Trump est-il en train de gagner les élections de mi-mandat ?

Démocrates, novembre, élections, économie, USA, Etats-Unis, Républicains, Congrès, Sénat, Trump, Russiagate, Kavanaugh, Hillary, Clinton,

Par B.
Paru sur Moon of Alabama sous le titre How Trump Is Winning The Midterm Elections


Quelles sont les chances pour que les élections de mi-mandat de la semaine prochaine aux États-Unis modifient la majorité à la Chambre ou au Sénat ?

Pour avoir la majorité, les Démocrates doivent conquérir 23 sièges à la Chambre. Sur les 48 sièges en jeu, seuls 16 sont susceptibles de tomber dans leur escarcelle. Au Sénat, ils doivent conquérir deux sièges pour devenir majoritaires, mais il y a au moins un des sièges actuels des Démocrates qui est en danger et les sondages se révèlent incapables de prédire qui remportera l’un ou l’autre des neuf autres sièges qui pourraient éventuellement changer de main.

Mon intuition personnelle est que les Républicains garderont les deux Chambres et pourraient même gagner quelques sièges.

L’économie américaine se porte relativement bien. La récente chute des cours boursiers laisse présager des perspectives plus contrastées à partir d’aujourd’hui, mais jusqu’à présent, ça tient.

Rien dans le programme et le leadership des Démocrates ne donne envie de voter pour eux. Ils ont perdu deux ans à monter un Russiagate fantôme dont tout le monde se fiche, à part Washington et les médias. Se sont-ils vraiment opposés à ce que Trump a fait ? Ils ont essayé de reproduire le coup de #MeToo à propos de la nomination d’un juge à la Cour suprême, mais cela a-t-il été efficace ?

Les Démocrates n’ont pas non plus réussi à se débarrasser d’Hillary Clinton, ou du moins à la faire taire. Qu’est-ce qui lui a pris de parler de se représenter à la présidence quelques jours seulement avant les élections de mi-mandat, elle, la femme la plus détestée des États-Unis? (Sa candidature permettrait à Trump d’être réélu dans un fauteuil).

Trump continue d’être un excellent commercial. Il sait comment susciter et retenir l’attention. Chaque jour, il fait des déclarations scandaleuses ou s’attaque à une question brûlante. Cela a un double effet : ça galvanise sa base et garantit une excellente couverture médiatique à sa politique.

Au cours des derniers jours, il a offert une réduction d’impôt de 10 % à la classe moyenne, dit du mal des médias, suggéré que les navires de guerre devraient être protégés par des gardes armés, redit du mal des médias, envoyé des troupes à la frontière pour arrêter la caravane de migrants, redit du mal des médias, et citiqué le droit du sol des enfants des immigrants illégaux. Il a sûrement une liste de sept autres questions brulantes pour alimenter les médias au jour le jour jusqu’à l’élection.

Tout cela me laisser penser qu’il y aura plus de  Républicains qui iront voter que de Démocrates. Le parti qui a le meilleur taux de participation l’emporte.

Si Trump continue à avoir la majorité dans les deux chambres, les prochaines élections présidentielles ne devraient pas lui poser de problèmes.

Beaucoup de monde, à l’international, pensaient pouvoir ignorer Trump, en se disant que, d’ici 2021, tout redeviendrait « normal ». Cela a toujours été une mauvaise stratégie. À moins que quelque chose d’inattendu se produise, Trump est là pour longtemps. Et quand il partira, une nouvelle ‘normalité’ se sera développée et la ‘normalité’ de 2016 n’existera plus.

Traduction Dominique Muselet

Lecture complémentaire recommandée par la traduction :

Enjeu hystérique et historique des midterms, Dedefensa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.