Réveillez-vous, capitalistes ! Si les océans meurent, votre projet mondial meurt aussi

Sur certains sujets comme le changement climatique, qui s’avère au passage la locomotive de ce qu’il est convenu d’appeler le « capitalisme vert » — un énorme marché potentiel impeccablement disséqué par des sites comme The Wrong Kind of Green — ou encore le bio, un autre marché dit « porteur », des initiatives sont entreprises, débattues et/ou coordonnées soit aux niveaux nationaux, soit entre les États de la planète.

En revanche, rien n’est fait, ou trop peu contre la pire des menaces actuelles envers l’environnement et toute la chaîne alimentaire du vivant : la pollution par les plastiques, qui dérivent d’océan en océan et envahissent aujourd’hui l’intégralité des eaux de la planète, alors même que des technologies capables de retransformer tout ce plastique en pétrole existent depuis des années — dans l’indifférence des gouvernements occidentaux.

La rivière Citarum en Indonésie. L’eau est invisible sous le plastique.

Les choses en sont arrivées à un point si dramatique que même des Américains pro-capitalistes comme l’auteur de cet article s’en émeuvent et tirent la sonnette d’alarme.


Par Robert Bridge
Paru sur Strategic Culture Foundation sous le titre Wake Up, Capitalists! If the Oceans Die, so Does Your Global Economic Project


Cette semaine, une nouvel animal-sentinelle de l’environnement est mort, ce qui laisse présager une fois de plus que quelque chose va sérieusement de travers sur la planète Terre. Mais à en juger par la réaction générale, ou plutôt l’absence de réaction, il semble que la plupart des gens aient ignoré la nouvelle, considérant peut-être ce genre de choses comme le prix à payer pour leur style de vie hédoniste et matérialiste.

En fin de semaine, le monde a eu droit à l’une de ces sombres histoires auxquelles la plupart des gens, ne voulant pas gâcher leur tasse de café du matin, tournent le dos avec une vague sensation de dégoût et de pitié.

« Un dauphin échoué en Floride avait des sacs en plastique, un ballon dans l’estomac », titrait le Tampa Bay Times.

C’est l’un de ces sujets pénibles — la « plastification » des cours d’eau, des océans et des mers par le gaspillage excessif et la stupidité des consommateurs — que nous connaissons jusqu’à l’ennui, voire au dédain. La grande majorité des gens ont très probablement lu cette histoire en diagonale, ont secoué la tête et sont rapidement passés à autre chose, pensant qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour changer la situation, de toutes façons. Contrairement au monde de la politique ou du sport, par exemple, où nous nous plaisons à croire que les êtres humains ont une certaine maîtrise sur les événements, lorsqu’il s’agit de dauphins morts et d’océans en train de mourir, c’est une toute autre paire de manches. D’ailleurs, qu’est-ce que cet idiot de dauphin imaginait qu’il se passerait s’il mangeait un tas de sacs en plastique et des ballons ?

Michelle Kerr, biologiste au Florida Fish and Wildlife Research Institute, a expliqué que ce dauphin rare d’eaux profondes, un dauphin à bec étroit, était si émacié et malade que la décision a été prise de l’euthanasier « humainement sur place ».

La réponse naturelle à une histoire aussi déprimante se situe quelque part entre « Qu’est-ce que j’y peux » ? et « j’espère que le problème n’est pas trop grave, mais même si c’est le cas, je suis sûr que le monde de la science trouvera un remède. En attendant, je passe aux pages sur le foot… »

En attendant, le très intelligent Homo sapiens se retrouve dans une course contre la montre pour éviter un désastre final, à moins qu’un deus ex machina de la biologie ne développe une nouvelle technologie de pointe pour aider à sauver le capitalisme, sans même parler de la planète. L’écosystème a été amené au bord du désastre, et c’est à ce stade que des hommes surdiplômés sont censés entrer en scène au son de trompettes triomphales et, assumant la puissance éthérée de Dieu lui-même, tout remettre en ordre sur Terre. C’est, en gros, un thriller hollywoodien lambda, à cette différence près que cette fois, c’est pour de vrai.

Prenons par exemple la Great Pacific Garbage Patch (GPGP, la Grande parcelle d’ordures du Pacifique). Cette décharge flottante, qui s’étend entre Hawaï et la Californie, est estimée à 1,6 million de kilomètres carrés (ou 617 763 milles carrés). En d’autres termes, environ deux fois la taille du Texas.

La Great Pacific Garbage Patch consiste en fait en deux « îles flottantes » de déchets en plastique, l’une entre Hawaï et la Californie, l’autre au large du Japon. Elle sont reliées entre elles par une sorte de pont de détritus étendu sur des milliers de kilomètres. Crédit image National Geographic

Selon l’ONG The Ocean Cleanup, il y a plus de 1,8 billion de pièces de plastique flottant dans la GPGP, qui pèsent à elles toutes environ 80 000 tonnes, ou pour ceux qui préfèrent le visuel, le poids d’environ 500 avions de ligne civils gros porteurs. Inutile de dire que, à moins que quelque chose ne change rapidement, le plus grand héritage du capitalisme dérégulé ne viendra pas des grattes-ciel scintillants qui bloquent le soleil dans nos rues, mais d’océans morts débordant des déchets d’une société-zombie trop obsédée par le profit à court terme pour empêcher une catastrophe de se produire.

Et sans le moindre doute, c’est un désastre qui s’annonce. Même dans les îles lointaines des Galápagos, à 1000 milles au large des côtes de l’Amérique du Sud, dans l’océan Pacifique, les eaux autrefois vierges sont inondées quotidiennement par des débris de plastique en provenance du monde entier. Les habitants passent leurs matinée à nettoyer le rivage au lieu de ramasser des coquillages. Les animaux exotiques que l’évolutionniste Charles Darwin avait examinés pour son célèbre ouvrage, ‘L’Origine des espèces’ sont toujours là, mais ils sont menacés par les niveaux croissants de plastique et d’autres débris dans leur écosystème.

La Great Pacific Garbage Patch n’est pas la seule décharche à ciel ouvert sur un océan. Les principaux tas d’ordures flottantes sont six : de gauche à droite, Atlantique Sud, Ocean indien, Pacifique Ouest, Pacifique Est, Pacifique Sud et Atlantique Nord.

Et ce n’est pas seulement d’un point de vue « esthétique » que des millions d’objets en plastique flottant à la surface de l’eau sont si inquiétants. Le vrai problème, c’est qu’au fil des ans, le plastique se désagrège (au lieu de se décomposer, comme le fait la matière carbonée dans un cycle naturel) et se transforme en microplastiques. À ce stade, il entrera dans la chaîne alimentaire, d’abord par le système digestif des poissons, pour ensuite être consommé par les humains. Et en raison d’un processus biologique connu sous le nom de « biomagnification », une toxine existe dans des organismes vivants à des concentrations d’autant plus élevées que l’on remonte dans la chaîne alimentaire. Il n’est pas nécessaire de sortir de Saint-Cyr pour comprendre où tout cela mènera une fois que ces microplastiques atteindront la population humaine. Le fait que ces toxines contaminent déjà le lait maternel de mères allaitantes chez les dauphins et des humains devrait être un signal d’alarme.

Que pouvons-nous faire ?

La raison pour laquelle les océans meurent à un rythme alarmant (au rythme actuel, on prévoit qu’il y aura plus de plastique que de vie marine dans les mers et les océans d’ici 2050) est qu’il y a sur la planète des requins décérébrés en roue libre, et pas seulement des jeunes malavisés à qui l’on n’a jamais dit comment jeter leurs déchets de façon appropriée.

Il y a aussi des sociétés transnationales qui ne se comportent pas mieux, sauf qu’elles assurent des emplois et qu’elles sont donc en grande partie intouchables. La question est la suivante : pourquoi utilisons-nous encore des sacs et des bouteilles en plastique, ainsi qu’un million d’autres produits dérivés des polymères et de la pétrochimie ? Malgré tous les progrès que nous avons réalisés en tant qu’espèce dans le domaine de l’intelligence artificielle, nous n’avons toujours pas assez d’intelligence réelle pour nettoyer nos saletés. Il n’y a pas d’excuse à cela. Quiconque est né avant 1970 serait probablement d’accord sur le fait que dans son enfance, le bon sens primait quant au gaspillage. Les épiceries stockaient des sacs en papier pour les clients, par exemple, et les bouteilles de soda pouvaient être rendues contre une consigne. Imaginez à quelle vitesse le problème des déchets disparaîtrait si chaque article produit en série — des bouteilles en plastique aux bocaux en verre – était consigné ?

À l’heure actuelle, seuls 10 États américains ont une loi sur la consigne des contenants, et ces programmes connaissent un vif succès auprès des consommateurs. Dans l’État du Michigan, par exemple, les bouteilles de boissons comme la bière, les sodas, l’eau gazeuse et minérale, etc, ainsi que les contenants en métal, verre, papier ou plastique sont remboursés 10 cents. 97% des consommateurs ramènent les contenants consignés.

Le problème, à présent, est d’amener les législateurs des États, qui subissent d’énormes pressions de la part de leurs entreprises donatrices pour ne pas plaider en faveur de tels programmes, à se mobiliser et à faire passer la Terre et ses habitants en premier.

Dérive des détritus en plastique. Les points rouges marquent les plus fortes concentrations, mais toutes les mers contiennent leur lot de déchets polluants. 

Un tel programme à l’échelle nationale ne suffirait pas, bien sûr, à lui seul, pour sauver les rivières et les océans. Une grande partie de la pollution provient d’Asie et d’Amérique du Sud. Néanmoins, ce serait non seulement un bon point de départ pour contrôler l’énorme problème des déchets, mais ce serait aussi l’un des rares projets qui potentiellement, pourraient coordonner des initiatives publiques et privées.

L’alternative — une eau de plus en plus polluée et une vie marine contaminée qui finit par affecter les humains — n’est pas une option viable et durable à long terme. Ce n’est même plus sujet à débat, contrairement au changement climatique, qui fait polémique. La prolifération des ordures est quelque chose que chacun peut voir de ses yeux, pour en tirer ses propres conclusions. À mon avis, la majorité des gens — tant les libéraux de gauche que les conservateurs — veulent vivre sur une planète propre et saine. Il est temps de rallier les 50 États [et le reste du monde, NdT] à ce projet et d’aider à sauver non seulement les océans, mais aussi le capitalisme de lui-même dans ce processus.

Traduction Entelekheia
Photo A Different Perspective/Pixabay

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :