Étiqueté : Daech

Califat, Etat islamique, Daech, terrorisme, Arabie Saoudite, Wahhabisme, Salafisme, Salafistes, Recrutement, Manchester,

Daech et la puanteur de la mort en Occident

Quand Daech ajoute des victimes à sa tragique litanie d’attaques par des « loups solitaires » et/ou des « réseaux » – à Manchester, à Paris, Londres, Nice, Berlin – l’Occident fulmine contre ces « perdants malfaisants » (copyright Donald Trump). — Par Pepe Escobar

Trump, Arabie Saoudite, armes, ventes, vente d'armes, complexe militaro-industriel, USA, Daech, al-Nosra

Abou Trump al-Amriki

« Harcelé chez lui dans une guerre sur plusieurs fronts menée par de puissantes factions de l’État profond, le président Trump, dans la première étape de son premier voyage à l’étranger, a atterri en grande pompe dans la pire des théocraties totalitaire. » Par Pepe Escobar

Baril, bombe, Syrie,

L’énigme des bombes-baril

Craig Murray, un des collaborateurs de Wikileaks, met le doigt sur un phénomène orwellien très intéressant : la force des mots et des symboles pour maquiller et déformer les réalités de terrain. Ou comment manipuler son audience seulement en choisissant tels mots plutôt que tels autres, sans même avoir à se préoccuper de leur définition ou des réalités qu’ils recouvrent, juste pour leur effet immédiat et pour déclencher des réactions pavloviennes dans le public, qui se retrouve ainsi littéralement enfermé dans une vision du monde déconnectée de la réalité.

Pourquoi la Nouvelle Guerre froide est plus dangereuse que la précédente

Au sein de la cacophonie ambiante, certains gardent la tête froide et préviennent : la haine irraisonnée est mauvaise conseillère. Selon le professeur émérite de science politique de Princeton Stephen F. Cohen, « L’apparition d’un facteur extrêmement dangereux qui était largement absent de l’ancienne Guerre froide tient aux narratifs politiquement corrects que les médias américains grand public diffusent sans l’ombre d’une critique et qui, tout en étant basés sur des faits discutables, influencent directement la politique de Washington, au risque de déclencher une guerre avec la Russie. »

Le New York Times conseille à Trump de soutenir Daech

« Triple lauréat du prix Pulitzer, le célèbre éditorialiste du New York Times Thomas Friedman a récemment conseillé à l’administration Trump de soutenir militairement Daech en Syrie, tout en luttant contre cette même organisation terroriste en Irak. Une politique aussi contradictoire et dangereuse permettrait selon lui d’« imposer suffisamment de pression sur Assad, la Russie, l’Iran et le Hezbollah » pour qu’ils acceptent de négocier le départ du Président syrien. »

Terrorisme « Islamique » : Zbigniew Brzezinski à l’origine du désordre ?

« Brzezinski fut le conseiller pour la sécurité nationale du président Jimmy Carter, de 1977 à 1981. A ce poste, il fut l’un des animateurs du prologue et du lancement de l’aide américaine aux moudjahiddines luttant contre les communistes en Afghanistan (effectivement: “contre les communistes” en général ; d’abord contre le régime communiste de Babrak Karmal puis, à partir de décembre 1979, contre les Soviétiques de l’Armée Rouge également). Cette politique a été souvent décrite comme l’événement créant le Osama Ben Laden présenté depuis comme le cerveau d’une offensive mondiale de terrorisme. »

Le Pentagone – et Daech – ciblent l’Iran

« Au moins, la feuille de route de Washington sur l’Iran est étalée au grand jour ; plus – et de plus lourdes – sanctions ; un harcèlement non-stop couplé à une propagande constante à destination de l’opinion publique occidentale ; des opérations secrètes et enfin, la possibilité d’une guerre ouverte. »
Ou, autre possibilité, juste beaucoup de bruit pour rien ?

Le projet de loi « Arrêtons d’armer des terroristes » de la Représentante au Congrès Tulsi Gabbard arrive devant le Sénat des USA

Après être allée en Syrie pour évaluer elle-même la situation sur place et avoir écrit son rapport « Le peuple de Syrie veut désespérément la paix » avec la plus grande honnêteté, la politicienne démocrate, membre du Congrès et vétéran de l’armée des USA anti-guerre Tulsi Gabbard voit l’arrivée de son projet de loi antiterroriste devant le Sénat – un projet de loi dont le texte implique clairement l’existence de financements de groupes terroristes islamistes par les USA. Que dire de plus sinon bravo, Madame !