Étiqueté : Colonialisme

Quand un colonialisme en cache un autre

La tendance des pays dits civilisés à jeter un voile pudique sur leurs propres turpitudes n’est pas nouvelle. Propre sur lui, le démocrate occidental voit plus facilement la paille dans l’œil du voisin que la poutre qui loge dans le sien. De droite, de gauche ou du centre, il vit dans un monde idéal, un univers heureux où il a toujours la conscience de son côté.

La « crise des migrants » et le poids des structures

Ce qu’il est convenu d’appeler « la crise des migrants » est un phénomène à multiples facettes, mais il est rarement étudié en profondeur. Le commentaire dominant décrit les flux de population et les dilemmes qu’ils entraînent, mais on se garde bien d’indiquer la puissance des mécanismes qui les produisent. – Par Bruno Guigue

Haïlé Sélassié, Julius Nyerere, Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Ben Bella, Kwame Toure, Muammar Gaddafi, Libye, Marcus Garvey, W E DuBois, Malcolm X, Paul Robeson, Tanganyika, Congo, RDC, OTAN,

L’éternel retour de l’idée panafricaine

Il y a des idées qui ne mourront jamais, malgré le temps qui passe ; leur force et leur portée sont trop grandes. La Journée de la libération de l’Afrique rappelle, célèbre et réaffirme chaque année l’idée, l’histoire, et la vision d’une des ces idées, le panafricanisme.

Sétif, Kherrata, Guelma, Algérie, Colonies, Colonisation, Indépendance, Messali, Hadj, De Gaulle, Abbas, Charte de l’Atlantique, Brahimi, Blida, Bône, Algérie, Guerre,

Sétif-Kherrata-Guelma, chronique d’un massacre

De la colonisation au mécontentement, puis à l’insurrection et enfin à la guerre, une suite de mauvaises décisions nées ont jalonné l’histoire de la France coloniale en Algérie. Retour sur l’autre 8 mai 1945, qui marquait la fin d’une guerre et le début d’une autre.

De la traite à la dette – Partie 3 : Pillage des ressources et néocolonialisme

Selon le ministère péruvien de l’Environnement, 40 tonnes de mercure sont rejetées chaque année dans les eaux de l’Amazonie péruvienne par les chercheurs d’or illégaux. Reconnaîtra t-on un jour l’empoisonnement des terres et rivières comme une dette écologique dont les peuples autochtones sont les créanciers ?