La vengeance de Loukachenko (servie froide)

Par B
Paru sur Moon of Alabama sous le titre Lukashenko’s Revenge (Served Cold)


Hier, Petri Krohn a écrit :

La vengeance de Loukachenko (servie froide)

L’été dernier, le service de sécurité ukrainien SBU a essayé de jouer un sale tour à Loukachenko. Des volontaires russes, qui avaient combattu du côté de la Novorossiya dans la guerre civile ukrainienne, ont reçu une fausse offre d’emploi, un travail de « sécurité » sur des champs pétrolifères syriens. Les Wagnérites (comme on appelle les entrepreneurs militaires privés en Russie) devaient se rassembler à Minsk. Un vol de la Turkish airways devait ensuite les emmener en Syrie.

Le plan secret du SBU consistait à intercepter l’avion turc dans l’espace aérien ukrainien, à le forcer à atterrir et à arrêter les  » terroristes « . Un problème est survenu. Le plan B consistait à prétendre que les mercenaires avaient été envoyés par la Russie et Poutine pour organiser un coup d’État contre Loukachenko. Les Biélorusses ont en fait cru à ce mensonge pendant une semaine.

A l’époque, Moon of Alabama avait relaté les événements.

Rappelez-vous aussi, que l’avion du président bolivien Evo Morales a été forcé d’atterrir en Autriche en juillet 2013, après que la France, l’Espagne, le Portugal et l’Italie aient fermé leur espace aérien sur ordre des Américains.

Maintenant, lisez ceci :

Piraté » : Le président envoie un avion de chasse pour forcer un vol Ryanair à atterrir en Biélorussie – Sidney Morning Herald

Moscou : Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a personnellement ordonné dimanche à un avion de chasse d’intercepter un vol Ryanair transportant un jeune blogueur d’opposition, le forçant à changer de cap et à atterrir en Biélorussie.

Le Boeing, qui reliait la capitale grecque Athènes à Vilnius, avait presque atteint la Lituanie lorsqu’il a changé de direction et a été escorté vers Minsk, la capitale biélorusse.

À son arrivée, la police a arrêté le militant Roman Protasevich, 26 ans, qui figurait sur une liste de personnes recherchées après les manifestations massives de l’année dernière, au lendemain d’une élection où Loukachenko avait remporté une victoire écrasante mais contestée.

Pendant que l’incident se déroulait, je me suis amusé à lire les réponses ignares de plusieurs premiers ministres et fonctionnaires européens.

Le Président de la Lituanie :

Gitanas Nausėda @GitanasNauseda – 13:14 utc – 23 mai 2021
Un événement sans précédent ! Un avion civil de transport de passagers à destination de Vilnius a été atterri de force à #Minsk. L’activiste politique biélorusse et fondateur de @NEXTA_EN était dans l’avion. Il est arrêté. Le régime du Bélarus est derrière cette action odieuse. Je demande la libération immédiate de Roman Protasevič !

Le président du Conseil des ministres nordique :

Mateusz Morawiecki @MorawieckiM – 15:20 utc – 23 mai 2021
J’ai demandé au @eucoprésident d’élargir l’ordre du jour de l’#EUCO d’aujourd’hui et de discuter de sanctions immédiates contre le régime de A. Loukachenko. Le détournement d’un avion civil est un acte de terrorisme d’État sans précédent. Il ne peut rester impuni.

Le Premier ministre de la Grèce :

Premier ministre GR @PrimeministerGR – 15:43 utc – May 23, 2021
L’atterrissage forcé d’un avion commercial pour détenir un journaliste est un acte choquant sans précédent. Nous exigeons la libération immédiate de tous les passagers. L’#EUCO d’aujourd’hui doit aborder la nécessité d’intensifier la pression sur la Biélorussie. Trop, c’est trop.

L’incident n’est absolument PAS « sans précédent ».

En 1954, Israël a forcé un avion de ligne syrien à atterrir pour obtenir des otages à échanger contre des soldats israéliens capturés.

La France s’est comportée de la même manière.

Conor Daly @ConorAJDaly – 15:32 utc – May 23, 2021
En 1957, les autorités françaises ont détourné un vol Maroc-Espagne d’Air Maroc vers Alger. Le leader indépendantiste algérien Ahmed Ben Bella (basé à MA) était à bord. Air Maroc était majoritairement détenue par des Français. ABB a été emprisonné à Alger mais est devenu le premier président de l’Algérie 5 ans plus tard.

En 2010, les États-Unis ont voulu arrêter un homme qui se trouvait sur un vol entre la France et le Mexique. À l’instigation des États-Unis, l’avion a été détourné vers le Canada où l’homme a été arrêté puis transféré aux États-Unis.

En 2012, la Turquie a forcé l’atterrissage d’un avion de ligne syrien reliant Moscou à Damas pour y rechercher des armes. Aucune arme n’a été trouvée.

En 2013, les alliés des États-Unis ont fermé leur espace aérien à un vol transportant le président bolivien Evo Morales depuis Moscou. L’avion a dû se dérouter vers l’Autriche, où les autorités ont insisté pour fouiller l’avion à la recherche du « fugitif » Edward Snowden avant de le laisser repartir. Snowden n’était pas à bord.

En 2016, l’Ukraine a envoyé des jets militaires pour forcer un avion reliant Kiev à Minsk à revenir à Kiev. Les autorités étaient à la recherche d’un certain passager à bord, qui s’est avéré par la suite être le mauvais homme.

Comme Petri Krohn le notait au dessus, l’Ukraine avait prévu en 2020 d’enlever des mercenaires russes sur un vol de Minsk vers la Turquie en forçant l’avion à atterrir à Kiev. Le complot a échoué.

Christo Grozev, « enquêteur » à Bellingcat, s’est également émerveillé de cette similitude :

Christo Grozev @christogrozev – 12:34 utc · May 23, 2021
Merde. Loukachenko a copié une partie de l’opération d’infiltration (inachevée) de l’Ukraine en 2020, a forcé un avion @Ryanair à atterrir à Minsk en prétextant une fausse alerte à la bombe, et a arrêté l’ancien rédacteur en chef de la plateforme d’opposition NEXTA.

Gideon Rachman, du Financial Times, note que l’ « Occident » peut difficilement se plaindre de l’incident d’hier quand il se comporte de la même manière :

Cette pensée évoque le malheureux précédent créé par les États-Unis à travers leurs politiques de frappes de drones et de « restitutions extraordinaires », pendant leur « guerre contre le terrorisme ». Les Américains peuvent faire remarquer que ce type de traitement était réservé à ceux qui utilisaient ou planifiaient une violence réelle contre les États-Unis ou leurs alliés. Mais, pour inverser le vieil adage, le combattant de la liberté des uns est le terroriste des autres. La Biélorussie avait placé Protasevich sur une liste de surveillance terroriste.

Aucune personne raisonnable ne devrait accepter l’assimilation par le Belarus (ou la Chine ou la Russie) de la dissidence pacifique au terrorisme. Mais l’Amérique a encouragé l’idée que les pays puissants peuvent aller au-delà de leurs frontières et capturer des gens.

Le Belarus n’a même pas dépassé ses frontières, mais a agi dans le plein respect de ses droits, tels que définis par le droit international.

Roman Protasevich est, comme son partenaire Franak Viačorka, membre de l’Atlantic Council, un opérateur de changement de régimes formé et financé par les États-Unis, qui a tenté de renverser violemment le gouvernement du Belarus pour ensuite installer un régime néolibéral client des États-Unis:

Franak Viačorka @franakviacorka – 10:38 utc · May 24, 2021
Je connais Raman Pratasevich depuis 8 ans comme un journaliste courageux, avec des principes. Il est toujours en première ligne. Raman, Ihar Losik et moi – nous étions des boursiers de Havel à @rferl. Quand Ihar Losik a été emprisonné l’été dernier, Raman a gentiment repris le projet d’Ihar @belamova. Il est peut-être torturé par le KGB maintenant.

Lorsque la révolution de couleur en Biélorussie avait échoué, nous avions écrit à propos de la chaîne Telegram de Nexta, dirigée par Viačorka/Protasevich, qui a dirigé les manifestations à Minsk :

Nexta est dirigée par des « activistes » pro-occidentaux anti- Loukachenko en Pologne. Le rédacteur en chef est un certain Roman Protasevich. Il était auparavant journaliste pour Euroradio, financée par la Pologne et la Lituanie, ainsi que pour la Radio Liberty de la CIA. Nexta a été fondée par Stepan Putila, qui travaillait auparavant pour la chaîne polono-biélorusse Belsat, basée à Varsovie et financée par le ministère polonais des affaires étrangères. Tous deux vivent actuellement à Varsovie.

Comme ces médias produisent des vidéos fraîches 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et qu’ils publient de nombreux articles en ligne, il doit y avoir une équipe importante derrière Nexta, en Pologne et sur le terrain au Belarus. Il ne s’agit certainement pas d’une opération bon marché et elle bénéficie certainement du soutien d’un État-nation. Le conseiller adjoint à la sécurité nationale d’Obama a laissé peu de doutes quant à son identité [les USA, NdT].

Protasevich n’est d’ailleurs pas un gentil libéral armé de ses seules bonnes intentions. Ivan Katchanowski, de l’Université d’Ottawa, note que ses tendances politiques sont plutôt douteuses :

Ivan Katchanovski @I_Katchanovski – 13:15 utc – May 24, 2021
Des recherches sur Google ne révèlent aucune référence dans les médias occidentaux à des services au bataillon néonazi Azov en Ukraine passés du blogueur d’opposition biélorusse, qui a été arrêté par le KGB biélorusse après avoir détourné l’avion de ligne irlandais Ryanair qui survolait la Biélorussie.

Les médias ukrainiens rapportent que Protasevich était employé dans le service de presse du bataillon Azov, dirigé par des néonazis en Ukraine pendant la guerre du Donbass. « 

Promouvoir les fascistes en Ukraine, travailler pour les médias du gouvernement américain sur le changement de régime, collaborer avec divers services secrets en Europe de l’Est et diriger depuis l’étranger une tentative de révolution de couleur au Belarus devrait être une raison suffisante pour que le Belarus mette cet homme en prison. Protasevich a clairement travaillé contre l’intérêt de son pays.

L’ « Occident » est bien sûr furieux que l’un de ses opérateurs de changement de régime ait été arrêté via une action qu’il s’était lui-même autorisée dans le passé. Il essaiera d’imaginer des sanctions ou d’autres mesures qu’il pourrait imposer au Belarus. Mais le seul effet d’une pression de ce type sera de pousser le Belarus encore plus loin dans l’État de l’Union avec la Russie. C’est l’État de l’Union qui a sauvé le Belarus, et qui le sauvera à nouveau.

Des mesures comme celle qui suit ratent leur objectif et ne feront que du mal aux personnes non impliquées :

Ivan Katchanovski @I_Katchanovski – 15:16 utc – 24 mai 2021
Zelensky interdit les vols ukrainiens vers la #Biélorussie et au-dessus de la Biélorussie. L’année dernière, les services secrets ukrainiens avaient prévu de détourner un avion de passagers biélorusses survolant l’Ukraine vers la Turquie afin d’arrêter les mercenaires russes qui avaient participé à la guerre dans le Donbass.
https://www.pravda.com.ua/news/2021/05/24/7294691/

Traduction Corinne Autey-Roussel
Illustration Kaufdex / Pixabay

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :