1945 : Les idéaux qui ont remporté la victoire sont encore les plus grands

Par George Galloway
Paru sur RT sous le titre Ideals that won victory are still the greatest of ideals


Le 9 mai 1945, le fascisme hitlérien a finalement été écrasé sous les décombres de Berlin et le « Reich de mille ans » a heureusement trouvé une fin prématurée.

Les coups mortels contre lui avaient été très majoritairement portés par l’Armée rouge et les fantômes des 27 millions de citoyens soviétiques tués qu’elle portait sur ses épaules.

Comme l’a dit Winston Churchill, l’Armée rouge « a arraché les tripes de la Wehrmacht », et il ne tarissait pas d’éloges sur les sacrifices consentis par les peuples soviétiques dans la victoire que nous célébrons cette semaine.

Il faut le reconnaître aussi, sans M. Churchill, la classe dirigeante britannique se serait rendue à Hitler et la City de Londres aurait fait la queue pour lui vendre des services financiers. Des éléments de la famille royale britannique elle-même auraient ouvert en grand les portes du palais de Buckingham.

La même classe dirigeante qui avait apaisé Hitler à chaque étape ne souhaitait rien d’autre que le voir tourner sa monstrueuse machine de guerre vers l’est au lieu de l’ouest, et détruire l’URSS. La classe dirigeante avait refusé les efforts soviétiques pour former un pacte antinazi afin d’arrêter le fascisme avant qu’il ne se développe. Et avait retardé l’ouverture du deuxième front à l’ouest jusqu’à ce qu’elle voie que la situation tournait mal pour Hitler, et s’inquiétait de plus en plus de l’avancée de l’Armée rouge vers l’ouest dans son assaut victorieux contre la bête de l’Hitlerisme. [1]

Chaque famille russe, voire soviétique, a perdu au moins un parent dans l’enfer. Mais la victoire a été finalement remportée, et l’armée du peuple soviétique a écrit son nom dans les étoiles et atteint l’immortalité.

Cette semaine, le secrétaire d’État des États-Unis, qui fait partie de la grande alliance victorieuse, a annulé une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel. Il l’a fait parce qu’il n’avait pas réussi à l’intimider pour qu’elle mette un terme au projet du gazoduc Nord Stream 2, qui reliera les peuples russe et allemand dans une relation économique commune et mutuellement bénéfique, et contribuera à garantir qu’un tel massacre ne puisse plus jamais se produire entre eux deux. Même si Pompéo n’est pas Ribbentrop et Trump Hitler, la politique du diktat n’est pas morte dans le bunker de Berlin, en 1945.

Les exigences sans fin du gouvernement américain pour une guerre économique contre la Russie, la Chine, le Venezuela, l’Iran, Cuba, Pierre, Paul et Jacques conduisent le peuple des États-Unis à s’isoler toujours davantage de ses alliés. Angela Merkel, dont le téléphone personnel a été mis sur écoute par le grand libéral Barack Obama et qui s’est vue refuser l’accès à son propre dossier de la NSA, est clairement au bout du rouleau avec Donald Trump.

Les pays de l’Union européenne qui ont suivi le président Trump dans sa politique vénézuélienne de bac à sable, avec la reconnaissance diplomatique de l’escroc Juan Guaido se sont retrouvés le bec dans l’eau, honteux et irrités quand son coup d’État inspiré par les USA s’est effondré comme un souffle raté.

La guerre commerciale de Trump avec la Chine, menée à coups des désormais familiers bluffs et fanfaronnades à propos de sanctions et autres menaces, conduit à un empoisonnement du climat des investissements internationaux.

L’envoi de canonnières dans le golfe Persique, qui, s’il était fermée par les hostilités, mettrait les économies occidentales à genoux, ajoute à l’horreur dystopique au sein des chancelleries européennes, qui craignent que si les lumières s’éteignent en Europe, elles ne se rallumeront plus au cours de notre vie. Le monde est aujourd’hui un endroit très dangereux.

Seul l’abandon de la politique des diktats et un retour à la table des négociations peuvent apporter un équilibre à la situation mondiale. Comme l’avait dit M. Churchill : « Jouer des mandibules vaut mieux que jouer à la guerre. »

La présence de Donald Trump au défilé de la Victoire cette semaine est malheureusement hors de question.

Cependant, il devrait le regarder à la télévision, puisqu’il aime la télévision, et réfléchir à tout cela. La défaite de l’hitlérisme par les alliés a été la plus grande réalisation de l’histoire humaine.

La division des forces qui ont remporté la victoire par les USA, leurs calomnies contre la principale force qui a assuré la victoire, leurs efforts frénétiques pour parvenir à l’hégémonie sont vains, et tout aussi condamnés à l’oubli que l’idée d’un « Reich de mille ans ». Le monde a changé.

Traduction Entelekheia
Photo : Des pilotes, vétérans de la Grande Guerre Patriotique de 1941-1945, se réunissent le 9 mai 1970 sur la place d(1]u Théâtre d’État du Bolchoï. Archives © Sputnik / Mikhail Ozerskiy

[1] Note de la traduction : Selon certains historiens, effectivement, les USA ont consenti à ouvrir un deuxième front, à l’ouest, pour prendre les troupes allemandes en étau comme le leur demandait Staline depuis le début, uniquement après que la guerre ait commencé à mal tourner pour Hitler sur le front russe, et que l’armée soviétique ait entamé la reconquête des zones occupées. Pour eux, il s’agissait d’occuper l’Europe de l’Ouest avant que l’Armée rouge, qui progressait rapidement vers l’ouest, n’arrive jusqu’aux côtes de l’Atlantique. Il est à noter que De Gaulle devait souscrire à cette vision, puisqu’il refusait catégoriquement de commémorer le D-day, arguant que « Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi ! Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s’apprêtaient à le faire en Allemagne ! (…) Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement, alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi ! » (‘C’était De Gaulle’, d’Alain Peyrefitte).

Voir aussi Le Mythe de la bonne guerre, par Jacques R. Pauwels.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :