Trump est-il aussi habile négociateur qu’il l’affirme ?

Démocrates, Trump, art, négociation, négociateur, Iran, accord, nucléaire, JCPOA, diplomatie, novembre, élections, économie, USA, Etats-Unis, Républicains, Congrès, Sénat, Trump, Russiagate, Kavanaugh, Hillary, Clinton,

Par Daniel Larison
Paru sur The American Conservative sous le titre Trump Doesn’t Know How to Negotiate


Dans un article de Foreign Policy intitulé Why Trump Fails at Making Deals (Pourquoi Trump échoue dans ses négociations), Michael Hirsh nous rappelle que Trump a toujours été nul en la matière :

Michael D’Antonio, un biographe de Trump qui l’a interviewé à des nombreuses reprises, est d’accord avec Lapidus sur le fait qu’il n’y ait pas de différence perceptible entre la façon dont Trump négocie aujourd’hui, comme président, et sa carrière précédente en affaires. « Son style implique une attitude hostile et une méthode d’intimidation conçue pour arracher toutes les concessions possibles à l’autre bord, tout en maximisant son propre gain », a exposé D’Antonio. « Comme il me l’a expliqué, il ne s’intéresse pas aux accords ‘gagnant-gagnant’, mais seulement aux résultats où ‘C’est moi qui gagne’. Quand je lui ai demandé si, en général, il laissait quelque chose sur la table en signe de bonne volonté pour pouvoir faire affaire avec le même interlocuteur à l’avenir, il m’a répondu non, et m’a fait remarquer que le monde était plein de gens avec qui il pouvait travailler, un après l’autre ».

Comme nous l’avons amplement vu, l’approche brutale, maximaliste de Trump ne fonctionne pas avec les autres gouvernements, et cette approche ne peut pas fonctionner parce que le président considère tout comme un jeu à somme nulle où la victoire exige la capitulation de l’autre partie. Le résultat est qu’aucun gouvernement ne donne quoi que ce soit à Trump et qu’au lieu de cela, ils ripostent tous avec les moyens dont ils disposent. Il ne peut pas accepter de compromis mutuellement bénéfique parce qu’il refuse que l’autre partie gagne quelque chose. Comme chaque accord existant négocié dans le passé a exigé certains compromis de la part de notre gouvernement, il les condamne tous comme étant « mauvais » parce qu’ils n’ont pas abouti à la capitulation de l’autre partie.

Il semble tout particulièrement obsédé par l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien (Joint Comprehensive Plan of Action – JCPOA) parce que le compromis inhérent à cet accord conclu avec l’Iran était qu’ils retrouveraient l’accès à leurs avoirs gelés, ce qu’il assimile de façon ignorante à leur « donner » de l’argent. Le fait que le JCPOA ait fortement favorisé les États-Unis et le reste du P5+1 n’intéresse pas Trump. L’Iran a été autorisé à repartir avec quelque chose, mais même le peu qu’il a pu obtenir est encore beaucoup trop pour lui. C’est l’une des raisons pour lesquelles il s’est si étroitement lié aux faucons iranophobes de Washington au cours des trois dernières années, et cela aide aussi à expliquer pourquoi il soutient leurs exigences les plus absurdes et irréalistes, ainsi qu’une « pression maximale » dans le châtiment collectif envers l’Iran. Il fait à peu près ce qu’il a toujours fait, et il est tellement ignorant des subtilités des relations internationales et de la diplomatie qu’il croit encore à cette méthode pour lui apporter ce qu’il veut. La réalité, c’est que toutes ses initiatives en matière de politique étrangère sont en train d’échouer ou ont déjà échoué, et que les coûts pour les citoyens ordinaires des pays ciblés et ici, aux USA, continuent d’augmenter.

Voici un autre extrait pertinent de l’article :

De par son tempérament, le président n’est pas préparé à la diplomatie et aux négociations avec des États souverains », a dit D’Antonio. « Il ne sait pas accepter de concessions qui amèneraient des résultats positifs bilatéraux ou multilatéraux, et il prend les choses si personnellement qu’il considère ceux qui ont un point de vue différent du sien comme des ennemis. Il est offensé quand d’autres refusent d’être intimidés et irrité par ceux qui contrent ses propositions avec leurs propres idées. »

Le plus grand tour que Trump ait joué aux Américains a été de faire croire à nombre d’entre eux qu’il sait comment négocier alors qu’il n’a jamais été bon à rien en la matière. Aujourd’hui, les États-Unis et de nombreux autres pays dans le monde en paient le prix.

Traduction Entelekheia

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :