La guerre est finie… GloboCap triomphe !

Par CJ Hopkins
Paru sur Consent Factory et RT sous le titre The War is Over… GloboCap Triumphs!


OK, donc, cela n’a rien eu de cool. Pendant un moment terrifiant, il semblait que le GloboCap allait laisser le Hitler-Agent Russe gagner. Heure après heure, le soir des élections, les États sur la carte viraient au rouge, ou au rose, ou à une couleur clairement non bleue. [1] Le Wisconsin … le Michigan … la Géorgie … la Floride. Cela ne pouvait pas être vrai, et pourtant ça l’était. Quelle autre explication pouvait-il y avoir ? Les Russes volaient encore les élections !

Mais, bien sûr, le GloboCap ne faisait que jouer avec nous. C’est une bande de farceurs, ces types du GloboCap. Naturellement, ils n’ont pas pu résister à l’envie de nous taquiner juste encore une fois.

Mais sérieusement, même si j’apprécie les bonnes farces, j’ai encore un certain nombre d’amis progressistes, dont beaucoup étaient au bord de la crise cardiaque alors qu’ils attendaient, à bout de souffle, que les médias grand public confirment qu’ils avaient réussi à évincer un dictateur – au sens propre du terme – du pouvoir. (Certains d’entre eux souffrent du syndrome de l’intestin irritable ou d’autres troubles gastro-intestinaux, aussi, à la lumière de la pénurie actuelle de papier toilette causée par le Retour de la Peste Apocalyptique, jouer avec eux de cette façon était particulièrement cruel).

Mais peu importe. De l’eau a coulé sous les ponts. La bonne nouvelle, c’est que le cauchemar est terminé! Hitler et son armée clandestine de suprémacistes blancs amoureux de la Russie ont été vaincus ! La décence a été restaurée ! La mondialisation est revenue d’entre les morts !

Et, bien sûr, la chose la plus importante est que le racisme en Amérique est terminé… encore une fois !

Oui, c’est vrai, les amis, fini le racisme… Dites adieu à tous ces monuments confédérés ! Les Démocrates sont de retour à la Maison Blanche ! Selon certaines sources, le personnel domestique est déjà dans le sous-sol de l’aile ouest, à la recherche du buste du Martin Luther King que Trump avait ordonné de retirer et de profaner au moment où il a prêté serment. Les étudiants préparent des autodafés de livres, de peintures, de films racistes et/ou potentiellement racistes, et autres œuvres d’art dégénéré. Jussie Smollett peut enfin sortir de la cachette où il s’était claquemuré.

OK, c’est vrai, ils ne vont pas en finir avec la ségrégation dans les villes progressistes [2] ou quoi que ce soit de fou comme ça, non plus qu’arrêter de « policer » les quartiers noirs comme une armée d’occupation, ou encore arrêter de financer des écoles avec des taxes foncières, mais Kamala Harris est noire, du moins en majeure partie, et Papy Joe va nous raconter encore plus d’histoires sur « Corn Pop », le gangster qui maniait le rasoir dans une piscine publique, [3] et autres Noirs dangereux qu’il n’a pas encore incarcérés, ce qui devrait calmer les ardeurs de tous ces gens de BLM.

En attendant, les célébrations officielles ont commencé. Les phares de la pensée tueurs de masse qui dirigent GloboCap, les chefs de gouvernements et les médias grand public sont en train de déverser des flots de propagande sur l’Espoir-et-le-Changement, comme en 2008. Des présentateurs s’effondrent en larmes et sanglotent à la télévision. Des émeutiers progressistes piétinent rituellement des snacks soufflés Cheetos dans la rue, jusqu’à ce que mort du snack s’ensuive. Des hordes de cultistes covidiens s’amassent en plein air, avec des masques autour du cou, partageant des bouteilles de champagne et s’embrassant sur la bouche, protégés du virus qu’ils sont par le Champ de Force Anti-Trump qui avait sauvé les manifestants de BLM l’été dernier. C’est le Jour de la victoire, la chute du mur de Berlin et l’assassinat de Ben Laden réunis !

Tout cela est bien compréhensible, étant donné les horreurs de ces quatre dernières années, les camps de concentration, les guerres d’agression, la censure, les escadrons de la mort de la CIA, les procès fantoches, et toutes ces autres trucs typiques des dictateurs. En plus de cela, il y avait toute cette suprématie blanche, et tout cet antisémitisme, et cet horrible mur qui a transformé l’Amérique en un « État d’apartheid » où les gens étaient emprisonnés dans un ghetto à ciel ouvert, et maltraités, et assassinés sans raison. (Oups, je crois que j’ai bousillé mes citations … peut-être feriez-vous bien de vérifier ces liens). [4]

Mais ne nous attardons pas sur toutes ces horreurs pour l’instant. Nous aurons tout le temps pour cela plus tard, lorsque Donald Trump sera traduit en justice et jugé pour ses crimes contre l’humanité, comme tous nos précédents présidents criminels de guerre.

Non, c’est le moment de nous tourner vers le Meilleur des mondes, avec sa Nouvelle Normalité Capitaliste Globale dans laquelle tout le monde sera assis chez soi, avec son masque, et surfera sur Internet sur son grille-pain intelligent avec MSNBC en arrière-plan… enfin, OK, non, pas tout le monde. Les nantis devront toujours voler dans leurs jets privés et leurs hélicoptères, et prendre des vacances sur leurs yachts, et, vous savez, tous les trucs habituels nantis. Mais nous autres n’aurons à aller nulle part, pas plus que nous ne rencontrerons qui que ce soit face à face, parce que nos vies seront une réunion sans fin sur Zoom soigneusement surveillée par des « fact-checkers » officiels dont le travail sera de s’assurer que nous ne sommes pas « désinformés » ou exposés à de « dangereuses théories du complot » qui pourraient potentiellement conduire à de douloureuses agonies (ou à des maladies légères à modérées de type grippal) pour des centaines de millions d’innocents.

Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Même si vous êtes probablement impatient de vivre dans le Meilleur des monde de la Nouvelle Normalité concoctée par GloboCap, ou par le Great Reset, ou peu importe comment ils finissent par appeler leur nouveau totalitarisme sanitaire, ce n’est pas encore un fait accompli … pas avant que l’Hitler-Agent russe ait été complètement humilié et démis de ses fonctions, et que tous ceux qui ont voté pour lui, ou qui ne croyaient pas que c’était réellement Hitler ou un agent russe, ou qui refusaient de prendre part à la curée anti-Trump orchestrée par les médias grand public, soient diabolisés comme « racistes », « traîtres », « antisémites », « complotistes » ou autres « extrémistes de droite dure ».  Tout cela va probablement prendre encore quelques mois.

Je suis presque certain que le plan consiste encore à aiguillonner Trump pour qu’il réagisse de façon excessive et tente de résister à sa révocation. Et je ne veux pas dire seulement devant les tribunaux. Non, après tout l’argent, le temps et les efforts que le GloboCap a investi ces quatre dernières années, ils seraient extrêmement déçus s’il s’éclipsait sans entrer à fond dans la bataille, et sans déclencher une seconde Guerre de sécession.

Comme je l’ai dit, encore et encore depuis qu’il a gagné les élections, le GloboCap doit faire un exemple de Trump pour mettre fin à la rébellion populiste générale démarrée en 2016 contre le capitalisme mondialisé et son idéologie. Et non, que Donald Trump soit réellement populiste ou pas, ou que les gens réalisent que c’est contre le capitalisme mondial et non le « marxisme culturel » [5] qu’ils se rebellent ne fait aucune différence.

Selon le scénario prévu, nous voici au moment où Trump refusera de respecter la « démocratie » et devra être traîné de force hors du Bureau ovale par des gardes du corps ou des éléments de l’armée, idéalement « en direct » à la télévision internationale. Il se peut que cela ne se passe pas comme ça (Trump n’est probablement pas aussi bête que je l’imagine), mais c’est le scénario de l’acte III du GloboCap : la « tentative de coup d’État de Trump », puis la « mise au pilori du coupable ». Il faut que le public et les générations futures le perçoivent comme un « président illégitime », un « usurpateur », un « intrus », un « imposteur », un « envahisseur » … ce qu’il est. (Être riche et célèbre ne suffit pas à faire de vous un membre du GloboCap Power Club).

Les médias grand public travaillent déjà dur sur la fabrication de cette version de la réalité, non seulement dans le contenu de leurs « reportages », mais aussi à travers le mépris débridé qu’ils affichent envers un président en exercice. Des chaînes l’ont carrément coupé au beau milieu de son discours post-élections [du 6 novembre dernier]. La Twitter Corporation censure ses tweets. Quoi de plus humiliant… et de plus révélateur de l’identité de ceux qui sont réellement au pouvoir ?

Pendant ce temps, la propagande du GloboCap a atteint un nouveau sommet de post-orwellisme. Après quatre longues années passées à clamer « La RUSSIE A HACKÉ LES ÉLECTIONS ! » … maintenant, soudainement, « IL N’Y A PAS DE POSSIBILITÉ DE FRAUDE ÉLECTORALE AUX USA ! »

(Tweet : Si vous avez aimé « La Russie a volé les élections à Hillary », vous allez adorer « Il n’y a pas de fraude électorale possible ! »)

C’est la vérité. Une fois de plus, des millions de progressistes, comme dans la scène de 1984 où le Parti change d’ennemis officiels en plein milieu du discours de la Semaine de la Haine, ont reçu l’ordre d’inverser radicalement leur « réalité » et de nier hystériquement l’existence de ce qu’ils affirmaient depuis quatre ans… et ils obéissent !

Dans le même temps, les Trumpistes en sont réduits à répéter, encore et encore, que « LES MÉDIAS NE SÉLECTIONNENT PAS LE PRÉSIDENT », et que « BIDEN N’EST PAS LE PRÉSIDENT ÉLU » et autres versions de « CE N’EST PAS POSSIBLE ! »

Je déteste retourner le couteau dans la plaie de qui que ce soit (en particulier de ceux dont le visage est actuellement piétiné par l’énorme botte du GloboCap), mais, oui, c’est possible. Deuxième guerre civile ou pas, c’est la fin pour Donald Trump. Comme Biden et les médias grand public ne cessent de nous le dire, nous sommes au bord d’un « hiver très sombre », et de l’autre côté, une nouvelle réalité nous attend … une nouvelle réalité sanitaire totalitaire.

Appelez cela la « Nouvelle Normalité », ou tout ce que vous voulez. Prétendez que « la démocratie a triomphé » si vous voulez. Portez votre masque. Mettez un masque à vos enfants. Terrorisez-les avec des photos de « camions de la mort », des histoires de « pirates informatiques russes » et de « terroristes suprémacistes blancs ». Vivez dans la crainte d’un fléau imaginaire (ou peut-être d’un fléau non imaginaire si cet « hiver très sombre » arrive). Censurez toute dissidence. Interdisez toute manifestation. N’essayez pas de régler votre écran. Cliquez sur le lien pour vous joindre à la réunion sur Zoom. Préparez votre mot de passe et vos papiers d’identité. Surveillez vos pronoms. Mettez-vous à genoux. GloboCap Uber Alles !

Traduction Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia
Photo Ktphotography / Pixabay

Notes de la traduction :

[1] Aux USA, le rouge indique une majorité républicaine. Les Démocrates sont marqués en bleu.

[2] Les villes et banlieues progressistes américaines, qui comptent parmi les plus cossues du pays, sont généralement blanches à 100%.

[3] Joe Biden s’est vanté à plusieurs reprises d’avoir « désarmé seul » un agresseur noir armé d’un rasoir, le dénommé « Corn Pop ». Il a également et surtout accru la portée des lois anti-criminalité à destination des Noirs, notamment en renforçant la peine de mort et en durcissant les peines, voir lien donné par C.J. Hopkins et reposté ici (en anglais).

[4] Les « photos de camps de concentration » où des enfants d’immigrants étaient enfermés ont été prises en 2014 … sous Obama.
-Le lien sur les guerres d’agression renvoie à l’Irak, guerre de Bush le Deuxième.
-Le lien sur la censure met en cause Facebook et Twitter, deux entités démocrates-progressistes.
-Celui sur « les escadrons de la mort de la CIA » renvoie à un article sur la liste de gens à assassiner (kill list) d’Obama.
-Le lien suivant, sur les « procès fantoches » donne, bien sûr, sur les délires maccarthystes du Russiagate.
-Ensuite, le lien sur « le suprémacisme blanc », donne sur une page de réfutation d’une « fake news » sur Trump : il n’a jamais, semble-t-il, dit que les nazis « étaient des gens bien ».
-L’antisémitisme supposé de Trump est ensuite battu en brèche dans une tribune de Newsweek qui en fait le président américain le « plus pro-Israël » de toute l’histoire des USA.
-Puis C.J. Hopkins donne un lien sur « Le Mur »… qui existe en Israël.
-Et enfin, l’allusion au « ghetto à ciel ouvert » porte en fait sur la bande de Gaza (lien sur Haaretz).

[5] Le « marxisme culturel », une invention médiatique de droite, désigne de façon très floue tout ce qui peut être mis dans le sac du progressisme libéral-libertaire. Il n’a bien sûr rien à voir avec Marx (ou peut-être Groucho?)

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :