Le refus d’accorder une libération sous caution à Assange est ‘injuste et illogique’ – rédacteur en chef de Wikileaks

Paru sur RT sous le titre Judge’s denial of Assange bail ‘unfair & illogical,’ no reason to keep him behind bars – WikiLeaks editor-in-chief


Cela n’a absolument « aucun sens » de garder Julian Assange enfermé plus longtemps, a déclaré le rédacteur en chef de WikiLeaks, Kristinn Hrafnsson, peu après qu’une juge de Londres ait rejeté sa dernière demande de mise en liberté sous caution.

S’adressant aux journalistes à l’extérieur du tribunal, Hrafnsson a qualifié la décision de la juge de district Vanessa Baraitser de « grande déception ».

C’est injuste, inéquitable et illogique, si l’on considère sa décision d’il y a deux jours sur la santé de Julian.

Lundi, la juge Baraitser a refusé d’autoriser l’extradition d’Assange vers les États-Unis en invoquant ses inquiétudes quant au système judiciaire américain, qui selon elle, ne pourrait pas empêcher son éventuel suicide derrière les barreaux. Pourtant, mercredi, elle a refusé d’accorder une libération sous caution, affirmant qu’il y a un risque élevé pour que l’accusé ne se présente pas à la procédure d’appel.

Baraitser avait déjà refusé les demandes de libération sous caution d’Assange en septembre 2019 et mars 2020 pour la même raison.

Dans le même temps, l’avocat du militant a fait valoir que la récente décision du juge de refuser l’extradition « réduit massivement » toute motif de ne pas se présenter au tribunal.

Hrafnsson a déclaré aux journalistes que la santé physique et mentale d’Assange s’est considérablement détériorée dans la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres, où il a déjà purgé une peine de 50 semaines pour s’être soustrait à la justice en 2012 afin d’éviter son extradition vers la Suède.

« Revenir à cela n’a aucun sens », a déclaré Hrafnsson, ajoutant que le verdict sera probablement l’objet d’un appel dans un avenir proche. « Le combat continue. Nous voulons que cela cesse, mais espérons avec confiance que la justice gagnera ».

Stella Morris, la partenaire d’Assange et la mère de ses deux enfants, a souligné que l’activiste n’aurait jamais même du être enfermé à Belmarsh. « Je demande instamment au Département US de la justice d’abandonner les charges et au président des États-Unis de gracier Julian », a-t-elle déclaré.

Traduction Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia
Illustration Hafteh7 / Pixabay

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :