Catégorie : Sélection

La responsabilité des États-Unis dans la famine au Yémen

L’interminable guerre de la « coalition de pays arabes » (Arabie Saoudite, EAU, Bahreïn, Koweït, Qatar, Jordanie, Égypte, Maroc, avec le soutien logistique et de renseignements des USA) contre l’un des pays les plus pauvres de la planète, le Yémen, se poursuit depuis 2015 et ne semble engendrer qu’une seule réponse des pays occidentaux: toujours plus de ventes d’armes à l’Arabie Saoudite. Et les victimes s’accumulent dans ce qui s’apparente beaucoup plus à un génocide qu’à une guerre et donne lieu, aujourd’hui, à l’une des pires crises humanitaires depuis 1945. Les organisations humanitaires hurlent dans le désert. L’ONU dénonce mais ne bouge pas.

La russophobie, symptôme de l’implosion des USA

« Incapable d’accepter la réalité, à savoir que la structure gouvernementale des USA a perdu sa légitimité aux yeux du peuple, que le peuple s’est rebellé en élisant l’outsider Donald Trump, que l’effondrement de la politique habituelle des USA est due à l’atrophie graduelle, sur ces dernières décennies, et à la corruption de son économie capitaliste – la classe dirigeante s’est inventé une excuse en rejetant la faute de sa chute sur la Russie. »

Les États-Unis, la dissonance cognitive et la noyade de la santé mentale

Depuis l’élection de Donald Trump, un vent de panique souffle sur l’establishment des USA. Les factions opposées au « roi mandarine » Trump inventent des narratives catastrophistes en succession rapide, narratives qui sont, selon les mots d’un célèbre blogueur-auteur américain, reprises et amplifiées par le choeur des médias grand public « comme une cantate de Stockhausen pour kazoo et couvercle de poubelle ».
Question : ces narratives teléscopées peuvent-elles déséquilibrer mentalement ceux qui s’efforcent d’y croire ? (spoiler : oui, elles peuvent).

La superpuissance américaine est en état de délabrement interne

« Le programme de Wall Street, axé sur la mondialisation de la production américaine et son externalisation, a transformé l’Amérique en une superpuissance creuse, en état de délabrement. Depuis les années 1980, les États-Unis ont considérablement sous-investi dans les nouvelles infrastructures et dans le renouvellement des anciennes.

Est-ce qu’Andrew Jackson Trump incarnera la doctrine de Bannon ?

L’apocalypse est pour demain ! Steve Bannon, le premier conseiller de Donald Trump, en est du moins persuadé. Eh non, nous ne parlons pas ici d’une vulgaire bulle financière prête à éclater ou même d’un crash global du capitalisme de casino mondialisé, mais carrément de la Bataille finale du Bien contre le Mal. Le Crépuscule des dieux, la fin du Kali Yuga, l’Armageddon, Ahura Mazda contre Ahriman, la bataille de la fin des temps de Mahomet !
Oyez et tremblez !

USA : 6 effets secondaires majeurs du cannabis légal dont personne ne parle

« Aux États-Unis, le mouvement pour la légalisation de la marijuana a fait des pas de géant au cours de ces dernières années. De plus en plus d’États abandonnent leur croisade contre une herbe qui transforme les gens en étudiants de première année de philo amateurs de cochonneries à manger. Mais malheureusement pour ceux qui voulaient que tout roule pour leur dope, il se trouve que la marijuana légale a quelques effets secondaires imprévus, par exemple… »

Nouvelles d’Eurasie : la stratégie des USA pour reprendre la main

« De façon inquiétante pour les magouilleurs cupides de Washington DC, il y a beaucoup de nouvelles activités économiques en Eurasie, dont très peu offrent un rôle quelconque aux USA. Ces activités comprennent des plans pour une Union eurasienne menée par la Russie, un développement de l’Organisation de coopération de Shanghai (SCO), et l’avancée rapide de la méga-aventure chinoise One Belt, One Road. Cette dernière serait, de fait, une nouvelle Route de la soie s’étendant de Vladivostok jusqu’à Lisbonne, qui donnerait une influence économique à la Chine et à la Russie à travers les continents d’Asie et d’Europe (…) Ce scénario est un cauchemar pour Washington. »

Le projet de loi « Arrêtons d’armer des terroristes » de la Représentante au Congrès Tulsi Gabbard arrive devant le Sénat des USA

Après être allée en Syrie pour évaluer elle-même la situation sur place et avoir écrit son rapport « Le peuple de Syrie veut désespérément la paix » avec la plus grande honnêteté, la politicienne démocrate, membre du Congrès et vétéran de l’armée des USA anti-guerre Tulsi Gabbard voit l’arrivée de son projet de loi antiterroriste devant le Sénat – un projet de loi dont le texte implique clairement l’existence de financements de groupes terroristes islamistes par les USA. Que dire de plus sinon bravo, Madame !