Les Houthis du Yémen représentent-ils l’avenir de la guerre ?

Par Michael Horton
Paru sur The American Conservative sous le titre Are Yemen’s Houthis the Future of War?


En appliquant instinctivement les conseils de T.E. Lawrence et en excellant en technologie primitive de drones, au Yémen, ces insurgés en guenilles s’imposent aux grandes puissances.

Si vous voulez voir l’avenir de la guerre, observez attentivement les combats au Yémen.
Là-bas, les Houthis, un groupe rebelle basé dans le nord-ouest du pays, ont combattu les militaires richement financés et équipés de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis jusqu’à les vaincre. Ils se sont même montrés capables de lancer des attaques jusqu’au sein de l’Arabie Saoudite. Comment ce groupe rebelle pauvre, légèrement équipé et armé a-t-il fait ? Et qu’est-ce que cela signifie pour les États-Unis, qui continuent d’investir des centaines de milliards de dollars dans des systèmes d’armes complexes, coûteux et vulnérables ?

T.E Lawrence, « l’algèbre de l’insurrection » et le soutien de la population

D’abord, les Houthis ont saisi l’algèbre de l’insurrection. Dans un article rédigé en 1920, T.E. Lawrence [Lawrence d’Arabie, NdT] soutient que les insurrections seraient victorieuses si elles comprenaient et appliquaient un ensemble de « facteurs algébriques ». Il a parlé de mobilité, de sécurisation des forces et de respect de la population. Les Houthis ont affiné et appliqué ces trois principes à des degrés divers au cours de la dernière décennie.

Les forces houthies sont réduites et très mobiles, ce qui, combiné au terrain montagneux du Yémen, leur assure une bonne sécurité. Plus important encore, eux et leurs alliés ont respecté la population locale en assurant, du moins par rapport au sud du Yémen, des niveaux élevés de sécurité et de prévisibilité.

Sanaa, capitale du Yémen et ville d’au moins cinq millions d’habitants, est relativement exempte de criminalité et de membres d’Al-Qaïda, et certains services publics de base continuent d’être fournis malgré un blocus de quatre ans, un bombardement aérien continu et l’absence d’électricité. Sanaa est, par nécessité, la première capitale à dépendre presque entièrement de l’énergie solaire.

Drone power : la puissance discrète et létale de l’aviation minimaliste

Ensuite, les Houthis ont adopté avec enthousiasme l’utilisation des drones bon marché. Ils n’ont pas de force aérienne, pas de moyens de défense efficaces contre les avions saoudiens et émiratis qui contrôlent l’espace aérien du Yémen depuis quatre ans. Pourtant, grâce à l’utilisation de drones bon marché et relativement faciles à fabriquer, ils ont mené une bonne surveillance aérienne et lancé des attaques réussies contre des cibles, notamment en Arabie Saoudite. Les drones, plus encore que les missiles que les Houthis construisent et lancent, ont changé la donne et ont été intégrés de façon transparente dans les forces déjà mobiles et compétentes des Houthis.

L’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis (ce dernier pays est en train de retirer la plupart de ses forces du Yémen) ont été pris au dépourvu par l’utilisation de drones par les Houthis et ont lutté pour défendre leur présence militaire et celle de leurs forces par procuration. Les Houthis ont utilisé des drones marins pour attaquer des navires et des drones aériens pour guider l’artillerie et les tirs de missiles, pour attaquer et semer la confusion dans les systèmes de défense antimissile Patriot fournis par les États-Unis, et même pour viser des officiers supérieurs dans un défilé militaire.

Outre l’intelligence artificielle qui les anime et qui peut déjà les rendre totalement autonomes, les drones sont la technologie militaire la plus disruptive jamais conçue. Ils sont bon marché, et ne pourront que devenir plus efficaces, surtout entre les mains de groupes rebelles engagés et créatifs. L’Iran a été l’un des premiers pays à le reconnaître et a fourni très tôt des drones et des conseils techniques à son allié, le Hezbollah. Téhéran a vu la même opportunité avec les Houthis : un groupe rebelle qui savait appliquer l’algèbre de l’insurrection était en mesure d’affronter les ennemis régionaux de l’Iran.

Bien qu’il y ait eu de nombreuses affirmations et dénégations de la part de divers gouvernements et services de renseignement au sujet de l’aide iranienne aux Houthis, au cours des deux premières années de l’intervention menée par les Saoudiens et les Emiratis au Yémen, cette aide était limitée. Les relations entre Téhéran et les dirigeants des Houthis étaient souvent tendues.

Cependant, au cours des deux dernières années, l’Iran a fourni aux Houthis des conseils techniques et certaines composantes-clés pour les drones et les missiles. Malgré la nature irascible de nombreux dirigeants des Houthis, l’Iran n’allait pas laisser passer une occasion de faire obstacle à l’Arabie Saoudite et aux EAU.

Les services de renseignement iraniens, qui sont formidables, ont dû étudier de près les tactiques américaines pendant l’invasion soviétique de l’Afghanistan. Au début des années 1980, l’aide américaine aux moudjahidines était limitée. Par conséquent, ils luttaient pour obtenir des gains consistants contre les Soviétiques, qui utilisaient des hélicoptères d’attaque pour cibler et démanteler des concentrations d’avions de combat. Cela a changé avec l’introduction du système de défense aérienne portatif, le Stinger. Les États-Unis ont finalement fourni entre 2 000 et 2 500 missiles aux moudjahidines entre 1986 et le retrait soviétique en 1989. Bien que le rôle des Stingers dans la décision soviétique de se retirer de l’Afghanistan soit souvent exagéré, ils ont sans aucun doute accéléré ce retrait.

L’Iran a fait les mêmes calculs avec les Houthis que les États-Unis avec les moudjahidines. Il a vu deux de ses ennemis régionaux commettre l’erreur d’intervenir dans une guerre civile complexe et désordonnée, dans un pays dont le terrain ressemble à celui de l’Afghanistan. Comme les Américains dans les premières années de l’occupation soviétique, les Iraniens n’ont d’abord fourni des aides qu’au compte-goutte, essentiellement financières. Ce n’est qu’après que les Houthis se soient montrés capables et que les Saoudiens et les Émiratis se soient pleinement engagés dans la guerre que les Iraniens ont augmenté leur aide.

Pour quelques millions de dollars, à la différence des milliards dépensés par l’Arabie Saoudite et les EAU, les Iraniens ont fourni aux Houthis une technologie bon marché et disruptive : les drones. Mais contrairement au système de missile Stinger, qui était complexe et n’aurait jamais pu être fabriqué par des guérilleros, les drones sont relativement simples. Ils peuvent être conçus, construits et modifiés par des groupes rebelles – en particulier par des groupes aussi capables que les Houthis, qui sont alliés à une faction importante de ce qui était l’armée professionnelle yéménite.

Les Houthis démontrent cette capacité avec leurs propres drones. Ceux-ci sont basées sur des conceptions iraniennes, uniquement modifiées et adaptées pour répondre à leurs besoins spécifiques.

Avec l’impression 3D, le transfert de technologies peut se faire par simple email

Avec l’avènement de l’impression 3D, il sera encore plus facile pour des acteurs non étatiques violents de fabriquer des drones sophistiqués qui rempliront de nombreuses fonctions sur les champs de bataille. Les États qui aident et parrainent des acteurs non étatiques leur fourniront ces drones sans jamais avoir à les expédier ou à les faire passer en contrebande. Ils enverront simplement un fichier électronique qui contiendra les programmes qui piloteront les imprimantes 3D et les drones eux-mêmes.

La guerre au Yémen laisse entrevoir un avenir où les systèmes d’armes trop complexes que les États-Unis achètent à la demande de leur complexe militaro-industriel pourraient devenir de moins en moins efficaces. Il vaut la peine de se rappeler les paroles du colonel John Boyd, pilote de chasse, réformateur et stratège militaire, qui déclarait : « Celui qui peut le plus rapidement opérer des changements est celui qui survit ». Les groupes d’insurgés, ceux qui réussissent, en ont une compréhension innée.

Les responsables politiques américains feraient bien d’examiner de près la façon dont les Houthis, avec une aide stratégique minimale de la part de l’Iran, ont contrecarré à la fois les Émirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite. En continuant de dépenser des centaines de milliards de dollars pour des systèmes d’armement comme le F-35, l’Amérique pourrait bien ne pas être en mesure de se confronter à un monde où des drones disruptifs, bon marché et faciles à fabriquer, maniés par des groupes rebelles qui comprennent et appliquent l’algèbre de l’insurrection, peuvent handicaper et même battre les armées les mieux équipées.

Michael Horton est un analyste en politique étrangère qui a écrit pour de nombreuses publications, dont Intelligence Review, West Point CTC Sentinel, The Economist, The National Interest et le Christian Science Monitor.

Traduction Entelekheia
Photo : Houthis, Press TV

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.