machine de guerre « .

Pour leur part, les membres européens de l’OTAN ne veulent tout simplement pas débourser plus d’argent pour l’alliance.

Avant le dernier sommet de l’OTAN qui s’est tenu les 11 et 12 juillet derniers à Bruxelles, Trump a twitté que de nombreux États européens n’avaient pas respecté leur engagement à contribuer à l’OTAN à hauteur de 2 % du produit intérieur brut (PIB) et a exigé qu’ils déboursent leur argent.

(Nombre de pays de l’OTAN, dont on attend que nous les défendions, ne sont pas seulement en-dessous de leur engagement actuel de 2% (qui est bas), mais sont également délinquants à cause de nombreuses années de retard dans leurs paiements. Vont-ils rembourser les USA ?)

Dès son arrivée à Bruxelles, le président américain a soulevé la question lors d’un petit-déjeuner avec le chef de l’OTAN Jens Stoltenberg, reprochant aux Européens et plus particulièrement à l’Allemagne ce qu’il a appelé le partage injuste de la charge.

(A quoi sert l’OTAN si l’Allemagne paie des milliards de dollars à la Russie pour du gaz et de l’énergie ? Pourquoi est-ce que seuls 5 des 29 pays respectent leurs engagements ? Les USA paient pour la protection de l’Europe, et perd des milliards dans son Commerce. Ils doivent payer 2% du PIB IMMEDIATEMENT, pas en 2025.)

« Nous sommes censés vous protéger contre la Russie, mais ils [l’Allemagne et d’autres pays européens] donnent des milliards à la Russie », a déclaré Trump en référence au pipeline russo-allemand-européen Nord Stream 2.

Cependant, selon Hellevig, « il est absurde de la part de Trump d’accuser l’Allemagne d’utiliser l’OTAN pour profiter injustement de la protection des États-Unis ».

« L’OTAN sous sa forme actuelle, après la fin de la guerre froide, n’est pas une alliance défensive, mais l’outil agressif de l’hégémonie mondiale des États-Unis, avec pour tâche immédiate et permanente de parvenir à une domination militaire sur la Russie et de resserrer le nœud coulant aux frontières de la Russie », a déclaré l’analyste géopolitique. « Ainsi, loin de protéger l’Allemagne ou qui que ce soit en Europe, les États-Unis occupent pratiquement l’Allemagne — en fait, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale — et utilisent le pays comme plateforme. [Les USA comptent 21 bases militaires en Allemagne, NdT].

L’augmentation des dépenses à hauteur de 4% du PIB suggérée par Trump

L’affirmation de Trump selon laquelle les États membres de l’alliance devraient porter leurs dépenses à 4 % a suscité un vif débat et des protestations de la part du président français Emmanuel Macron, qui a insisté pour que Paris ne dépasse pas la barre des 2 %.

(Pour couronner le tout, l’Allemagne a commencé à payer la Russie, le pays dont elle veut être protégée, des milliards de dollars pour ses besoins énergétiques via un nouveau pipeline de Russie. Pas acceptable ! Tous les pays de l’OTAN doivent respecter leur engagement de 2% et cela devra en fin de compte monter à 4% !)

« Comme je l’ai dit, en réalité, tout est une question d’argent », a souligné Hellevig. « L’État profond, les élites qui contrôlent les États-Unis et son président exigent de plus en plus pour leur complexe militaro-industriel, mais avec l’effondrement de l’économie, le budget fédéral américain, déjà déficitaire, a depuis longtemps atteint les limites des possibilités de dépenses de guerre. C’est pourquoi l’État profond a envoyé Trump extorquer de l’argent aux vassaux de l’OTAN ».

(J’ai eu une superbe réunion avec l’OTAN. Ils ont payé 33 milliards des plus et vont payer des centaines de milliards de plus dans le futur, seulement grâce à moi. L’OTAN était faible, maintenant elle est redevenue forte (mauvais pour la Russie). Les médias disent seulement que j’ai été grossier avec les leaders, ils ne parlent pas de l’argent !)

Hellevig s’est référé à la dernière étude du groupe Awara, selon laquelle le ratio de la dette américaine par rapport au PIB pourrait atteindre 140 % d’ici 2024, alors que l’augmentation nette de la dette pourrait être aussi énorme que 10 à 15 billions de dollars entre 2019 et 2024.

« Mon analyse de l’économie américaine et les projections très sombres du budget fédéral me convainquent que les dirigeants américains sont absolument désespérés et cherchent par tous les moyens à puiser dans les poches des alliés pour leur projet d’hégémonie mondiale, parce que leurs propres ressources sont taries. Nous devons comprendre que le discours américain sur la nécessité d’augmenter les dépenses militaires signifie seulement que les alliés doivent dépenser davantage pour l’achat d’armes américaines », a souligné l’analyste.

Selon Hellevig, le demande de 4 % du PIB constitue en fait le niveau que « l’establishment américain a désespérément besoin d’atteindre pour maintenir les profits de son complexe militaro-industriel ».

Selon lui, l’industrie militaire américaine a déjà pris un sérieux retard par rapport à la Russie dans un certain nombre de technologies de pointe, alors que le budget fédéral américain n’a apparemment pas assez d’argent pour satisfaire « l’appétit insatiable du complexe militaro-industriel ».

La pression et la dureté de Trump sont tout à fait compréhensibles, parce que la situation est vraiment « désespérée », a dit l’analyste.

« L’économie américaine est au bord de l’effondrement final, mais la machine de guerre doit être alimentée », a souligné Hellevig. « Il s’agit d’un pari risqué qui pourrait se retourner contre nous, car de plus en plus de gens en Europe comprennent que l’OTAN n’est qu’un racket de protection. Il n’y a absolument aucune menace russe envers l’Europe, et plus Trump tempête à ce sujet, plus l’escroquerie devient évidente ».

Traduction Entelekheia

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :