Le sommet d’Istanbul et les ramifications de l’affaire Khashoggi

Turquie, Erdogan, Palestine, Jerusalem, Organisation de la coopération islamique, OCI, Sommet, Istanbul,

Par Pepe Escobar
Paru sur Asia Times sous le titre Summit in Istanbul as ramifications of the Khashoggi debacle roll on


Le sommet Russie-Turquie-Allemagne-France à Istanbul d’hier (27 octobre) est un événement extraordinaire. Le Kremlin a déployé une stratégie bien pensée en minimisant le sommet comme simple « comparaison de notes », et en ne parlant pas de percée.

Pourtant, Istanbul est une percée de facto – avec des couches superposées. D’abord, elle signale que les deux premières puissances de l’UE acceptent que la Russie contrôle l’avenir de la Syrie. Ensuite, elle confère une légitimité supplémentaire au format d’Astana (Russie, Turquie, Iran) sur la Syrie, tout en démontrant l’efficacité d’un quad.

Le quad originel (États-Unis, Japon, Inde et Australie) est essentiellement un mécanisme de confinement de la Chine qui donne déjà des signes de faiblesse. En revanche, il y a un quad eurasien qui discutera non seulement de l’échiquier géopolitique de l’Asie du Sud-Ouest [c-à-d le Moyen-Orient, NdT], mais aussi du dilemme transatlantique suprême : comment contrer l’obsession de sanctions de Washington.

La rencontre d’Istanbul, bien sûr, ne « résoudra » pas la tragédie syrienne. Le président Poutine manœuvre avec prudence autour des ambitions néo-ottomanes du président Erdogan, et les deux pays de l’UE ne sont pas précisément en position de force.

Poutine a déjà apaisé l’Arabie Saoudite, ce qui n’était pas une mince affaire. Finis le financement et les armes pour les djihadistes de tous poils en Syrie. La Ligue arabe — sans rencontrer d’objection saoudienne — s’est même lancée dans la normalisation de ses relations avec Damas.

Imran Khan en quête d’une solution pour le Yémen

Riyad fait désormais partie du Fonds russe des investissements directs (Russian Direct Investment Fund, RDIF), qui sera rebaptisé « Fonds russo-chinois-saudien », comme l’a révélé son directeur Kirill Dmitriev à la Future Investment Initiative, ou « Davos du désert ». Le fonds avait été initialement créé en 2012 par le RDIF et la China Investment Corporation (CIS) pour faire passer la coopération économique bilatérale entre Moscou et Pékin en mode turbo.

Le Davos du désert a par ailleurs été l’occasion d’une bombe pratiquement ignorée par le cycle démentiel des informations 24/7. Le Premier ministre Imran Khan, après s’être vu octroyer des fonds saoudiens bienvenus pour l’économie de son pays, a révélé que le Pakistan était en train de négocier une solution à la tragédie du Yémen avec l’Arabie Saoudite et l’Iran.

Géopolitiquement, Moscou et Pékin — ainsi que Téhéran — ont gardé un silence assourdissant et stratégique sur la saga à la Pulp Fiction du consulat saoudien d’Istanbul, ce qui est lourd de sens. En parallèle, contrairement aux hommes d’affaires américains, des officiels et entrepreneurs russes et chinois se sont dûment rendus au Davos du désert.

Et puis, abruptement, l’histoire macabre de Khashoggi, qui avait pris en otage le cycle de l’information pendant trois semaines, a tout simplement disparu de la Une des journaux, et s’est vue remplacer par la campagne sur les bombes artisanales américaines envoyées par la poste.

L’énigme de l’assassinat

Pourtant, le quad d’Istanbul est directement lié à l’affaire à la Pulp Fiction d’Istanbul. Après qu’Erdogan ait magistralement joué sur le tableau de la communication avec sa série de fuites au goutte-à-goutte — et qu’en plus de cela, il ait déterminé la pleine responsabilité de l’Arabie Saoudite dans le meurtre et le démembrement de Jamal Khashoggi — il est maintenant clair qu’un accord a été conclu avec la Maison des Saoud. La torture chinoise de la goutte d’eau déployée par les médias turcs a disparu comme par magie.

Alzheimer ou pas, le roi Salmane a dû envoyer un émissaire de très haut vol, le prince Khalid al-Faisal, gouverneur de La Mecque et de Médine, à Ankara pour des négociations. Les conditions restent confuses : un plan d’investissement saoudien de 5 milliards de dollars – qui pourrait en fait s’élever à 30 milliards de dollars — en Turquie pourrait en faire partie, de même que la fin du blocus du Qatar par les Émirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite. De plus, ce n’est pas un hasard si l’administration de Trump a soudainement fait marche arrière et décidé de ne pas couper l’Iran du système SWIFT.

Et puis, il y a la Syrie. Erdogan a demandé et obtenu que la Maison des Saoud cesse pour de bon d’armer une série de groupes djihadistes — parallèlement à la fin de la collaboration de Washington avec les Kurdes syriens.

Géopolitiquement, Erdogan est au sommet du monde, du moins de son monde. L’horrible vidéo-audio de l’assassinat de Khashoggi, qui a fait l’objet d’un examen de la part de la directrice de la CIA Gina Haspel, offre des moyens de pression illimitées.

Aucun accord ne pourrait être conclu sans implication directe de l’administration de Trump. Le roi Salmane ne peut tout simplement pas se permettre de laisser tomber son fils Mohammed ben Salmane (MBS) et Trump non plus, car MBS est la pierre angulaire de sa stratégie au Moyen-Orient.

Le prince Turki ben Faisal, ancien proche d’Oussama ben Laden, ancien chef des renseignements saoudiens et ancien sponsor de Jamal Khashoggi, affirme que, quoi qu’il arrive, la Maison des Saoud se ralliera à MBS.

Mais d’autres sont d’avis différents, selon une source occidentale du milieu des affaires très proche de la Maison des Saoud qui a déclaré à Asia Times, « la CIA n’a jamais voulu de MBS. Son homme était Mohammed ben Nayef. Il est toujours assigné à résidence, et c’est l’erreur fatale du roi Salmane. Mohammed ben Nayef est un homme sage et s’élève contre le terrorisme. Il devrait être le prochain roi, et cela se rapproche peut-être. MBS a commis une erreur fatale en arrêtant les fils du roi Abdallah tels que Mutaib. Il a perdu la Garde nationale, le clergé, la famille royale et l’armée à cause de la mésaventure du Yémen. »

Dans tous les scénarios apparents, la Maison des Saoud est en train de pourrir de l’intérieur. Les médias turcs, alignés sur Erdogan, affirment que toute la Maison des Saoud doit disparaître.

Néanmoins, la préférence de l’État profond pour Ben Nayef par rapport à MBS présuppose que rien de dramatique ne devrait arriver au pétrodollar, quel que soit le dirigeant saoudien. Pour maintenir MBS au pouvoir, la question est de savoir comment apaiser les milliardaires saoudiens — dont certains sont d’anciens « invités » de la prison du Ritz-Carlton — qui vont demander la destitution de MBS par tous les moyens possibles.

Salmane et la Russie-Chine

Nombre d’éléments restent des inconnues. Comme Alastair Crooke l’a écrit, personne ne sait si Erdogan pourra un jour tirer l’administration Trump de sa dépendance aux Saoudiens et aux Emiratis pour soutenir à la place le modèle des Frères musulmans turcs.

Certains ont avancé que la CIA savait que des hommes de main de MBS avaient l’intention de kidnapper Khashoggi, mais qu’elle ne l’a pas prévenu.

Ce qui nous amène à l’affirmation explosive de Yiğit Bulut, l’un des principaux conseillers d’Erdogan, selon laquelle « le meurtre de Khashoggi a été organisé pour mettre l’Arabie Saoudite et le roi dans une position très difficile et livrer complètement l’Arabie Saoudite aux États-Unis ».

Et cela pourrait précipiter un changement de donne géopolitique potentiellement monumental. De quoi le roi Salmane a-t-il vraiment discuté avec le président Poutine lorsqu’il s’est rendu à Moscou il y a presque un an ? Et si la Russie — sans même parler de la Chine — était le plan B du matois vieux roi, s’il avait estimé que son alliance avec les États-Unis arrivait à son déclin ? Et si la Russie, la Chine et l’Arabie Saoudite commençaient bientôt à contourner le pétrodollar ?

On peut affirmer que la Maison des Saoud, lentement mais sûrement, peut avoir été réorientée — par le roi, non par MBS — vers un partenariat stratégique avec la Russie-Chine, ce qui signifie l’intégration de l’Eurasie. Fait significatif, le roi Salmane a appelé Poutine, et non Trump, lorsque l’affaire à la Pulp Fiction d’Istanbul a commencé à se calmer.

La roue tourne encore. Il pourrait bien être confirmé que MBS est le commanditaire du meurtre à la scie. La Maison des Saoud peut encore une fois se sauver grâce à sa capacité à payer pour se tirer des situations les plus épineuses. Mais tout le roman à épisodes aurait tout aussi bien pu être une psy-op tordue conçue pour piéger MBS, empêcher toute possibilité d’une coopération plus étroite entre la Russie, la Chine et l’Arabie Saoudite, et placer la Maison des Saoud sous le ferme contrôle des États-Unis.

Istanbul n’a certainement pas dévoilé tous ses secrets.

Traduction Entelekheia
Photo Pixabay

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.