L’Iran prêt à la guerre met une pression maximum sur Trump

Par B
Paru sur Moon of Alabama sous le titre Iran Shoots Down Strategic U.S. Drone – Is Ready For War – Puts « Maximum Pressure » On Trump


Tôt ce matin, la défense aérienne iranienne a abattu un drone américain de reconnaissance de haute altitude :

DUBAI (Reuters) – Les Gardiens de la révolution iraniens ont abattu un drone « espion » américain dans la province méridionale d’Hormozgan, dans le Golfe, a déclaré jeudi le site d’information des Gardiens, Sepah News.

L’agence de presse d’État IRNA a publié le même rapport, identifiant le drone comme un RQ-4 Global Hawk.

« Il a été abattu lorsqu’il est entré dans l’espace aérien iranien près du district de Kouhmobarak, dans le sud », ajoutait le site Web des Gardiens.

Les États-Unis affirment que le drone était un MQ-4C Triton, la variante de la Marine du Global Hawk spécialisé dans la surveillance maritime à grande distance (Broad Area Maritime Surveillance, BAMS). Il affirme que le drone se trouvait dans l’espace aérien international lorsque les Gardiens de la révolution iraniens l’ont abattu. (Il est intéressant de noter qu’aucun MQ-4C n’était censé se trouver au Moyen-Orient. Le déploiement devait être secret.)

L’incident prouve de nouveau que la campagne de « pression maximale » de Trump contre l’Iran se retourne maintenant contre lui.

Trump aurait dit à son personnel de cesser de parler de faire la guerre à l’Iran :

Deux hauts fonctionnaires et trois autres personnes ayant une connaissance directe de la stratégie de l’administration dans la région ont dit au Daily Beast que le président a demandé à ses officiels de modérer leur rhétorique enflammée sur l’Iran…

Trump ne veut pas de conflit militaire ouvert avec l’Iran. Mais il mène déjà une guerre économique brutale contre l’Iran et le pays riposte. Trump veut des négociations avec l’Iran sans lever les sanctions à son encontre. L’Iran les rejette.

Peu importe ce que Trump veut. L’Iran est parvenu à dominer l’escalade de la violence. Cela peut causer une myriade d’incidents qui forceront Trump à réagir. Il peut soit déclencher une guerre ouverte et risquer ainsi sa réélection, soit adoucir les sanctions à l’encontre du peuple iranien. S’il ne le fait pas non plus, d’autres piqûres suivront et deviendront de plus en plus coûteuses avec le temps.

Abas Aslani @AbasAslani – 7:29 UTC – 20 juin 2019

Commandant Salami des #GRI d’#Iran: Tirer sur le drone américain portait un message net et clair, c’est-à-dire que nous réagirons fermement contre toute attaque contre le pays. Nos frontières sont notre ligne rouge. Nous ne souhaitons de guerre contre aucun pays, mais nous sommes prêts à la guerre. Le message de l’incident d’aujourd’hui était clair.

La perte du drone Global Hawk est importante. Ces énormes oiseaux dotés d’une envergure supérieure à celle d’un Boeing 737 sont considérés comme des atouts stratégiques. Ils ont été construits pour remplacer les fameux avions espions U-2. Ils transportent des capteurs hautement classifiés et coûtent plus de 120 millions de dollars chacun.

Comparaison de tailles : Boeing 737, drones Global Hawk et Predator.

Cette perte pourra certainement être reprochée à l’Iran. Mais pour en blâmer l’Iran, les États-Unis devront prouver que leur drone n’est pas entré dans l’espace aérien iranien.

Les drones américains ont déjà violé l’espace aérien de l’Iran. En 2011, l’Iran avait capturé un drone RQ-170 furtif qui avait volé depuis l’Afghanistan, en brouillant ses signaux de commandement. En 2012, l’Iran avait abattu un autre drone américain, un Boeing Scan Eagle qui venait du golfe Persique.

Les chats persans sont bien entraînés aux mesures anti-drones.

Des chats persans contre des drones RQ-170 – Photo via Thomas Erdbrink

Comment Trump réagira-t-il à cet incident ? Le président des USA John Bolton exigera une action militaire contre l’Iran pour se venger de l’avion abattu. Il ne manquera pas non plus d’insister pour que des troupes supplémentaires soient envoyées au Moyen-Orient.

Trump peut à nouveau minimiser l’incident, comme il l’a fait récemment avec l’attaque du pétrolier qu’il a appelé « très mineure ». Mais les faucons de guerre des médias et du Congrès, ainsi que l’Iran, accentueront leur pression. D’autres incidents suivront sûrement.

Trump a une issue de secours à sa portée. Il peut accorder des dérogations aux sanctions pour permettre à la Chine, au Japon, à la Corée du Sud, à l’Inde et à d’autres pays d’importer à nouveau du pétrole iranien. Cela permettrait de retirer le « maximum » de sa campagne de « pression maximum », qui a échoué, et pourrait être un moyen de progresser vers des négociations.

Traduction Entelekheia
Photo : Drone Global Hawk, Sputnik

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :