Le posturalisme moral : il y en a beaucoup autour de nous et ce n’est pas bon

Par Justin Tosi et Brandon Warmke. Mis en forme par Sam Dresser
Paru sur Aeon sous le titre Moral grandstanding: there’s a lot of it about, all of it bad


Nous l’avons tous fait. Vous, probablement aussi. Peu importe ce que nous pensons de la morale ou de la politique, nous avons tous utilisé le langage de la morale pour projeter une image positive et moralement respectable de nous-mêmes. Supposons, par exemple, que l’un d’entre nous, dans un effort pour impressionner ses amis par son excellent caractère, dise : « Je suis depuis longtemps du côté des défavorisés et cette affaire ne fait pas exception. Je ne tolérerai pas cette injustice, pas plus que ne le doit n’importe quelle autre bonne personne ». Nous appelons cela du posturalisme moral.

Le posturalisme moral est pire que simplement agaçant. Il y a de fortes raisons éthiques d’éviter les affectations de vertu : elles conduisent les gens à adopter des positions extrêmes et incohérentes, et surtout, elles dévaluent le débat public sur la morale. Mais qu’est-ce que c’est, et qu’est-ce que les posturalistes moraux essaient de faire ?

Les posturalistes veulent que les autres les considèrent comme moralement respectables, ou même moralement remarquables, et leurs contributions au discours moral public visent à satisfaire ce désir. Adopter une posture, alors, consiste à utiliser le discours moral à des fins d’auto-promotion. Bien sûr, lorsque les posturalistes font des déclarations grandiloquentes sur la justice ou les droits de l’homme, ils peuvent être sincères. (En fait, selon nous, ils le sont habituellement.) Les posturalistes moins sincères peuvent ne pas se soucier plus que cela de leur cause déclarée, mais ils veulent quand même que les autres croient qu’ils s’en soucient. L’affirmation d’un posturaliste peut même être vraie ou étayée par des arguments ou des preuves. Mais quelles que soient les caractéristiques secondaires de ses postures, la préoccupation première du posturaliste est de projeter une image de lui-même comme de quelqu’un qui se tient du côté des anges.

A quel point le posturalisme moral est-il répandu ? Il existe de nombreuses preuves empiriques qui montrent que les gens sont souvent motivés à utiliser le langage de la morale pour impressionner les autres. Des spécialistes des sciences sociales ont constaté que nous avons tendance à nous juger supérieurs aux autres dans une foule de domaines : l’intelligence, la sociabilité et l’ambition, par exemple. Mais lorsqu’il s’agit de morale, notre volonté de nous considérer comme supérieurs est encore plus prononcée. Des recherches récentes démontrent que nombre d’entre nous se considèrent comme moralement supérieurs : nous pensons que nous nous soucions davantage de la justice, ou que nous compatissons davantage avec les victimes d’actes répréhensibles, ou que nous avons une meilleure compréhension morale que la personne moyenne. Sur le plan de la morale, nous avons tendance à nous accorder des bons points.

Non seulement nous pensons cela de nous-mêmes, mais de récentes recherches de psychologie suggèrent que nous voulons que les autres pensent la même chose de nous. Il ne nous suffit pas d’avoir une haute opinion de nous-mêmes ; nous voulons que les autres soient également impressionnés par nos références morales. Et c’est ainsi que nous adoptons des postures morales avantageuses.

Le posturalisme prend différentes formes. Dans le but d’impressionner leurs pairs, les posturalistes font de la surenchère sur les accusations morales, en font des tonnes pour faire publiquement honte, annoncent que quiconque n’est pas d’accord avec eux est manifestement dans l’erreur ou exagèrent leurs réponses émotionnelles. Toutefois, il existe une forme particulièrement nocive de posturalisme, que nous appelons la montée en puissance.

Prenez cet exemple :

Ann : ‘La sénatrice s’est mal comportée. Elle devrait être publiquement censurée.’

Biff : ‘Si nous nous soucions vraiment de justice, nous devons demander qu’elle soit démise de ses fonctions. Nous ne pouvons tolérer ce genre de comportement, et je ne le tolérerai pas.’

Cal : ‘En tant que personne qui lutte depuis longtemps pour la justice sociale, je suis d’accord avec ces suggestions, mais je suggère que nous la poursuivions en justice pour son comportement criminel – le monde nous regarde !’

La montée en puissance se produit lorsque les intervenants font assaut de morale afin de se surpasser les uns les autres. Chacun veut faire preuve d’une plus grande sensibilité morale et d’un plus grand souci de justice, et l’un des moyens d’y parvenir est de présenter des revendications de plus en plus extrêmes. Lorsqu’il y a montée en puissance, la discussion dégénère en course aux armements morale.

C’est pourquoi le posturalisme moral peut être si malfaisant. La montée en puissance contribue à la polarisation des groupes, où les individus en viennent à avoir des points de vue de plus en plus radicaux après avoir délibéré avec d’autres, plutôt que d’aller vers un consensus modéré. Le résultat de cette course aux armements morale est que les gens auront tendance à adopter des opinions extrêmes et incohérentes, et à refuser d’écouter l’autre bord. La polarisation rend le compromis plus difficile. Le vainqueur de la course aux armements morale est celui qui est juste et pur. Et pourquoi devrions-nous faire des compromis avec des gens moralement impurs ? Dans le cadre de sociétés démocratiques, c’est un résultat particulièrement lamentable.

Une autre conséquence du posturalisme moral est que beaucoup de gens cessent de prendre les conversations sur la morale au sérieux. Ils deviennent cyniques au sujet des affirmations morales qu’ils entendent dans le discours public parce qu’ils soupçonnent que l’orateur essaie simplement de faire croire qu’il a bon cœur, plutôt que d’essayer d’aider les autres à comprendre ce qu’ils doivent faire ou croire. Les observateurs peuvent même en venir à penser que toutes les revendications morales sont des cas de posturalisme démagogique. En d’autres termes, le posturalisme dévalue le discours moral. Le discours moral en vient à être perçu comme mauvais – un champ de bataille pour des gens qui essaient de prouver qu’ils sont du bon côté de l’histoire. En abaissant le niveau du discours moral, nous en faisons un outil moins utile à des objectifs plus importants que la simple auto-promotion des uns ou des autres.

Après avoir lu sur le posturalisme et les raisons pour lesquelles il est nuisible, il peut être tentant de trouver une façon d’identifier des cas de posturalisme et de les dénoncer publiquement. Ce n’est pas la bonne réponse. D’une part, le fait de condamner publiquement le posturalisme reflète de mauvaises priorités, tout comme le posturalisme lui-même. Le but du discours moral public n’est pas de séparer les gens moralement purs des imposteurs. Il existe pour nous aider à comprendre et à résoudre des questions importantes d’éthique. L’accusateur peut se sentir puissant lorsqu’il dénonce un imposteur, mais il est peu probable qu’il puisse faire beaucoup de bien. Plus probablement, l’accusation de posturalisme lui sera renvoyée, ou une discussion publique inutile sur la réalité des convictions de part et d’autre sera lancée.

Le problème, c’est qu’il est difficile de dire si quelqu’un affecte réellement une posture. Pour voir pourquoi, pensons à une question similaire : le mensonge. Il est difficile de savoir si quelqu’un vous ment sciemment ou s’il se trompe simplement, car le mensonge implique une intention de manipuler. Il est difficile de savoir ce qu’il y a dans la tête de quelqu’un d’autre, même s’il y a des indicateurs occasionnels. Il en va de même pour le posturalisme. Les posturalistes veulent être considérées comme moralement respectables. Mais il est souvent difficile de dire si ce désir est vraiment le moteur principal de quelqu’un à partir de simples indices comportementaux. C’est une bonne raison pour ne pas accuser les gens de posturalisme à tort et à travers. Nous n’en savons pas toujours assez sur la personne que nous accusons d’hypocrisie pour justifier l’accusation.

Penser le posturalisme doit probablement plutôt nous inciter à la réflexion sur nous-même, et non être un appel aux armes. Nos arguments contre le posturalisme ne devraient pas être utilisés comme un gourdin pour attaquer les gens qui disent des choses que nous n’aimons pas. Ils devraient plutôt nous encourager à réévaluer pourquoi et comment nous parlons entre nous de questions morales et politiques. Est-ce que nous faisons du bien aux autres avec notre discours moral ? Ou essayons-nous de les convaincre que nous sommes des gens bien ?

Justin Tosi a un doctorat en philosophie et donne des conférences à l’Université du Michigan. Son travail a été publié dans Philosophy & Public Affairs, Legal Theory et Pacific Philosophical Quarterly, entre autres.
Brandon Warmke est professeur adjoint de philosophie à l’Université de Bowling Green State, Ohio. Son travail a été publié dans Philosophy & Public Affairs, Australasian Journal of Philosophy, et Philosophical Studies, entre autres.

Traduction Entelekheia

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.