Irak : le Parlement vote l’expulsion des troupes américaines

Par Jake Johnson
Paru sur Common Dreams sous le titre Iraqi Parliament Votes to Expel All American Troops and Submit UN Complaint Against US for Violation of Sovereignty


Mise à jour :

Le Parlement irakien vote l’expulsion de toutes les troupes américaines et dépose une plainte à l’ONU contre les États-Unis pour violation de souveraineté.

« Ce qui s’est passé est un assassinat politique. L’Irak ne peut pas accepter cela. »

Le Parlement irakien a voté dimanche en session extraordinaire l’expulsion de toutes les troupes américaines du pays et le dépôt d’une plainte des Nations Unies contre les États-Unis pour violation de la souveraineté de l’Irak à la suite de l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani à Bagdad.

Avant le vote, un choeur de « Non, non, Amérique » a retenti dans la salle.

« L’Irak demande au Conseil de sécurité de l’ONU de condamner les bombardements et les assassinats », a déclaré le ministère irakien des Affaires étrangères dans un communiqué après le vote.

(Breaking : #Le parlement irakien vote pour le retrait de toutes les forces américaines et de la « Coalition internationale » du pays, & soumet une plainte aux Nations Unies contre les États-Unis pour violation de la souveraineté de l’Irak.)

Comme l’a rapporté The National, le parlement irakien a approuvé « un plan d’action en cinq points qui obligerait le gouvernement irakien à mettre fin à la présence de troupes étrangères dans le pays, et à retirer sa demande d’assistance à la coalition mondiale anti-ISIS ».

« Le Parlement a également demandé au gouvernement d’interdire l’utilisation de l’espace aérien irakien à toute puissance étrangère », selon The National.

Les États-Unis ont actuellement environ 5.000 soldats stationnés en Irak.

Plus tôt :

S’exprimant devant une session extraordinaire du Parlement dimanche, le Premier ministre irakien sortant Adil Abdul-Mahdi a recommandé que les législateurs approuvent une mesure visant à mettre fin à la présence de troupes américaines « immédiatement », à la suite de l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani à Bagdad.

Les remarques du premier ministre sont arrivées avant que les législateurs irakiens ne votent une résolution visant à mettre fin à la permission accordée aux troupes américaines de rester en Irak.

Le journaliste du Washington Post Mustafa Salim a résumé les recommandations de Mahdi :

(« Mais je veux que la décision soit acceptée par tous, donc je propose au Parlement deux options. 1. Mettre fin immédiatement à la présence de ces forces et prendre immédiatement les dispositions nécessaires à cet effet » 2. Fixer un calendrier pour le départ de ces forces » a déclaré le PM irakien)

(« Je recommande la première option et je maintiens l’amitié entre les USA et l’Irak. Il est dans l’intérêt de l’Irak et des États-Unis de réorganiser les relations entre les deux parties, de manière à préserver la souveraineté de l’Irak », a déclaré le Premier ministre irakien.)

L’assassinat de Soleimani sur le sol irakien par les Américains a été violemment condamné par le ministère irakien des Affaires étrangères et le Premier ministre, qui ont qualifié l’attaque par drone de violation de la souveraineté nationale.

« Ce qui s’est passé est un assassinat politique », a déclaré Mahdi. « L’Irak ne peut pas accepter cela. »

Dans un détail non divulgué auparavant décrit comme « stupéfiant » par un observateur, Mahdi a dit que Soleimani était à Bagdad pour le rencontrer au sujet d’une demande saoudienne de dialogue visant à soulager les tensions dans la région – et non, comme l’ont prétendu les États-Unis, pour planifier des attaques contre les forces américaines.

Traduction Entelekheia
Photo : Adil Abdul-Mahdi, Premier ministre d’Irak.

Note de la traduction :

Mise à jour d’Entelekheia : « Lors de la session d’urgence du Parlement dimanche, le Premier ministre sortant irakien Adil Abdul Mahdi a déclaré que la partie américaine avait informé l’armée irakienne du projet de frappe aérienne quelques minutes avant qu’elle ne soit exécutée. Il a souligné que son gouvernement avait refusé à Washington la permission de poursuivre l’opération ».
Source : RT America

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :