L’UE n’est pas en état de gérer les risques de sa stratégie de la corde raide sur le Brexit

UE, zone, euro, récession, hard, Brexit, sans, accord, crise, 2008, Project, Fear, Commission, Bruxelles, Berlin, Paris, Macron, Gilets, jaunes, Italie, BCE, relance, Draghi, Juncker, backstop, Irlande,

Par Ambrose Evans-Pritchard
Paru sur le Telegraph sous le titre Europe is in no fit state to handle the risks of its own Brexit brinkmanship
Et Soverain pour la version française sous le titre L’Europe n’est pas en état de gérer les risques de sa stratégie de la corde raide sur le Brexit


La moitié de la zone euro est soit en récession, soit sur le point de le devenir. Le bloc monétaire a encore une fois mal géré la politique cyclique à un tournant crucial, permettant à un ralentissement du commerce mondial de se transformer en quelque chose de pire.

Pendant que les dirigeants européens étaient distraits par l’imposition de leur règlement économique à la Grande-Bretagne, le monde leur imposait son propre règlement économique. Une crise s’est emparée de l’UE.

Qu’ils comprennent ou non pleinement les forces financières à l’œuvre – ce qu’ils n’ont pas fait en 2008 ou 2011 – certains doivent se demander si la zone euro peut supporter le choc d’un Brexit « sans accord » dans ces circonstances – du moins celui qui entraîne une rupture des flux commerciaux, et si cela n’entraîne pas une telle rupture, le Project Fear s’avérera une menace creuse.

Michel Barnier a déclaré que « le risque d’un « no-deal » n’a jamais paru aussi élevé ». Pour la première fois depuis le début de la saga du Brexit, l’UE doit faire face aux conséquences de sa propre stratégie maximaliste.

Elle a mal appréhendé la démocratie britannique, pensant que la menace était suffisante pour piéger un Premier ministre faible. Peu ont imaginé que le vote décisif pourrait se retourner contre eux.

À l’exception peut-être des Néerlandais, l’UE n’est peut-être pas prête à un divorce sur le fil du rasoir dans 10 semaines. Le plan d’urgence de la Commission pour un scénario de non-accord est essentiellement un spectacle politique, un instrument de pression pour la négociation.

Bruxelles, Berlin et Paris sont soudain confrontés à une menace économique qu’ils n’ont jamais prise au sérieux et dont ils pourraient perdre le contrôle. Un scénario sans accord est « effrayant pour tout le monde », a déclaré le Français Emmanuel Macron mardi. Eh bien, c’est un progrès. Jusqu’à cette semaine, il l’avait rejeté comme une nuisance britannique.

Cet affrontement survient à un moment dangereux pour l’Europe. L’Allemagne a échappé de justesse à une récession technique fin 2018. En tant que victime de l’aggravation du ralentissement de la Chine et de la crise du crédit en Asie, elle se trouve actuellement dans un marasme modéré.

La production industrielle française se contracte et la confiance des chefs d’entreprise s’est effondrée à des niveaux qu’elle n’avait plus connus depuis la crise de la zone euro. Barclays a enregistré une croissance du PIB de 0,1 % au quatrième trimestre.

Le déclin de la croissance et les Gilets jaunes ont à eux deux fait dérailler la présidence Macron. Toute son énergie et tout son arsenal politique sont nécessaires pour contenir une insurrection digne de 1848 qui entre dans sa dixième semaine. Il ne reste plus grand-chose de ses efforts de réforme, et encore moins de son grand marché avec l’Allemagne pour fortifier la zone euro.

L’Italie est en pleine récession. Oxford Economics a enregistré une croissance de seulement 0,3 % pour l’ensemble de l’année. Ce genre de malaise persistant fait des ravages dans la trajectoire de la dette du pays. Les investisseurs savent qu’un ratio apparemment stable de 131 % du PIB peut grimper très rapidement jusqu’à 140 % une fois que l’effet dénominateur entre en jeu, et de là, c’est une montée parabolique vers la faillite.

Rome doit refinancer cette année une dette de 17 % du PIB sans le bouclier de l’assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne, c’est-à-dire sans un acheteur marginal ou un prêteur de dernier ressort derrière le marché italien de la dette. Il suffit d’une étincelle pour faire sauter ce baril de poudre.

Ce qui est extraordinaire, c’est que la BCE a persisté l’année dernière avec son plan prédéfini de réduction progressive des obligations, même si la monnaie réelle non financière M1 pour toute la zone euro avait chuté à des niveaux de récession. Elle a ensuite continué de réduire les mesures de relance au fur et à mesure que l’économie réelle s’effondrait.

Les achats d’obligations sont tombés d’un pic de 80 milliards d’euros par mois à zéro. Cela équivaut à une série de hausses de taux dans le cadre du modèle Wu-Xia. La BCE s’est repliée de manière procyclique au point de connaître un ralentissement, répétant ainsi les erreurs de politique monétaire de 2008 et 2011.

Mario Draghi doit savoir que c’est une erreur, mais il a les mains liées. L’Allemagne n’est plus disposée à tolérer l’assouplissement quantitatif, considéré comme un transfert clandestin vers le Sud. Le résultat est de renforcer les forces déflationnistes et de saper la solvabilité de la dette des États de l’UEM plus faibles. La zone euro est maintenant dans un piège de type japonais.

Le pacte de stabilité et le pacte budgétaire, conjugués à la « culture des règles » de la Commission, empêchent toute forme de relance budgétaire contracyclique. Si elle vient, ce sera trop court et trop tard.

Il n’y a toujours pas de syndicat bancaire au-delà de la punition et de la surveillance, ce qui laisse la boucle de la condamnation souveraine/banque de 2012 toujours menaçante. Il n’y a pas non plus d’union fiscale ni de partage du passif de la dette. La zone euro est sans défense.

Par miracle, le Royaume-Uni a en quelque sorte enregistré une croissance plus élevée au cours des neuf derniers mois, ce qui ne veut pas dire que l’économie britannique soit dans un état glorieux.

Nous sommes loin du pic d’orgueil de l’UE de décembre 2017, lorsque les dirigeants européens ont confondu une reprise de rattrapage avec un cycle de croissance autosuffisant, et ont cru que la Grande-Bretagne était au pied du mur. C’est à ce moment-là qu’ils ont tendu le piège de la « clause de sauvegarde » irlandaise. [le « backstop »]

À mon avis, l’UE joue avec le feu économique et financier même pour envisager une issue sans accord à ce stade, avec tout ce que cela implique pour les chaînes d’approvisionnement qui se déstructuraient, les liaisons de transport qui seraient coupées, les exportations qui seraient en baisse et l’accès à leur banquier de la City de Londres, qui ne serait plus disponible.

L’UE a un excédent commercial de 95 milliards de livres sterling avec le Royaume-Uni. Cela représente 4,5 % du PIB britannique. Dans la mesure où les barrières commerciales et douanières font que cette précieuse demande est détournée des exportateurs européens vers les producteurs britanniques – ou vers le reste du monde – c’est une perte nette pour l’économie européenne. La Grande-Bretagne reçoit un certain degré de stimulus net, ceteris paribus.

Le Trésor et les critiques académiques sur le Brexit ont l’habitude d’utiliser la ‘modélisation dynamique’ pour augmenter les pertes supposées du PIB britannique à partir d’un « no-deal ». Je n’ai pas encore vu d’analyse sous une telle modélisation de ce que cela signifierait pour une économie européenne qui n’a jamais assaini son système bancaire et qui est sur le point de connaître sa troisième récession en une décennie. Les niveaux d’endettement sont de 30 à 50 % du PIB plus élevés en France et dans le bloc latin qu’à l’aube de la crise de Lehman.

Les dirigeants européens ont répété qu’il ne pouvait y avoir de renégociation de l’accord de retrait ni de changement de la clause de sauvegarde irlandaise. C’est au Royaume-Uni de « clarifier ses intentions », a déclaré Jean-Claude Juncker de la Commission.

Vous pourriez également dire qu’il appartient à l’UE de clarifier ses intentions. Va-t-elle persister à exiger un veto permanent sur la question de savoir si la Grande-Bretagne peut quitter la clause de sauvegarde et, partant, si elle peut quitter le territoire douanier et l’orbite juridique de l’UE ?

Exigera-t-elle un arrangement qui prive la Grande-Bretagne de sa souveraineté – ou « rétrogradera-t-elle la Grande-Bretagne au statut de colonie commerciale » selon les termes de l’Institut IFO allemand ce matin ? Va-t-elle continuer à menacer de rompre ses liens  commerciaux pour forcer la Grande-Bretagne à la soumission après avoir entendu la riposte tonitruante de son Parlement mardi dernier ?

Barnier a fait un pas fatidique en essentialisant la frontière irlandaise, en exploitant une question névralgique intercommunautaire pour faire avancer son programme, et en invoquant l’accord du Good Friday alors même qu’il ignorait une des parties de cet accord.

La logique perverse de ce pari est que, dans le but de sauver l’Irlande, l’UE pourrait au contraire finir par blesser très gravement l’Irlande et causer plus de dommages aux relations anglo-irlandaises qu’un Brexit cordial ne l’aurait jamais pu.

S’il n’y a pas d’accord, l’UE sera confrontée à sa propre crise irlandaise. Le recul de l’arme va blesser. Soit Bruxelles tente de forcer Dublin à ériger une frontière dure entre l’Irlande du Nord et du Sud – une proposition insensée – soit elle accepte des solutions frontalières « britanniques » basées sur la technologie et les commerçants de confiance. Il faut admettre que la « clause de sauvegarde » était une mascarade depuis le début.

Peut-être M. Barnier ne croit-il pas ses propres mots sur le risque croissant d’un Brexit sans accord. Peut-être la Commission entend-elle rester les bras croisés et attendre que la majorité restante du Parlement impose un règlement plus souple : un « Norvège Plus » ou une annulation.

Je laisse à mes collègues plus proches du Parlement le soin de juger de la probabilité d’une telle éventualité et des chances qu’une sortie sans accord se produise. Je pense que Bruxelles obtiendra ce qu’elle veut.

Pourtant, c’est un pari existentiel. Si l’UE refuse de changer un seul mot de son ultimatum de retrait et que, par un jugement inapproprié, la Grande-Bretagne s’en va, je prédis que l’Europe elle-même sera plongée dans un maelström.

Il exposera à nouveau les déformations fondamentales de l’union monétaire. Il déclenchera le dénouement italien, déclenchera une crise bancaire allemande et brisera l’euro. L’Union européenne pourrait-elle survivre à une telle chaîne d’événements ? Peut-être.

Traduction XPJ pour Soverain

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :