Coronavirus – il est temps de demander à votre gouvernement d’agir

Par B
Paru sur Moon of Alabama sous le titre Coronavirus – Its Time To Press Your Government To React Faster


Le New York Times abuse de la pandémie de coronavirus pour sa propagande anti-Chine :

The New York Times @nytimes – 10:40 UTC – 28 février 2020

Le gouvernement chinois a fait taire des lanceurs d’alerte, dissimulé des informations et minimisé la menace du nouveau coronavirus. Aujourd’hui, le parti communiste au pouvoir tente de réhabiliter son image en se présentant comme le leader de la lutte contre le virus.

La Chine utilise la crise du coronavirus, se présentant comme leader mondial
La campagne de propagande suggère que le gouvernement chinois pourrait s’inquiéter de dommages durables causés par l’épidémie.

Lorsqu’un groupe de cas de pneumonie d’origine inconnue est apparu à Wuhan, la première réaction a bien sûr été la confusion et non une réponse immédiate à grande échelle. Oui, la Chine aurait pu être un peu plus rapide et certains administrateurs locaux ont fait des erreurs, mais qui, s’il vous plaît, si ce n’est le gouvernement chinois, a mené depuis la lutte mondiale contre le nouveau coronavirus ?

Nouveaux cas de Covid-19 en Chine. En bleu, nouveaux cas confirmés. En rouge, nouveaux cas suspectés. 

Le rapport de la mission de l’OMS en Chine en fait l’éloge pour de bonnes raisons :

L’approche audacieuse de la Chine pour contenir la propagation rapide de ce nouvel agent pathogène respiratoire a changé le cours d’une épidémie mortelle qui s’intensifie rapidement. Une statistique particulièrement convaincante est qu’au premier jour du travail de l’équipe préparatoire, 2478 cas de COVID-19 nouvellement confirmés avaient été signalés en Chine. Deux semaines plus tard, le dernier jour de cette mission, la Chine a signalé 409 cas nouvellement confirmés. Cette baisse des cas de COVID-19 dans toute la Chine est réelle.

Ce sont les États-Unis qui sont à la traîne dans la lutte, car ils ne peuvent toujours pas tester les personnes qui doivent l’être :

L’agence fédérale (le CDC) a écarté les directives de l’Organisation mondiale de la santé en matière de tests utilisées par d’autres pays et entrepris de créer son propre test, plus complexe, qui pourrait identifier une série de virus similaires. Mais lorsqu’il a été envoyé dans les laboratoires du pays au cours de la première semaine de février, il n’a pas fonctionné comme prévu. Le test du CDC a correctement identifié le COVID-19, la maladie causée par le virus. Mais dans tous les laboratoires d’État, sauf une poignée, il a faussement signalé la présence d’autres virus dans les échantillons.

Le CDC continue d’agir de manière irresponsable :

Certaines villes américaines pourraient devoir attendre des semaines pour obtenir un « test efficace » de détection des virus.

Aux États-Unis, moins de 2 000 personnes avaient été testées pour le virus jeudi, soit une fraction à peine de celles des autres grands pays. Les responsables des villes et des États sont frustrés par la lenteur des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies à distribuer des tests précis qui pourraient identifier les porteurs du coronavirus.

Que le CDC ait bâclé sa réponse n’est probablement pas étonnant, lorsque son plus haut patron qualifie de « canular » le danger évident :

Vendredi soir, le président Donald Trump a tenté de présenter l’épidémie mondiale de coronavirus comme une conspiration des Démocrates destinée à saper son premier mandat, en la mettant dans le même panier que la tentative d’impeachment et l’enquête Mueller.

Il a reproché à la presse d’avoir agi de manière hystérique face à ce virus, qui s’est maintenant propagé en Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Iran, en Italie et aux États-Unis, et il a minimisé ses dangers, affirmant contre l’avis des experts qu’il était similaire à la grippe.

« Les démocrates politisent le coronavirus. Ils le politisent », a-t-il déclaré. « Ils n’ont aucune idée. Ils ne savent même pas compter leurs votes dans l’Iowa. Non, ils ne savent pas. Ils ne savent pas compter leurs votes. Un de mes hommes est venu me voir et m’a dit : « M. le Président, ils ont essayé de vous battre avec la Russie, la Russie, la Russie. Cela n’a pas très bien fonctionné. Ils n’ont pas pu le faire. Ils ont essayé le canular de l’impeachment. »

Puis Trump a appelé le coronavirus « leur nouveau canular ».

Ce n’est pas un canular pour les fonctionnaires qui ont pris en charge les cas de COVID-19 que les États-Unis ont évacués du Japon, mais qui n’étaient pas été protégés et n’avaient reçu aucune formation. Ils devraient tous être en quarantaine, mais ont apparemment été autorisés à partir. Ce n’est pas un canular pour le gars de Brooklyn qui vient de rentrer du Japon, qui a développé une forte fièvre et qui ne peut pas obtenir de test. Ce n’est pas un canular pour l’homme de Miami qui est revenu de Chine, a été testé et devra maintenant régler une facture de 3 270 $ pour cela. Ce ne sera pas un canular pour plusieurs millions de citoyens américains.

Les États-Unis bâclent leur réponse à l’épidémie tout comme le Japon l’a bâclée. La Corée du Sud montre comment il faut procéder.

Dates et nombres de tests de coronavirus pour le japon et la Corée du Sud.

Raphael Rashid @koryodynasty – 14:35 UTC – Feb 28, 2020

La Corée du Sud a procédé à plus de 10 000 tests COVID-19 aujourd’hui. Les personnes qui présentent le moindre symptôme (ou non) peuvent même se faire tester dans ces stations de test drive-in sans presque même avoir à descendre de leur voiture. L’ensemble du processus prend 10 minutes.

Je suis époustouflé.

Comme le souligne @jeeabbeylee, ces tests du COVID-19 sont GRATUITS. Tout le monde peut se faire tester.

Et grâce aux messages d’urgence localisés qui sont envoyés sur (presque) tous les téléphones du pays (vous ne pouvez pas désactiver ces alertes), les gens savent exactement s’ils ont été en contact avec le virus ou non. C’est vraiment incroyable.

Je voudrais également souligner que non seulement le test COVID-19 est gratuit en Corée du Sud, mais qu’il est ouvert à tous, y compris aux résidents étrangers et aux immigrants sans papiers.

Les centres médicaux sont exemptés de l’obligation de notifier au bureau de l’immigration le statut des patients en matière de visa.

Oh et aussi, bien que les tests du COVID-19 en Corée du Sud soient gratuits, si l’équipe médicale détermine que le test n’est pas nécessaire mais que quelqu’un insiste pour le faire, il devra débourser 160 000 won (132 $).

La façon dont le système de santé américain est structuré rendra difficile d’éviter une épidémie plus étendue. Les travailleurs seront particulièrement touchés :

Le CDC a publié des instructions très claires pour aider à prévenir la propagation des maladies respiratoires, notamment en restant chez soi quand on est malade. Tout le monde n’a pas cette possibilité.

Dans l’ensemble, un peu moins des trois quarts (73 %) des travailleurs du secteur privé aux États-Unis ont la possibilité d’avoir des congés de maladie rémunérés. Et, comme le montre le graphique ci-dessous, l’accès aux congés de maladie rémunérés est très inégal. Les travailleurs les mieux rémunérés ont trois fois plus de chances d’avoir accès à des congés de maladie payés que les travailleurs les moins bien payés. Alors que 93 % des travailleurs les mieux payés ont accès à des congés de maladie payés, seuls 30 % des travailleurs les moins bien payés ont la possibilité d’avoir des congés de maladie payés.

La deuxième recommandation du CDC est de contacter votre prestataire de soins de santé.

Nous savons qu’aux États-Unis, des millions de personnes retardent leur traitement médical à cause des coûts. Les derniers chiffres du recensement nous disent que plus de 27 millions de personnes dans ce pays ne sont pas assurées, soit une augmentation de près de deux millions par rapport à l’année précédente. Ces tendances vont dans la mauvaise direction, notamment en raison des pertes de couverture de Medicaid.

Les recommandations du CDC semblent toutes bonnes, mais comment une personne qui n’a pas de congés maladie payés ou d’assurance peut-elle s’en sortir ?

Il y a aussi les immigrés sans papiers qui craignent que le personnel de santé n’informe les autorités d’immigration sur leur situation illégale.

National Nurses United (Union des infirmiers nationaux) avertit que les hôpitaux et le personnel hospitalier américains ne sont pas préparés à faire face à une épidémie :

L’unique patient atteint de COVID-19 admis au [UC Davis Medical Center] le 19 février a maintenant conduit à une auto-quarantaine au domicile pour au moins 36 infirmières et 88 autres travailleurs de la santé.

Ces 124 infirmières et travailleurs de la santé, dont on a plus que jamais besoin, ont été mis sur la touche. Le manque de préparation créera une crise nationale insoutenable en matière de personnel de santé.

National Nurses United mène une enquête sur la préparation des hôpitaux auprès des infirmières et infirmiers diplômés de tout le pays et publiera les résultats la semaine prochaine.

Les résultats préliminaires de plus de 1 000 infirmières en Californie sont inquiétants :

  • Seuls 27 % des personnes interrogées déclarent qu’un plan a été mis en place pour isoler un patient atteint d’une éventuelle infection par le nouveau coronavirus. 47% déclarent ne pas savoir s’il existe un plan.
  • Seuls 73 % déclarent avoir accès à des respirateurs N95 sur leur unité ; 47 % déclarent avoir accès à des respirateurs à purification d’air motorisés (PAPR) sur leur unité.
  • Seuls 27 % indiquent que leur employeur dispose d’un stock suffisant d’équipements de protection individuelle (EPI) pour protéger le personnel en cas d’augmentation rapide du nombre de patients susceptibles d’être infectés par des coronavirus ; 44 % ne savent pas.

La plupart des questions ci-dessus peuvent être résolues si le gouvernement des USA et le Congrès commencent à prendre le Covid-19 au sérieux. Je n’ai encore vu aucun signe indiquant que ce soit le cas.

Les tests doivent être disponibles gratuitement pour toute personne présentant des symptômes, même légers. Les personnes dont le test est positif doivent être isolées. Il doit y avoir des équipes pour retrouver et prévenir tous leurs contacts. Tous les coûts des cas de COVID-19, y compris pour payer les personnes en quarantaine, doivent être pris en charge par le gouvernement.  Des services doivent être mis en place pour les livraisons aux personnes qui se mettent elles-mêmes en quarantaine à domicile. Chaque nouveau groupe doit recevoir une réponse immédiate à grande échelle. Le personnel de santé doit recevoir une rémunération supplémentaire.

Ce qui précède nécessitera une nouvelle législation. Elle doit être discutée aujourd’hui, et non demain.

La Chine a montré comment une réponse peut être apportée de manière efficace. La Corée du Sud suit cette voie et aura probablement autant de succès.

Autre point, les conséquences économiques, qui commencent seulement à se faire sentir. Selon les prédictions de l’économiste Nouriel Roubini, la pandémie provoquera une très forte récession mondiale :

Je m’attends à ce que les actions mondiales chutent de 30 à 40 % cette année.

La récession nécessitera également des programmes massifs de relance de la part des gouvernements, car la plupart des banques centrales ont déjà des taux d’intérêt extrêmement bas et n’ont plus de marge de manœuvre.

Il n’est pas du tout utile de paniquer devant les faits ci-dessus. Mais les gens devraient faire pression sur leurs gouvernements et leurs législateurs pour qu’ils engagent au moins la lutte contre l’épidémie et ses conséquences prévisibles.

Traduction Entelekheia
Photo Gerd Altmann/ Pixabay

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :