Les révélations de Wikileaks, N°3 – La plus grande fuite de documents classés secrets de l’histoire

Par Patrick Lawrence
Paru sur Consortium News sous le titre The Revelations of WikiLeaks: No. 3—The Most Extensive Classified Leak in History


Pour WikiLeaks, 2010 a été une année exceptionnellement riche en événements. En avril, l’organisation vouée à la transparence avait publié ‘Collateral Murder’, une vidéo d’hélicoptères de l’armée américaine tirant sur plus d’une douzaine d’Irakiens à Bagdad. Cela avait choqué le monde entier et placé Wikileaks, qui existait depuis quatre ans, sur la carte mondiale des médias.

Les ‘Afghan War Diaries’, une fuite de 75 000 documents, avait suivi en juillet.

Trois mois plus tard, le 22 octobre 2010, WikiLeaks publiait une nouvelle mine d’informations encore plus explosive : 391 831 documents et vidéos baptisés ‘Iraq War Logs’ (‘Journaux de la Guerre d’Irak’). Elle dépassait les ‘Afghan War Diaries’ en tant que fuite la plus importante de documents classifiés de toute l’histoire des États-Unis. Elle a mis en lumière la conduite de la coalition dirigée par les États-Unis en Irak après leur invasion de 2003, lorsqu’une violente guerre de factions avait éclaté dans le pays. Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a déclaré que les Logs « constituaient le compte rendu le plus complet et le plus détaillé d’une guerre à être jamais entré dans les archives publiques ».

Couverture en direct de l’invasion de l’Irak de 2003 sur CNN. Image extraite de Youtube.

La source des ‘Iraq War Logs’ était, là encore, Chelsea Manning, qui se trouvait alors dans une prison militaire en attente de jugement pour plusieurs chefs d’accusation liés à ‘Collateral Murder’, dont 22 chefs d’accusation de vol, d’aide à la publication de renseignements classés secrets et d’aide à l’ennemi.

Les documents

Avec la publication des ‘Iraq War Logs’, WikiLeaks a publié une profusion sans précédent de documents, de rapports militaires et de vidéos.

Les « Logs » couvrent une période de six ans, allant du 1er janvier 2004 (quelques mois après l’invasion de 2003) au 31 décembre 2009.  WikiLeaks s’était associé au New York Times, au Guardian, au Spiegel, à Al Jazeera et au Monde pour diffuser les Iraq War Logs.

Pris dans leur ensemble, les Logs dépeignent l’Irak sous occupation alliée comme le théâtre d’un chaos et d’une violence déchaînée. Les codes de conduite étaient régulièrement ignorés, les fusillades souvent aveugles et la torture de détenus était souvent considérée comme acceptable. Des civils innocents étaient constamment menacés par les tirs de la coalition dirigée par les États-Unis, et les arrestations, interrogatoires et mauvais traitements infligés par les unités militaires alliées, l’armée et la police irakiennes.

Parmi les révélations les plus significatives des Iraq War Logs :

De la torture de détenus

L’armée et la police irakiennes torturaient systématiquement les prisonniers – y compris les femmes, les enfants et d’autres civils – avec l’approbation tacite (et parfois la complicité) des forces américaines. À de nombreuses reprises, des troupes américaines ont été directement responsables de tortures de détenus. Voici un rapport typique des mauvais traitements infligés aux prisonniers par une unité des opérations spéciales. L’incident s’est produit le 2 février 2006 ; le rapport fait état de la façon habituelle dont la coalition traitait ces événements. Le nom du détenu, le nom de l’unité des opérations spéciales et le lieu de l’incident ont été supprimés :

ALLÉGATIONS DE MAUVAIS TRAITEMENTS INFLIGÉS À DES DÉTENUS PAR TF ___ EN ___ 2006-02-02-02 17:50:00:00
À 23 H 50C, À ___, ALORS QU’IL EFFECTUAIT DES OPÉRATIONS DE SOUS-TRAITANCE, LE DÉTENU NO ___ A SIGNALÉ QU’IL AVAIT ÉTÉ VICTIME DE MAUVAIS TRAITEMENTS PENDANT SA CAPTURE. LE DÉTENU N’A PAS L’ŒIL DROIT ET A UNE CICATRICE___ À L’AVANT-BRAS DROIT. AFFIRME QUE SES BLESSURES SONT LE RÉSULTAT DES MAUVAIS TRAITEMENTS QU’IL A SUBIS LORS DE SA CAPTURE. LES DONNÉES INDIQUENT QUE LE DÉTENU A ÉTÉ CAPTURÉ LE ___ EN ___ ET QUE L’UNITÉ QUI L’A CAPTURÉ ÉTAIT LA FORCE OPÉRATIONNELLE ___. LE NUMÉRO DE L’ÉTIQUETTE DE CAPTURE DES DÉTENUS EST ___. LORS DU TRAITEMENT, LE PERSONNEL A DÉCLARÉ QUE LA PHOTO PRISE PAR LE DÉTENU___ REPRÉSENTE UN BANDAGE SUR L’ŒIL DROIT ET UNE BLESSURE À L’AVANT-BRAS DROIT. LE DÉTENU A REMPLI LE FORMULAIRE DE PLAINTE POUR MAUVAIS TRAITEMENTS, ET NOUS DEMANDONS UNE DÉCLARATION SOUS SERMENT DU DÉTENU. PAR ORDRE DU GROUPE DE TRAVAIL ___, LE DÉTAILLÉ ___ TRANSFÉRÉ TEL QUE PRÉVU ET CONTINUER L’ENQUÊTE DE LA CMI À L’ARRIVÉE À ___ GHRAIB.

Il existe des milliers de rapports similaires qui décrivent en détail la conduite désaxée des forces de la coalition et des forces irakiennes.

Parmi les révélations clés de WikiLeaks qui ont à peine été mentionnées par les médias américains, figurent des ordres secrets de l’armée américaine obligeant leurs unités militaires à ignorer des milliers de cas de torture, de violence et de meurtres dits « vert sur vert » – des incidents impliquant des détenus irakiens détenus dans des bases militaires, des postes de police et des prisons irakiens. La liste des pratiques ‘vert sur vert » est une lecture répugnante. Des récits de tels incidents, parfois accompagnés de vidéos filmées sur place, donnaient des détails sur des passages à tabac de prisonniers aux yeux bandés, des coups de couteau, des électrocutions, des coups de fouet avec des fils électriques et des sodomies avec des tuyaux d’arrosage, des bouteilles d’eau et autres objets.

Policiers de Bagdad travaillant dans la partie à peu près intacte de leur poste. (U.S. Air Force/Tech. Sgt. Cecilio M. Ricardo Jr.)

Les premiers ordres américains de taire ces incidents ont été donnés en juin 2004, soit deux mois après que les pratiques de torture des troupes américaines à Abou Ghraib aient fait les manchettes des journaux. Les ordres s’appelaient Frago 242, ce qui signifie « ordres fragmentaires ». Si les États-Unis n’étaient pas impliqués dans un incident, les forces américaines recevaient l’ordre de ne pas enquêter « à moins d’instructions du quartier général supérieur ». Frago 039, une ordonnance émise en avril 2005, exigeait que les troupes américaines signalent les incidents « verts sur verts » ; les troupes américaines ont signalé plus de 1 300 cas de torture « vert sur vert » à leurs officiers supérieurs. Mais, cette fois encore, ils ont reçu l’ordre de ne prendre aucune autre mesure. Frago 242 et 039 représentaient des violations manifestes de la responsabilité des États-Unis en Irak.

Voici un exemple des rapports que les forces américaines envoyaient régulièrement à leur hiérarchie après la mise en application des ordonnances Frago 242 et Frago 039. Il raconte le meurtre apparent d’un détenu pendant qu’il était en détention en Irak. L’incident s’est produit le 9 août 2009 à Ramadi. Les responsables irakiens avaient qualifié le décès du détenu de suicide, tandis que le rapport américain a conclu que les blessures du détenu étaient « compatibles avec des mauvais traitements ». L’armée américaine a clos l’affaire en octobre de l’année suivante. Rien n’indique que des mesures aient été prises :

Date : 2009-08-27 09:00:00
Type : Incident suspect
Catégorie : Autre
N° de suivi : 20090827090038SLB413998
Titre : (INCIDENT SUSPECT) AUTRE RPT RAMADI IRAQI CTU : 1 UE KIA
Résumé : OMS : RAMADI PGC PGC TT
QUOI : Signalement de cas possible de mauvais traitements infligés à un détenu
QUAND : 270900C AOÛT 09
OÙ CTU irakienne à Ramadi IVO (38S LB 413 998)
COMMENT : A 270900C AOÛT 09, le PGC TT signale un éventuels abus de détenu IVO (38S LB 413 998). Le 26 août 2009, un PGC TT (qui comprenait un membre de l’USN Corpsman) a procédé à un examen visuel post mortem de JASIM MOHAMMED AHMED AL-SHIHAWI, un individu arrêté conjointement avec un VBIED interdit au nord-est du camp Taqaddum (SIGACT Entry DTG : 241130CAug09). Le détenu a été transféré de l’IHP à Saqlawiah à l’UTC irakienne à Ramadi pour interrogatoire et se serait suicidé pendant sa détention. Le personnel du PGC TT chargé de l’examen post mortem a découvert des contusions et des brûlures sur le corps du détenu ainsi que des blessures visibles à la tête, aux bras, au torse, aux jambes et au cou. Le rapport du PGC TT indique que les blessures correspondent à des abus. La CTU/IP aurait ouvert une enquête sur la mort des détenus. Une mise à jour sera affichée lorsque plus d’information sera disponible. Le SIR est joint en annexe.
CLOS 20091019

Le 24 octobre 2010, deux jours après la publication par WikiLeaks des “Iraq War Logs », Al Jazeera publiait « U.S. Turns a Blind Eye to Torture » (Torture : Les USA regardent ailleurs »). La vidéo détaille les stipulations de Frago 242 et 039 telles que révélées dans les Logs. Bien que certains incidents aient finalement fait l’objet d’une enquête – y compris apparemment celui de Ramadi – il n’existe aucun dossier indiquant que du personnel irakien ait été condamné pour inconduite. Le rapport d’Al Jazeera fait remonter la connaissance des ordres aux « plus hauts niveaux du gouvernement américain » – y compris, la vidéo le montre clairement, Donald Rumsfeld, alors Secrétaire à la Défense.

[Vidéo non traduite – Attention images très choquantes, NdT]

Décès de civils

Pendant les deux premières années qui ont suivi l’invasion de 2003, les autorités militaires américaines ont nié avoir tenu un registre des décès de civils en Irak. Ce n’est qu’en 2005, lorsque le Département de la Défense a commencé à communiquer des statistiques au Congrès, qu’il s’est avéré que l’armée avait en fait compilé ces données. Mais les décomptes du Département de la Défense étaient trop imprécis pour constituer un dossier fiable : Les morts et les blessés avaient été regroupés, de même que les victimes civiles et celles de l’armée irakienne. Et les chiffres officiels étaient constamment inférieurs à d’autres chiffres issus d’organisations diverses, selon l’Iraq Body Count, une ONG basée à Londres. Au cours de la période de cinq ans couverte par les Logs, l’armée américaine a estimé le nombre de victimes irakiennes à 109 032 personnes, dont quelque 60 000 civils.

Les ‘Iraq War Logs’ ont énormément contribué à clarifier la question des victimes. Dans un rapport détaillé, l’Iraq Body Count a déclaré que les Logs permettaient, pour la première fois, de combiner des données provenant de sources diverses pour dresser un tableau beaucoup plus complet.

L’Iraq Body Count a estimé que les Logs « ajouteront au registre public environ 15 000 morts civils irakiens qui n’avaient jamais été enregistrées auparavant. L’ONG a conclu : « Un compte précis final des tragédies humaines contenues dans les Iraq War Logs demandera beaucoup de temps et d’efforts, mais c’est maintenant au moins possible. »

Garde irakien à un poste de contrôle routier à Mushahada, en Irak, pendant le passage de soldats irakiens, 2006. (U.S. Navy/ Michael Larson)

Incidents aux points de contrôle

Les ‘Iraq War Logs’ comprennent près de 14 000 incidents qualifiés par l’armée américaine d’incidents « dus à l’escalade de la force « . Ce principe demande que les unités militaires prennent une série de mesures non létales avant de recourir à la force meurtrière. Ces incidents s’étaient produits dans des circonstances variées. Les Logs soulignent leur fréquence aux points de contrôle de l’armée américaine, ou à proximité des convois et patrouilles américains. Ils semblent refléter l’usage souvent aléatoire et erratique de force par l’armée américaine au cours de la période couverte par les Logs.

Les Logs révèlent que quelques 680 civils irakiens ont été tués par balle dans de tels incidents ; environ 2 000 autres ont été blessés. Parmi les victimes figuraient des familles, des femmes enceintes et des Irakiens souffrant de handicaps physiques ou mentaux. Ces incidents impliquaient souvent des innocents qui, par mégarde, étaient passés trop près d’un point de contrôle américain. Ils démontraient très souvent un usage disproportionné de force par les troupes américaines.

Al Jazeera a publié un reportage complet sur les fusillades aux points de contrôle le 23 octobre 2010, le lendemain de la publication des Logs par WikiLeaks. Le 24 octobre, le Daily Telegraph publiait un reportage détaillant de nombreux cas similaires. Tous deux avaient noté un incident datant de septembre 2005 décrit dans les Logs. Il était plus typique qu’exceptionnel. Voici un extrait du reportage d’Al Jazeera :

En septembre 2005, après être passés par les étapes d’un processus d’escalade, deux soldats de la 1-155e Infanterie ont ouvert le feu sur un véhicule en approche avec des mitrailleuses M249. Les deux ont déversé 100 balles dans la voiture – cinq ou six secondes de tir soutenu à partir d’une arme capable de tirer 1 000 coups par minute. »

La fusillade a tué un homme et une femme sur le siège avant de la voiture et blessé des enfants de 6 et 9 ans sur le siège arrière. « Les proches des personnes tuées, » note Al Jazeera, « ont par la suite reçu une compensation de 10 000 dollars de l’armée américaine, selon qui les soldats avaient violé leurs règles d’engagement. »

[Vidéo non traduite. Attention images très choquantes, NdT]

L’analyse des Logs par Al Jazeera a révélé que le nombre d’incidents « d’escalade de la force » avait fortement diminué en 2008, passant de plus de 3 500 l’année précédente à moins de 1 600. « C’était dû, en partie, aux nouvelles règles destinées à protéger les civils, mais aussi au fait que les forces de sécurité irakiennes avaient pris le contrôle d’un nombre croissant de postes de contrôle à la place des Américains », a écrit Gregg Carlstrom, d‘Al Jazeeera. « L’escalade de la force par les troupes irakiennes n’est pas souvent rapportée par l’armée américaine. »

Tirs depuis des hélicoptères de combat

L’hélicoptère Apache filmé et présenté dans ‘Collateral Murder’ était répertorié sous le nom de Crazy Horse 18. Les Logs révèlent que plusieurs Apaches de l’unité Crazy Horse avaient mené une série d’attaques meurtrières en plus de l’incident de juillet 2007 enregistré dans la vidéo ‘Collateral Murder’ publiée en avril 2010. La plus notable d’entre elles met en lumière la justification légale que les forces américaines invoquent pour justifier leur inconduite.

L’incident s’est produit près de Bagdad le 22 février 2007, lorsque l’équipage de l’Apache Crazy Horse 18 [le même hélicoptère que dans ‘Collateral Damage’, même si selon le Guardian, il est impossible de savoir si le même équipage était à bord, NdT] a identifié deux insurgés qui tentaient de se rendre.

Tout en traquant les deux hommes, l’équipage de l’Apache 18 a contacté par radio un avocat militaire sur une base aérienne voisine pour obtenir des conseils juridiques. « L’avocat déclare qu’ils ne peuvent pas se rendre à un véhicule aérien et qu’ils sont donc toujours des cibles valides », peut-on lire dans le journal de bord. Le Crazy Horse 18 a d’abord lancé un missile Hellfire sur les insurgés, puis les a mitraillés au canon de 30 mm.

Les ‘Iraq War Logs’ comprennent des rapports et d’autres documents détaillant un très large éventail d’incidents au cours des cinq années d’engagement militaire qu’ils couvrent. En publiant les Logs, WikiLeaks les a classés sous différentes rubriques, en indiquant le nombre d’incidents dans chaque catégorie. « L’action ennemie » enregistre 104 272 événements. Il y a eu 31 234 « Événements criminels » et 1 328 rapports de « Tirs amis ». Le site de WikiLeaks comprend un moteur de recherche qui facilite la recherche dans la vaste collection de documents qu’il a envoyée dans le domaine public le 22 octobre 2010.

Réactions officielles

Comme Assange avait annoncé la publication imminente des ‘Iraq War Logs’, les responsables américains avaient pu se préparer à leur publication, bien qu’aucun n’ait eu de connaissance préalable de l’importance et du contenu des Logs, ni de la date prévue de leur publication. Un porte-parole du Pentagone, le colonel Dave Lapan, a déclaré à CNN que le Pentagone avait une équipe de 120 experts « prêts à commencer immédiatement à lire tout document sur le site de WikiLeaks« . Il a ajouté : « Nous ne savons pas comment ces documents pourraient être divulgués, quand et en quel nombre ils pourraient l’être. Donc on se prépare à toutes les éventualités. »

Une fois les Logs publiés, les réactions officielles ont été mitigées. Bien que certains responsables américains et britanniques se soient concentrés sur le contenu, la plupart d’entre eux ont eu recours à des condamnations stéréotypées de WikiLeaks pour « avoir mis en danger la vie des militaires en service en Irak ».

James F. Jeffrey, ambassadeur de Washington à Bagdad à l’époque, a déclaré que certaines des publications de WikiLeaks « peuvent ou non être authentiques à 100 % ». Il ajoutait, dans une citation de l’Associated Press : « Nous sommes très troublés par toute affirmation d’une action de ce type – tout d’abord par nos propres forces, ou par nos alliés et partenaires, les forces irakiennes ». Jeffrey, il faut le noter, a fait ces remarques devant un auditoire d’Irakiens.

Les responsables des droits de l’homme à l’ONU ont demandé aux États-Unis et à l’Irak d’enquêter sur les nombreux cas de torture trouvés dans les Logs, y compris les preuves selon lequelles les forces américaines ont continué à livrer des détenus aux autorités irakiennes, alors même qu’elles savaient que les Irakiens les torturaient. À Londres, Nick Clegg a soutenu les demandes d’enquête. S’exprimant lors d’une émission-débat de la BBC, le vice-premier ministre de l’époque a ajouté : « Nous pouvons déplorer la manière dont ces fuites se sont produites, mais je pense que la nature des allégations faites est extrêmement grave. Je pense que tout ce qui suggère que les règles fondamentales de la guerre, des conflits et de l’engagement ont été enfreintes ou que la torture a été tolérée de quelque façon que ce soit est extrêmement grave et doit être examiné. »

Beaucoup d’autres officiels ont sommairement condamné WikiLeaks pour avoir publié les ‘Iraq War Logs’ – généralement sans aborder les révélations. Dans une déclaration enregistrée sur vidéo, Hillary Clinton, en tant que Secrétaire d’État américaine, a déclaré : « Nous devrions condamner dans les termes les plus clairs la divulgation de toute information classifiée… qui met en danger la vie des militaires des États-Unis et des pays partenaires ». Dans un tweet, le jour de la publication, Mike Mullen, alors président des chefs d’état-major interarmées, déclarait catégoriquement : « Un autre post irresponsable de documents classifiés volés par WikiLeaks met des vies en danger et fournit des informations précieuses à nos adversaires ».

Ailleurs, le ministère britannique de la Défense a publié une déclaration par email. « Nous condamnons toute divulgation non autorisée de matériel classifié », disait-il. « Cela peut mettre en danger la vie des militaires britanniques et celle de nos alliés et rendre le travail des forces armées sur tous les théâtres d’opérations plus difficile et plus dangereux. Il serait inapproprié de spéculer sur les détails spécifiques de ces documents sans poursuivre l’enquête tant que l’enquête sur l’Irak est en cours. Il n’y a pas de place pour les mauvais traitements des détenus et nous enquêtons sur toute allégation faite contre nos troupes… »

Rumsfeld avec des Marines à Camp Fallujah, Iraq, veille de Noël 2004. (U.S. Marine Corps/Lance Cpl. Daniel J. Klein)

A Bagdad, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a accusé WikiLeaks de tenter de saper ses efforts pour former un nouveau gouvernement en provoquant une animosité publique « contre les partis et dirigeants nationaux, en particulier contre le Premier ministre ». Le ministère de l’Intérieur a répondu plus directement au contenu des Logs. « Nous ne fermerons les yeux sur aucune de ces questions », a déclaré le ministre adjoint Hussein Kamal dans une entrevue accordée à Reuters. « Tous les responsables de crimes seront poursuivis et la justice suivra son cours. »

Réactions des médias

Les réactions des médias mondiaux aux ‘Iraq War Logs’ ont également été mitigées. Tous les médias qui ont eu accès à l’avance aux Logs ont présenté leurs conclusions dans de multiples articles et vidéos. Al Jazeera et le New York Times en sont des exemples notables.

Le New York Times a créé un site interactif appelé ‘The War Logs’, qui proposait un moteur de recherche permettant aux lecteurs de parcourir, par sujet, l’immense inventaire de documents des Logs.

En même temps, le traitement des Logs par le NYT était déficient à certains égards importants. Seul parmi les grands médias mondiaux, il effaçait la complicité des forces américaines dans la torture de détenus irakiens, censurant ses reportages sur ce type d’incidents pour suggérer que les unités militaires et policières irakiennes avaient agi de façon autonome, et à l’insu des autorités américaines.

Al Jazeera présentait des documents écrits et vidéo, un index par sujet et un glossaire pour aider les lecteurs et les téléspectateurs à déchiffrer la terminologie militaire souvent obscure.

Dans la période qui a précédé la publication des ‘Iraq War Logs’, de nombreux organes de presse ont commencé à se concentrer autant sur WikiLeaks et sur la personnalité d’Assange que sur la dernière publication (et la plus complète) de l’organisation – une tendance qui n’a cessé de se confirmer depuis. « Depuis la publication des ‘Afghan War Diaries’, des conflits internes ont ébranlé WikiLeaks, a rapporté CNN le jour où les documents sur l’Irak ont été publiés. « Certains membres du groupe de bénévoles – spécialistes de la sécurité informatique, journalistes, travailleurs humanitaires, dont beaucoup ont un emploi – ont démissionné, invoquant des désaccords sur la façon dont l’organisation mène ses activités.

Les reportages de ce type étaient nombreux et dépeignaient WikiLeaks et son fondateur sous le jour le plus défavorable possible. Assange et ceux qui l’entouraient ont reconnu des « douleurs de croissance », comme Assange l’a dit peu avant de publier les ‘Iraq War Logs’. En plus des changements de personnel et d’organisation, l’argent était devenu un problème à ce moment-là. L’examen des fuites est « un processus très coûteux », a déclaré Assange lors d’une conférence de presse en août à Londres. Assange faisait référence à environ 15 000 documents qui n’avaient pas été examinés lorsque WikiLeaks a publié les 75 000 documents initiaux des ‘Afghan War Diaries’.

Deux morceaux de bravoure journalistique méritent d’être soulignés.

La veille de la publication par WikiLeaks des ‘Iraq War Logs’, Democracy Now! a réfuté les accusations officielles, largement reprises par les médias, selon lesquelles les publications de WikiLeaks mettaient en danger les Américains et la sécurité nationale américaine. « WikiLeaks s’est exposé à une condamnation du gouvernement américain lorsqu’il a publié les 91 000 journaux de bord de la guerre en Afghanistan en juillet, a indiqué l’animatrice Amy Goodman. « La Maison Blanche et le Pentagone ont accusé le site d’irresponsabilité. Ils ont prétendu qu’ils mettaient la vie de gens en danger. Mais l’Associated Press a récemment reçu une lettre du Pentagone indiquant qu’aucune source ou pratique du renseignement américain n’a été compromise par la fuite. »

Ce jour-là, Daniel Ellsberg, qui passait par New York pour se rendre à Londres où il devait se joindre à Assange pour une conférence de presse, était l’invité vedette de l’émission. Democracy Now! avait eu la bonne idée de relier WikiLeaks à l’histoire des lanceurs d’alerte des États-Unis.

Dans ce cadre, Daniel Ellsberg, l’homme qui, en 1971, avait divulgué l’histoire cachée de la guerre du Vietnam à travers la fuite massive des Pentagon Papers a pris la défense d’Assange et de WikiLeaks. « Cela fait 40 ans que j’attends une publication de cette ampleur », a-t-il déclaré à Amy Goodman, de Democracy Now! « Je pense qu’il aurait dû y avoir des fuites monumentales comme les Pentagon Papers chaque année. A combien d’occasions avons-nous besoin de ce genre de choses ? Or, nous ne l’avions plus vu depuis. Je suis donc très heureux que quelqu’un prenne le risque et l’initiative de mieux nous informer, aujourd’hui. »

Le jour de la publication des Logs, le New York Times a envoyé des journalistes irakiens de son bureau de Bagdad dans tout le pays pour relever les réactions des Irakiens. Le NYT avait pris soin d’expliquer qu’il ne s’agissait pas d’un sondage d’opinion scientifique, mais « d’un instantané des sentiments exprimés par certains Irakiens ordinaires dans la rue dans les premières heures suivant la publication ».

Les résultats ont été publiés sur le blog « At War » du NYT. Ils constituent un témoignage bref, mais marquant, de la façon dont les événements étaient perçus par les personnes qui les avaient subis – une rareté dans les reportages américains à l’étranger. Sans surprise, les journalistes du NYT ont constaté que la plupart des Irakiens interviewés – des reportages sur 34 d’entre eux ont été publiés – étaient parfaitement au courant des événements que les « Logs » avaient documentés et voyaient une justice dans leur publication.

« Je ne pense pas que ce qu’il y a dans les Logs soit surprenant pour les Irakiens », a dit Umm Taha, un traducteur de 30 ans. « Ce qui est important, c’est que les faits soient légalement établis et qu’il y ait des documents que personne ne peut nier. »

« Ce sont des crimes honteux, et je suis sûr que le pire a été caché », a déclaré Yahoo Raaid, 38 ans, ingénieur à Mossoul. « L’Amérique a dit qu’elle envoyait ses troupes pour apporter la démocratie et la liberté aux Irakiens, mais ce qui s’est passé, c’est que l’Irak est devenu un centre et une base où des terroristes peuvent régler leurs comptes avec leurs ennemis en Irak ».

Zubaida Hatem, une pharmacienne de 26 ans, a déclaré : « Je n’ai pas été choquée par ce que j’ai entendu. Bien sûr, ce sera un problème important dans d’autres pays, mais la raison pour laquelle nous le voyons tel que c’est, et non comme quelque chose d’énorme, c’est à cause de ce que nous subissons ici en Irak. Nous avons été témoins de choses terribles, donc ce n’est rien comparé à la réalité sur le terrain….. Ça m’a rappelé ceux que j’ai perdus. Mon oncle est mort à cause de la violence sectaire en 2006, et cela m’a fait penser à lui. Chaque fois qu’on veut oublier, quelque chose se passe et ramène toute la souffrance. »

Patrick Lawrence est chroniqueur, essayiste, auteur, conférencier, et correspondant à l’étranger, principalement pour l’International Herald Tribune. Son livre le plus récent est « Time No Longer : Americans After the American Century » (Yale). Twitter @thefloutist. Site web www.patricklawrence.us

Traduction Entelekheia

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :