La guerre contre l’Iran & le bluff des USA

La date-butoir de fin des exemptions de l’interdiction d’achat de pétrole iranien arrive à grand pas. Comment les pays jusqu’ici « exceptionnellement » dispensés d’embargo qui, pour le moment, continuent de commercer avec l’Iran vont-ils réagir ?

USA, Etats-Unis, Amérique, économie, Chine, guerres, dépenses, militaires, Jimmy, Carter, Trump, déclin, dollar,

La chute de l’aigle est proche

« Par la faute de leurs dirigeants, les USA sont-ils condamnés à connaître le sort de ces empires qui ont sombré à cause de leurs ambitions démesurées, littéralement asphyxiés par le poids exorbitant des dépenses militaires ? » – Par Bruno Guigue

Lettre ouverte d’un politicien britannique : « Pourquoi je voterai pour le nouveau parti de Farage aux européennes »

Aujourd’hui, les lignes de partage politiques au Royaume-Uni ne se font plus entre droite et gauche ou même entre libéraux et anti-libéraux, mais entre, d’un côté, les Brexiteers souverainistes de tous bords politiques et de l’autre, les Remainers européistes.

La vérité elle-même est enfermée dans la cellule de Julian Assange

La demande d’extradition du Département américain de la Justice ne pourrait guère être plus politique. Elle tient (pour l’instant) à un seul chef d’accusation de complot en vue de commettre un piratage informatique avec Chelsea Manning, qui était en train de révéler des crimes de guerre commis par les forces du gouvernement américain en Irak. Est-elle acceptable par la justice britannique ? – Par George Galloway

Affaire Skripal : une gaffe du New York Times sabote la version officielle

Le 16 avril dernier, le New York Times a publié un article à la gloire de Gina Haspel, qui est devenue en mai 2018 la septième directrice de la Central Intelligence Agency. Enterrée dans l’hagiographie, on trouve une révélation fascinante – qui remet une énième fois en cause la version officielle du gouvernement britannique sur l’affaire Skripal. Décidément…

L’Etat : Un éléphant dans le salon de la droite

Historiquement, la droite défendait le pouvoir clérical et royal… en l’absence des deux, quand elle ne défend plus l’Eglise ou le roi, que lui reste-t-il à défendre ? L’identité nationale, peut-être, et surtout le pouvoir suivant : celui de l’argent. D’où sa déchéance.