Étiqueté : Donald Trump

Califat, Etat islamique, Daech, terrorisme, Arabie Saoudite, Wahhabisme, Salafisme, Salafistes, Recrutement, Manchester,

Daech et la puanteur de la mort en Occident

Quand Daech ajoute des victimes à sa tragique litanie d’attaques par des « loups solitaires » et/ou des « réseaux » – à Manchester, à Paris, Londres, Nice, Berlin – l’Occident fulmine contre ces « perdants malfaisants » (copyright Donald Trump). — Par Pepe Escobar

Trump, voyage, vente d'armes, Israël,

Washington contre Trump

Aux USA, l’ambiance reste au mccarthysme le plus halluciné. Trump peut bien avoir vendu pour 350 milliards de dollars d’armes à l’Arabie Saoudite et avoir ainsi satisfait le complexe militaro-industriel américain, l’État profond, qui ne lui pardonne pas sa victoire face à la candidate adoubée par le système, ne l’en poursuit pas moins de sa vindicte. État des lieux.

Trump, Arabie Saoudite, armes, ventes, vente d'armes, complexe militaro-industriel, USA, Daech, al-Nosra

Abou Trump al-Amriki

« Harcelé chez lui dans une guerre sur plusieurs fronts menée par de puissantes factions de l’État profond, le président Trump, dans la première étape de son premier voyage à l’étranger, a atterri en grande pompe dans la pire des théocraties totalitaire. » Par Pepe Escobar

Donald Trump,

Est-ce qu’ils veulent réellement destituer Trump ?

Les médias des USA continuent à entonner quotidiennement le choeur de la russophobie, selon le mot du blogueur américain James Howard Kunstler, « comme une cantate pour kazoo et couvercles de poubelle » pendant que les observateurs de la politique se noient dans les conjectures et les suppositions sur le cours délirant que prennent les événements.

Trump change de vitesse : la nouvelle stratégie en Syrie est aujourd’hui entre les mains de Tillerson et Lavrov

Encore un revirement de Trump que rien de précis n’explique : après des promesses de campagne de refonte de la politique étrangère des USA dans une direction pacifiste fondée sur des traités commerciaux, puis un premier revirement militariste et agressif consécutif à son élection et, on le suppose, à des pressions des « élites » néocon américaines (dont la guerre perpétuelle semble être le seul horizon), assiste-t-on à un retour de Trump N° 1 ?

Le président précédemment connu sous le nom « Hitler »

Le changement à vue de Donald Trump, qui dès les premiers jours de son mandat, est passé d’un programme de campagne résolument pacifiste, axé sur la négociation et la signature de traités commerciaux en lieu et place de menaces de guerres à des attitudes encore plus belliqueuses que ses prédécesseurs, a sidéré tous les observateurs. A noter : Obama s’était également fait élire sur des promesses de pacifisme (sans même parler de son Prix Nobel de la paix) et n’en a pas moins fait encore plus de guerres que George W. Bush.

La Chine a mis un tigre dans son moteur

« Les USA ont réussi un exploit significatif : faire sortir la Chine de ses gonds, c’est-à-dire de son habituelle position d’apaisement assortie d’un sourire énigmatique. Lors de la session du Conseil de Sécurité de vendredi sur la Corée du Nord, les Chinois ont adopté une attitude extrêmement offensive ; ils ont littéralement tapé du poing sur la table, en convoquant les principaux acteurs de la crise pour exiger l’apaisement et affirmer comme une absurdité inacceptable toute possibilité de conflit, et toutes les manoeuvres et déclarations de provocation qui risquent d’y conduire. »

Pourquoi Washington est terrifié par la Russie et la Chine

En quoi consiste le partenariat russo-chinois ? Quels accords exacts Poutine et Xi ont-ils passés au cours de leurs nombreuses réunions et concertations de haut vol ? Accords stratégiques, dédollarisation, retour progressif de l’étalon-or en Eurasie et chez les BRICS, marché commun eurasien, nouvelle Route de la soie… de nombreux axes inquiètent la puissance déclinante de Washington. Le point, par Pepe Escobar.

C’est du gâteau : La nouvelle norme de la politique étrangère de Trump

« Tout se passe comme si la machine dysfonctionnelle de l’administration Trump était devenue prisonnière de la nécessité de justifier les retournements de veste et les mensonges flagrants de son Commandant-en-chef des parts de gâteau au chocolat assaisonnées aux Tomahawks, alors qu’avant, Trump tirait sa force de ses dénonciations de l’hypocrisie et des mensonges inhérents aux élites américaines et à l’État profond. »