Le vrai complot : notes en marge de la bulle médiatique

Par Caitlin Johnstone
Paru sur le blog de l’auteur sous le titre The Real Conspiracy: Notes From The Edge Of The Narrative Matrix et Information Clearing House sous le titre abrégé The Real Conspiracy


Certains complotistes disent que le monde va mal parce que nous sommes dirigés par des illuminati ou des reptiliens, mais je vais bien plus loin que ça : Je dis que toute notre société est faite de pensées imaginaires qui ont peu de rapport avec la réalité objective, et certains manipulateurs intelligents ont trouvé comment exploiter cela.

Je dis que même ce que nous considérons comme notre propre moi est une construction narrative finalement illusoire constituée d’un réseau déconnecté de pensées, de langage et de souvenirs ; cherchez bien un « moi » solide chez vous, vous ne le trouverez jamais. [1] Il en va de même pour la plupart des choses auxquelles les gens attachent de l’importance dans ce monde.

Certains n’ont pas de centres d’empathie sains et, de ce fait, ils n’utilisent pas le langage comme nous le faisons tous : pour nous comprendre et nous connecter les uns aux autres. Ils l’utilisent plutôt pour obtenir ce qu’ils veulent. Ils ont compris comment échanger des mots contre des biens matériels, des récits contre des richesses réelles. Vous pouvez parler d’amour pour obtenir du sexe, parler de Dieu pour obtenir une dîme, parler des terroristes ou des Russes ou des Démocrates/Républicains pour obtenir des votes, parler d’économie pour obtenir de la richesse, parler de gouvernement pour obtenir du pouvoir, etc. Les manipulateurs l’apprennent et l’exploitent.

Des manipulateurs sans empathie s’élèvent jusqu’au sommet, car ils sont prêts à faire tout ce qu’il faut et à manipuler qui ils doivent pour y parvenir. Ce problème est encore aggravé par le fait que la richesse elle-même tue l’empathie [Lien en français, NdT]. Dans un système où les sociopathes sont récompensés par la richesse, et où richesse égale pouvoir, nous nous retrouvons naturellement dirigés par des sociopathes. Ils manipulent nos perceptions erronées de la réalité objective afin d’amasser des richesses et du pouvoir, qu’ils utilisent pour en accaparer encore davantage.

~

Depuis que le langage et le pouvoir existent, des rationalisations circulent pour favoriser les puissants. Une grande partie de notre soi-disant « culture » n’est qu’une proto-propagande au service du pouvoir, délibérément imbriquée dans la vision du monde de nos ancêtres.

~

Faites ces deux promesses à n’importe quel manipulateur dans votre vie et et tenez-les, et il perdra tout pouvoir sur vous pour toujours :

« Je te promets de ne plus jamais croire ce que tu me diras sur toi. »

« Je te promets de ne plus jamais croire ce que tu me diras sur moi. »

~

Madame Chine va être très surprise quand elle découvrira qu’elle s’est ingérée dans les élections de novembre prochain.

~

Il aurait été parfaitement sain et normal qu’un nouveau virus émerge en Chine et que le monde se dise « Oh-oh, prenons soin des gens et aidons-nous les uns les autres à traverser ensemble tout cela ! » au lieu d’intensifier les campagnes de propagande et d’attiser une hystérie de Guerre froide.

~

L’hystérie anti-chinoise véhiculée par les médias n’a rien à voir avec le Covid-19, ni avec du racisme, ni même vraiment avec de l’anticommunisme. C’est en fin de compte, comme la plupart des choses, une question de pouvoir. L’empire américain veut l’hégémonie mondiale et la Chine montante ne veut pas la lui donner, donc une confrontation est à venir.

~

Les tentatives de l’Amérique de miner la Russie sont inséparables de ses tentatives de miner la Chine ; c’est littéralement le même programme. Un livre blanc du Pentagone publié l’année dernière et intitulé « Intentions stratégiques de la Russie » mentionne le mot « Chine » 108 fois. Quelques extraits notables :

  • « Le système mondial, et l’influence américaine en son sein, seraient complètement bouleversés si Moscou et Pékin s’alignaient plus étroitement ».
  • « L’objectif des alliés devrait être la dissuasion. Dans le même temps, les États-Unis devraient engager un dialogue bilatéral avec la Russie afin de l’éloigner de l’orbite de la Chine ».
  • Il encourage également le développement de la capacité des États-Unis à « attiser efficacement des méfiances et des malaises entre la Fédération de Russie et la Chine ».
  • « Avec Pékin, Moscou recherche un monde multipolaire dans lequel l’hégémonie américaine prenne fin. Comme l’a récemment souligné Alexander Lukin, « l’idéal commun d’un monde multipolaire a joué un rôle important dans le rapprochement entre la Russie et la Chine ».
  • « La Russie et la Chine ont été explicitement mentionnées dans la Stratégie de défense nationale de 2018 comme les grandes puissances avec lesquelles les États-Unis sont en concurrence. La Russie et la Chine ont toutes deux parcouru un long chemin depuis les années 1990, et l' »amitié » qui est apparue dans l’immédiat après-Tiananmen et qui a continué à se développer au fil des ans semble aujourd’hui être l’une des alliances bilatérales les plus solides de la planète ».
  • « Ensemble, les tentacules de la Russie étendus sur ses anciens voisins soviétiques et l’alliance stratégique de Moscou avec Pékin dans la poursuite d’un monde multipolaire (dans lequel les États-Unis ne sont plus hégémoniques) forment les deux principaux piliers sur lesquels repose la grande stratégie de Poutine. Tous les autres aspects de son comportement en matière de politique étrangère peuvent être attribués à cette double stratégie.

Ces stratèges du Pentagone plaident essentiellement pour que les dirigeants américains tentent de courtiser la Russie ou la Chine afin de les séparer, mais la décision a été prise de les attaquer toutes les deux, probablement parce qu’ils réalisent que Pékin et Moscou savent bien que si l’une laisse tomber l’autre, elle sera la suivante. Cela les a rapprochées l’une de l’autre.

Dans une interview très intéressante et pleine d’idées que vous n’entendrez jamais dans les médias occidentaux accordée à Grayzone l’année dernière, le vice-ministre russe des affaires étrangères, Sergei Ryabkov, a parlé ouvertement des différentes façons dont la Russie, la Chine et d’autres nations qui ont résisté à l’absorption dans le blob de l’alliance atlantiste ont travaillé à la création d’un monde multipolaire. Ryabkov a déclaré que d’autres nations ont observé la manière dont la domination du dollar américain a été utilisée pour terroriser économiquement les nations non alignées et les asservir par le biais de sanctions et autres manipulations, Washington s’attendant à ce que le dollar et le système financier américain restent « le système cardiovasculaire de l’organisme tout entier ».

« Ce ne sera pas le cas », a déclaré Ryabkov. « Les gens vont le contourner, au sens propre. Et les gens trouveront des moyens de se défendre, de se protéger, de se prémunir contre toute urgence, si quelqu’un arrivait à la Maison-Blanche ou ailleurs, au Trésor, au Département d’État, et dit : « Hé les gars, maintenant nous devons arrêter ce qui se passe dans le pays X, et le presser comme un citron ». Et ce pays est assis sur le dollar. Il est fichu dès le moment où ces paroles seront prononcées. Ainsi, la Chine, la Russie et d’autres pays, nous créons des alternatives que nous continuerons très probablement à utiliser, non seulement des monnaies nationales, mais aussi des paniers de monnaies, des monnaies de pays tiers, d’autres systèmes de troc modernes ».

« Nous utiliserons des moyens qui diminueront le rôle du dollar et du système bancaire américain avec tous ses risques d’arrêts, de gels des actifs et des transactions », a conclu Ryabkov.

Et c’est effectivement ce qui s’est passé. C’est là la véritable raison pour laquelle on vous vend aujourd’hui de l’hystérie russophobe et sinophobe.

Quiconque a vu clair dans les foutaises anti-russes mais marche dans les foutaises anti-chinoises est un imbécile, tout comme quiconque voit clair dans les foutaises anti-chinoises mais marche dans les foutaises anti-russes. Ce sont les mêmes foutaises. Ne soyez pas imbécile. Insistez sur la détente, la paix, la coopération et le respect des souverainetés.

~

Le premier projet du Patriot Act a été présenté une semaine après le 11 septembre. Quelqu’un croit-il vraiment qu’ils ont rassemblé toutes les informations nécessaires et écrit des centaines de pages en une semaine en partant de zéro ? Quelqu’un croit-il qu’il n’y a pas de programmes autoritaires planifiés à l’avance et prêts à être mis en place maintenant ?

Nous savons avec une certitude absolue que des gens puissants conspirent pour exploiter notre situation actuelle, et il existe une multitude de théories sur les détails de ce qui pourrait se passer. Appeler ces théories « complotistes » n’est pas un argument, c’est juste une description.

~

Comme les nouvelles technologies permettront bientôt à des drones de détection de cas de coronavirus de patrouiller dans le ciel australien [2], je prédis qu’une technologie beaucoup plus ancienne fera également bientôt un retour en force :

~

J’ai inventé un jeu d’arcade avec un gant de boxe robotisé et deux boutons. Si vous appuyez sur le bouton rouge, il vous donne un coup de poing au visage, et si vous appuyez sur le bouton bleu, il vous donne un coup de poing au visage tout en vous disant que le bouton rouge vous aurait frappé plus fort. Pour une raison indéterminée, personne n’y a joué.

J’ai essayé d’ajouter une fonction où un groupe de voix condescendantes et autoritaires vous font la morale en vous traitant d’égoïste si vous ne jouez pas, mais les gens continuaient à dire « Non merci, je préfère jouer à un de ces autres jeux où on ne me frappe pas du tout ». Je ne comprends pas.

~

J’espère que vous, électeur de Bernie, êtes conscient que si vous refusez de voter pour le violeur raciste autoritaire dément avec lequel vous ne partagez aucun terrain idéologique [Biden, NdT], c’est la même chose que de voter pour l’autre violeur raciste autoritaire dément avec lequel vous ne partagez aucun terrain idéologique [Trump, NdT].

~

Si l’équipe Biden veut des votes, le moins qu’elle puisse faire est de vous dire qui seront ses tuteurs s’il est élu. Une simple présentation : « Salut, je m’appelle Ted, je vais prendre toutes les décisions de politique fiscale du président pendant qu’il regarde Matlock à la télé », etc. [3]

~

La plupart des arguments politiques se résument juste en fait à quelqu’un qui dit « Hé, peut-être que notre société n’est pas obligée d’être sociopathe et dingue », et ensuite à quelqu’un d’autre qui le qualifie de déraisonnable.

~

Des changements de grande ampleur se produisent actuellement dans un environnement d’information très brouillé. Ceux d’entre nous qui nous consacrons à la vérité devrons probablement réviser notre compréhension de ce qui se passe dans le monde de manière très significative d’ici quelques mois.

~

Afin de minimiser l’infection, le Royaume-Uni accorde une libération anticipée à tous les prisonniers non-violents et non-Julian Assange.

~

L’Amérique a le Deuxième amendement [qui autorise le port d’armes à feu, Ndt] parce qu’une population bien armée est la meilleure défense d’une nation contre la tyrannie, comme par exemple dans le cas où une classe de ploutocrates détournerait le gouvernement et commencerait à voler des quantités toujours croissantes de richesse et de pouvoir aux citoyens, ou quelque chose comme ça.

~

Presque tout ce qui se trouve dans les actualités est vide de sens. Les seules informations pertinentes sont celles qui indiquent où l’argent va, où les ressources vont, où les armes vont et où les gens vont. Tout le reste est du bruit destiné à justifier, manipuler ou distraire de ces mouvements.

~

Il existe deux types de journalistes : ceux qui se présentent comme des reporters impartiaux de la réalité objective factuelle, et ceux qui sont honnêtes.

Traduction Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia
Illustration Alexas Fotos/Pixabay

Notes de la traduction :

[1] « Cherchez votre moi, vous ne le trouverez pas » est la stricte vérité. Des expériences ont été faites, dans les années 70, par une équipe d’anti-psychiatres menée par Ronald Laing dans le but de découvrir la réalité du moi profond en « déconstruisant » l’acquis. Conclusion : une fois toutes les idées sur soi-même, concepts, apports culturels et autres dépassés, au bout du moi, il n’y a rien. C’est pourquoi le narcissisme est une impasse, et explique qu’il s’accompagne si souvent d’anxiété, de dépression, d’addictions, etc : il n’y a rien de plus angoissant que le vide.
Voir le documentaire d’Adam Curtis pour la BBC « The Trap » (malheureusement non encore sous-titré en français) dans lequel ce sujet est abordé.

[2] Caitlin Johnstone est Australienne.

[3] Joe Biden est, semble-t-il, atteint de démence sénile : nombre des phrases qu’il prononce n’ont aucun sens. Une des preuves les plus flagrantes de la noyade du Parti démocrate est qu’il le présente quand même aux élections présidentielles de préférence à Sanders, au risque de largement perdre contre Trump.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :