La connexion Manchester-Libye en cinq minutes

Manchester, MI5, Libye, attentat,

Posté sur Facebook par Pepe Escobar sous le titre The Manchester-Libya connection in five minutes


Parlons de Ramadan Obeidi, le père du « martyr » de Manchester Salman Obeidi ; un personnage assez répugnant.

Il vient de la tribu al-Obeidi, d’al Gubbah à l’est de la Libye. Sous Kadhafi, il était sergent-major, très pieux et lié aux islamistes. Il a quitté la Libye en 1991 pour s’installer au paradis des Wahhabites, en Arabie Saoudite où – en accord avec son profil – il a entraîné des moudjahiddines qui combattaient en Afghanistan contre le gouvernement Najibullah, après la retraite des Soviétiques.

En 1992, les moudjahiddines entrent dans Kaboul, pour le bombarder, y compris le récemment « normalisé » Hekmatyar. Ramadan part ensuite à Londres puis Manchester, où il rejoint la diaspora islamiste libyenne regroupée autour du Groupe islamique combattant en Libye (GICL).
Ramadan se coordonne avec nul autre qu’Anas al-Liby – qui vit à Manchester, et qui deviendra le cerveau des attaques d’al-Qaïda au Kenya et en Tanzanie en 1998.

Ramadan se coordonne aussi avec le tristement célèbre Abdelhakim Belhadj – ancien moudjahidine en Afghanistan et TRES proche de… Oussama Ben Laden. Belhadj convainc Ramadan de retourner en Libye.

Après la « libération » de la Libye par Cameron/Sarkozy/OTAN, Ramadan rejoint le parti al-Umma al-Wasat, dont le leader est Sami al Saadi, l’un des commandants du GICL, et devient très proche du Grand mufti Sadeq al-Ghariani, le guide des milices fondamentalistes islamistes liées à Belhadj.

Il y a trois ans, Ramadan faisait partie du raid de la milice islamiste qui avait reconquis l’aéroport de Tripoli ; le fils Salman était venu de Manchester pour y participer, avait été blessé par balle et traité en Turquie.

Ramadan faisait également partie des Brigades de défense de Benghazi, un bric-à-brac d’islamistes, de Katiba 17 (financés par le Qatar et très actifs dans la révolte de Benghazi contre Kadhafi) à Ansar al Sharia. Vous vous souvenez de ce qui s’est produit le 11 novembre 2012 ; c’étaient des membres d’Ansar al Sharia qui avaient attaqué le consulat des USA à Benghazi.

Le point-clé, dans toute cette salade, est probablement que Ramadan a profité de la route clandestine du MI5 qui ramenait des Libyens au pays pour y combattre Kadhafi. Le ministre britannique qui avait autorisé cette « politique » ? Theresa May.

Le MI5 et le gouvernement britannique savent depuis des années qui est Ramadan. C’était très certainement un agent ; les Britanniques était très engagés à l’est de la Libye depuis le début. Il n’a pas été arrêté ; il est en ce moment sous protection, style mafia. Son « arrestation » s’est produite au moment même – si ce n’est pas mignon – où un vol discret de transport de forces spéciales américaines atterrissait à Misrata.

Le seul élément manquant est la raison pour laquelle le fils Salman a trahi son père d’al-Qaïda en se convertissant à Daech.

Ceci n’était qu’un résumé ultra-concis de toute cette nauséabonde escroquerie. Mais vous en percevez la puanteur.

 

Traduction Entelekheia
Photo Pixabay : Gargouille, Manchester

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire