Catégorie : Économie

Venezuela, Equateur, ALBA, Socialiste, communiste, Chavez, Maduro, Moreno, Lenin, Haïti

Guerre sournoise en Equateur, guerre totale au Venezuela

Les renversements de Manuel Zelaya au Honduras (2009), de Fernando Lugo au Paraguay (2012), puis de Dilma Rousseff au Brésil (2016) par des coups d’Etat dits « institutionnels », auxquels se sont ajoutés la mort de Chávez (mars 2013), ont amené les adeptes de « la fin de cycle » – un supposé recul définitif de la « vague de gauche » (d’Amérique du Sud) – à croire l’affaire bien engagée. Mais…

Trump, Arabie Saoudite, armes, ventes, vente d'armes, complexe militaro-industriel, USA, Daech, al-Nosra

Abou Trump al-Amriki

« Harcelé chez lui dans une guerre sur plusieurs fronts menée par de puissantes factions de l’État profond, le président Trump, dans la première étape de son premier voyage à l’étranger, a atterri en grande pompe dans la pire des théocraties totalitaire. » Par Pepe Escobar

Macron, UE ,Merkel, législatives, majorité, présidentielles, euro, Sapir, écologie,

Macron: l’hiver vient…

« Nous avons donc un nouveau Président, et un nouveau gouvernement. Ce dernier apparaît comme le résultat de tractations politiciennes, mais aussi d’une alchimie subtile visant à donner au Président tout pouvoir sur la politique menée par le pays. » – Par Jacques Sapir

Lobbies, lobbys, labby, UE, accords, corruption, néolibéral,

Quinquennat Hollande, une ultime victoire des lobbys contre… la réglementation du lobbying

Dans un environnement néolibéral comme le nôtre, toute tentative de maintien du statu quo est illusoire. Les accords qu’on estime invendables au public se passent en catimini, les lois dites « françaises » dérivent en fait de directives de Bruxelles, les discussions se font à huis clos – et toujours au bénéfice du secteur privé qui avance, avance…

Paix, harmonie et bonheur, et un déluge de yuans

Une nouvelle sorte de mondialisation, non plus fondée sur la primauté du secteur privé et de la finance, mais sur une initiative géopolitique/économique chinoise d’État adressée à des pays souverains, en d’autres termes une interconnexion organisée par les planificateurs du gouvernement chinois, et inscrite dans le cadre d’un monde multipolaire – c’est comme ça que se présente la méga-aventure eurasienne One Belt, One Road. Suite de la couverture du forum de Pékin, par Pepe Escobar.

La Chine élargit sa Route de la soie au monde entier

Avec le forum international Belt and Road sur la nouvelle Route de la soie chinoise qui démarre ce dimanche à Pékin, la mondialisation prend un sens très différent. Le point sur un bouleversement majeur de l’équilibre mondial des grandes puissances, par Pepe Escobar

Les entreprises chinoises opérant en Afrique emploient une main-d’oeuvre locale à hauteur de 86%, selon McKinsey

Après des décennies de pillage éhonté de l’Afrique par l’Occident, un nouvel espoir pour le continent ? La Chine, qui y injecte des investissements depuis quelques années déjà, crée des emplois, bâtit des aéroports, des voies ferroviaires, des routes, des écoles, des stades, et stimule la croissance africaine dans le cadre de la méga-aventure du XIXe siècle One Belt, One Road…

L’Allemagne est-elle en train de dicter les règles du Brexit au Royaume-Uni ?

Dans cet article, l’auteur évoque le scénario-catastrophe redouté par les USA, à savoir un départ des pays de l’UE vers l’Eurasie, avec à la clé un rapprochement avec la Chine, la Russie et les pays de l’Organisation de coopération de Shanghai via des investissements dans l’initiative One Belt, One Road, et au bout du chemin, la construction stratégique, politique et économique d’une grande Europe des nations « de Lisbonne jusqu’à Pékin en passant par Vladivostok ».

Politiquement-économiquement correct : les mots interdits

Tout comme en France et dans toute la zone atlantique, l’économie des USA est prise dans une spirale mortifère qui assure la perpétuation d’une croissance faible et la montée d’inégalités. Il était prévisible, bien que triste, qu’au cours de la campagne américaine des présidentielles 2016, aucun des deux candidats des partis majeurs n’ait parlé des effets pernicieux de ce qui s’appelle aujourd’hui néolibéralisme, non plus que de son appendice nuisible, la financiarisation.
Justement, parlons-en.