Fin du TPP

Donald Trump vient d’y mettre un point final. Quels étaient les enjeux du TPP ?


Par Pepe Escobar via Facebook

J’ai beaucoup écrit sur le TPP dans le passé. Ceci est extrait d’un article intitulé « Le mythe du « libre »-échange mondial – je ne sais plus si c’était pour RT ou Sputnik. En résumé, voici les connexions/oppositions entre le TPP, le RRIP, le TiSA, le pivot vers l’Asie, l’AIBB et la nouvelle Route de la soie.

« Du point de vue des pays d’Asie, le TPP n’a rien d’une panacée. Washington n’offre aucune nouveauté, aucune amélioration des accès aux marchés. Le TPP exclu complètement la Chine, ce qui est idiot : Pékin est le principal partenaire de la plupart de ces pays. Et la clé du TPP est qu’elle donne la haute main aux corporations sur les droits de propriété intellectuels – ce qui ouvre la porte à toute sortes d’abus.

Sur le TAFTA, Bruxelles est saturée de déclarations selon lesquelles les négociations du traité ne sont pas « si secrètes ». La Commission européenne (CE) se vante de poster les rapports des négociations sur son site. Certains sont postés. Mais pas tous, et surtout pas les plus sensibles.

La clé du TAFTA est le dénommé « Mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États »(acronyme, ISDS), qui donne le droit aux corporations de poursuivre des gouvernements en justice par le recours d’une provision, si les politiques d’État ou les législations interfèrent avec leurs profits. En résumé : les corporations gagnent ; les travailleurs, les petites et moyennes entreprises, et la démocratie perdent gros.

On peut imaginer d’ici la prolifération de tribunaux fantoches intitulés « tribunaux d’arbitrage » et farcis d’avocats d’entreprises coûteux. Adieu, justice sociale.

Mais est-ce que tout cela tient uniquement au commerce ?

L’OTAN et le marché

L’indice révélateur est la façon dont l’administration Obama désespère de réduire l’opposition japonaise, qui s’est maintenue pendant deux ans – contre nombre des dispositions du TPP. Les « officiels américains »™ ont frénétiquement répété que le TPP était « fondamental pour le pivot » américain vers l’Asie.

Même le grand chef du Pentagone, Ashton Carter, s’est illustré en disant que le TPP était « aussi important pour lui qu’un nouveau port-avions ».

Et tout ceci est arrivé alors que Washington tentait de forcer ses alliés – sans succès – à rejeter la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB) ouverte par la Chine. On ne peut pas accuser l’administration Obama d’incohérence ; la Chine ne peut pas diriger une banque de développement, et la Chine n’a pas son mot à dire dans l’écriture de règles mondiales et de standards de marchés et d’investissements.

Le cœur de cette affaire est que ces trois méga-traités – le TPP, le TAFTA et le TiSA – sont les modèles même d’un rêve éveillé pour membres du groupe Bilderberg : la gouvernance mondiale des corporations.

Et le Pentagone, avec son indice révélateur selon lequel le TPP est un bras économique du « pivot vers l’Asie » démontre à quel point le marché est dorénavant politisé. Sous le TPP, les compagnies chinoises auraient d’énormes handicaps sur les marchés d’Asie comme des USA. C’est une autre façon de « contenir » la Chine.

Le TAFTA, le TPP et le TiSA sont des hydres ; ils suivent la même logique géostratégique que l’OTAN, mais sur le terrain du marché. C’est « l’Occident contre tous les autres ». Sans surprise, les BRICS en sont exclus. Et sans surprise non plus, les négociations sont secrètes. Un gouvernement mondial par des grandes entreprises privées n’est pas exactement un thème vendeur auprès des populations.

 

L’article d’origine, retrouvé.
The Myth of Global ‘Free’ Trade

Vous aimerez aussi...