Les séparatistes catalans méchants, les ‘manifestants pro-démocratie’ de HK gentils : comment 1984 d’Orwell est devenu le manuel des ‘médias libres’ occidentaux

Par George Galloway
Paru sur RT sous le titre Catalonia ‘separatists’ bad, HK ‘pro-democracy protesters’ good: Orwell’s 1984 becomes user’s manual for Western ‘free media’


Lorsque des partisans des dirigeants catalans emprisonnés pour avoir organisé un vote démocratique avancent sur l’aéroport de Barcelone, les médias dénoncent à grand-bruit ces ‘séparatistes’ qui causent du chaos. Lorsque la même tactique est utilisée à Hong Kong, c’est une manifestation ‘pro-démocratie’.

Dans son livre 1984, George Orwell avait rebaptisé le ministère de la Guerre ‘ministère de la Paix’. La Vérité, c’était le Mensonge, la Haine, c’était l’Amour. Mais l’auteur Lewis Carroll avait pris les devants.

Dans ‘De l’autre côté du miroir’, publié pour la première fois en 1871, Humpty Dumpty déclare d’un ton dédaigneux à Alice, « – Quand j’utilise un mot, cela signifie exactement ce que je choisis de dire – ni plus ni moins ».

« – La question est, répond Alice, de savoir si vous POUVEZ obliger les mots à dire des choses différentes. »

« – La question, dit Humpty Dumpty, est de savoir qui est le chef, un point c’est tout. »

Humpty Dumpty a de toute évidence été recollé, dans nos salles de rédaction et dans la bouche de nos politiciens. Comme c’est souvent le cas, cela trouve son apogée en Syrie.

Le ‘terroriste’ des uns devient, bien sûr, le ‘Combattant de la liberté’ des autres – mais maintenant, cela devient ridicule. La soi-disant ‘Armée’ soi-disant ‘syrienne’ soi-disant ‘libre’ – l’ASL – est aujourd’hui dénoncée dans le monde entier pour la sauvagerie de son comportement au cours des incursions turques dans le nord-est de la Syrie.

Le problème, c’est que les Humpty Dumpty qui écument aujourd’hui contre eux derrière leurs stylos-plumes sont les mêmes qui nous avaient assuré pendant des années qu’il s’agissait de ‘rebelles modérés’, de soldats ‘laïques’ luttant pour la ‘démocratie’ contre ‘la dictature’ en Syrie. Tant et si bien que nous avons dû leur donner les armes avec lesquelles d’après des témoins, ils tirent aujourd’hui sur des civils kurdes, ce qui nous consterne affreusement…

Ceux d’entre nous qui avions attiré l’attention sur le fait que l’un des commandants de l’ASL avait, il y a quelques années, découpé le cœur d’un prisonnier et l’avait mangé sur YouTube, avions été censurés sur les plate-formes des réseaux sociaux, avec l’étiquette « assadistes » ou « poutinistes » ou, dans mon cas, les deux. Le fait que l’opposition soi-disant ‘démocratique’ n’était qu’un méli-mélo de forces fanatiques islamistes portant des casques blancs et le rouge à lèvres de Mme Clinton était une vérité qui ne pouvait tout simplement pas être dite.

Cette farce tragique se termine, en fait, comme elle a commencé, quand le lancement de la ‘Coalition pour une Syrie démocratique’ par Hillary Humpty Dumpty Clinton avait été annulé, parce qu’il avait été souligné que nombre des pays de ladite coalition comptaient parmi les moins libres et les plus antidémocratiques au monde !

Le nom a changé, mais pas le flot d’armes, d’argent, de soutien politique et de propagande.

La place et l’ennui m’empêchent d’aborder l’ensemble des faux nez de l’histoire syrienne, alors permettez-moi de rendre hommage à la Catalogne.

Le gouvernement démocratique de l’Espagne au sein de l’Union européenne démocratique vient de condamner à un total de cent ans de prison des responsables politiques démocratiques catalans, pour avoir organisé un vote démocratique en Catalogne. Pire encore, une ‘foule’ de leurs partisans s’est avancée sur… l’aéroport de Barcelone ! Le commerce, les vacances, le commerce sont en train de s’écrouler, ruinés, je vous le dis, par cette forme antidémocratique de manifestation.

Mais, lorsque la même tactique est utilisée à Hong-Kong, les manifestants ne sont PAS une foule d’excités, ce ne sont pas des casseurs, ce sont des ‘manifestants pro-démocratie’.

Lorsque les manifestants de Hong-Kong affrontent la police chinoise avec des molotovs, des couteaux et même des armes à feu, c’est le policier poignardé dans le cou qui est le méchant. Quand la police française désarme littéralement des manifestants Gilets jaunes – c’est-à-dire qu’elle leur arrache les mains – même Humpty Dumpty Dumpty se tait, un voile de secret médiatique complet est jeté sur les éborgnements, les mains arrachées et même les morts dûs à la police.

Le roman 1984 de George Orwell était censé être une œuvre de fiction dystopique, une mise en garde contre les perversions de la vérité qui seraient nécessaires au soutien du totalitarisme, si nous ne faisions pas attention.

En 2019, c’est devenu un guide, un programme stratégique, et certains des pires hypocrites au monde – également dénommés médias libres des pays libres – le déploient avec l’approbation des classes politiques qu’ils servent.

Comme l’avait dit Humpty Dumpty, « La question est de savoir qui est le chef, un point c’est tout. »

George Galloway a été membre du Parlement britannique pendant presque trente ans. Il présente des émissions de radio et de télévision (y compris sur RT). C’est un célèbre réalisateur, écrivain et tribun.

Traduction Entelekheia
Photo Twitter

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.