Le Covid-19 portera-t-il un coup mortel à l’UE ?

Par Damian Wilson
Paru sur RT sous le titre As Italy and Spain issue dark warnings, the prospect of Covid-19 delivering a mortal blow to the EU is growing by the day


Ce qui faisait auparavant un sujet de spéculations oiseuses dans les bars de Bruxelles est maintenant devenu dominant – même des europhiles de premier plan comme Jacques Delors parlent ouvertement de la manière dont les divisions croissantes du bloc peuvent conduire à une rupture dramatique.

Des spéculations sur la fin du projet de l’Union Européenne circulent en permanence dans les bars fréquentés par des politiciens, des fonctionnaires et des journalistes de l’élégante Place du Luxembourg à Bruxelles, mais jusqu’à présent, il s’agissait toujours de bavardages oiseux échangés entre deux verres de bons vins français.

Mais dernièrement, ces spéculations se sont amplifiées. Les bars et les restaurants sont peut-être vides, mais les rumeurs se sont répandues comme un virus, oserais-je dire.

Des personnalités européennes de premier plan, les architectes et les pom-pom girls de l’ensemble du projet européen – non pas la bande habituelle d’eurosceptiques faciles à ignorer – parlent maintenant ouvertement de la perspective très réelle de l’effondrement du bloc.

Nous avons des leaders de pays, le premier ministre italien Giuseppe Conte et ses homologues espagnol, Pedro Sánchez, et portugais, António Costa, qui lancent des avertissements inquiétants sur l’avenir de l’UE à cause du coronavirus et des mesures financières prises pour aider les pays dont les économies ont été détruites par cette maladie.

Le premier ministre italien, à la BBC, a déclaré avoir averti les dirigeants européens qu’ils sont « face à un rendez-vous avec l’histoire » qu’ils ne peuvent pas manquer.
« Si nous ne saisissons pas l’occasion de donner un nouveau souffle au projet européen, le risque d’échec est réel ».

Européen. Échec.

Deux mots qui n’auraient pas été envisageable dans la même phrase par Rome dans la même il y a seulement sept semaines, avant que la vague meurtrière de pandémie à coronavirus ne frappe la Lombardie, dans le nord de l’Italie.

De son côté, le Premier ministre espagnol a été tout aussi sombre dans ses perspectives. « La solidarité entre les Européens est un principe clé des traités de l’UE. Et elle se voit dans des moments comme celui-ci », a-t-il déclaré.

« Sans solidarité, il ne peut y avoir de cohésion, sans cohésion, il y aura une désaffection et la crédibilité du projet européen sera gravement mise à mal ».

Ce n’est pas ce que Bruxelles veut entendre de la part de Madrid.

En voisin de palier de l’Espagne, le Premier ministre portugais avait déjà perdu son sang-froid, en réaction aux suggestions du ministre néerlandais des finances Wopke Hoekstra selon lesquelles l’Espagne – le voisin du Portugal – devrait faire l’objet d’une enquête pour savoir si elle est réellement aussi incapable de faire face seule au choc financier du Covid-19 qu’elle l’affirme.

Il a déclaré que l’affirmation de Hoekstra « sape complètement l’esprit de l’UE et constitue une menace pour l’avenir de l’UE ».

Ces mots inquiétants, encore une fois : Échec. Saper. Menace.

Et comme si les querelles entre les figures politiques actuelles du Nord et du Sud ne suffisaient pas, nous avons l’une des figures les plus influentes de l’histoire du projet, l’ancien président de la Commission européenne Jacques Delors, qui prévient : le manque de solidarité entre les nations est « un danger mortel pour l’Union européenne ».

Mince alors !

Bien sûr, la menace très réelle de la pandémie pour l’UE aurait dû être anticipée.

Il est largement reconnu que le Covid-19 s’avère plus dangereux pour ceux qui souffrent de problèmes de santé sous-jacents, et l’UE elle-même souffre de graves problèmes sous-jacents.

Les partisans d’une union toujours plus étroite en Europe ont été déçus par les résultats relativement faibles des principaux groupes politiques aux élections européennes de l’année dernière. Les eurosceptiques et autres fauteurs de troubles ont remporté beaucoup trop de sièges à leur goût, ce qui a eu pour effet de voir des fonctionnaires problématiques occuper des sièges clés.

Cela a marqué le début d’un malaise croissant.

La nouvelle Commission dirigée par Ursula von der Leyen a connu un lent décollage dans le contexte d’auditions de commissaires particulièrement difficiles, du désordre de Brexit et de ses retombées, et des récents grognements de la Hongrie et de la Pologne ; tout cela a laissé l’UE épuisée et affaiblie.

Ce n’est pas la meilleure situation de départ pour faire face à un ennemi invisible et mortel.

Ainsi, alors que dans les discussions d’avant de la Place du Luxembourg sur la chute de l’UE, parmi les options possibles – est-ce que ce serait une migration impossible à juguler venue des zones déchirées par des guerres qui siffleraient la fin de la partie, des disputes sur l’expansion de l’UE, une armée européenne, ou l’aide ou encore l’internationalisme ? – la fin du projet européen pourrait bien venir de quelque chose d’intangible et d’invisible à l’œil nu – le coronavirus.

Absolument personne ne l’avait vu venir.

Damian Wilson est un journaliste britannique, consultant dans le secteur financier et conseiller spécial en communication politique au Royaume-Uni et dans l’UE.

Traduction Entelekheia
Photo Pixabay

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :