Étiqueté : Histoire des idées

Le souverainisme aujourd’hui

En son temps, George Orwell avait prévenu contre le détournement du sens des mots, les rhétoriques confuses, souvent divorcées de la réalité qui servent des « causes » plus ou moins avouables, la dégradation du langage et de la pensée qui en résultent, et sur la nécessité de revenir à un langage clair et précis pour se forger, précisément, une pensée et des opinions claires et précises. Leçon sur deux des mots les plus malmenés de la langue française actuelle, souverainisme et identité, par Jacques Sapir

Japon, Samouraïs, Bushido, Voie du guerrier, fascisme, Deuxième Guerre mondiale, nazisme, Mishima, seppuku, Hara-kiri, ronin, Meiji,

Bushido, la voie du parfait bonimenteur

Suite de notre virée au Japon impérial. Nous aimons bien cet article parce qu’il se rapporte indirectement à la « métaphysique des Panzer-divisions » (selon l’impeccable formule de la librairie Tropiques) portée au pinacle par les cercles universitaires français « de gauche ».

Japon, Bushido, Deuxième guerre mondiale, militarisme, nazisme, cannibalisme, cannibale, cannibales, armée, samouraïs, empereur, shinto,

Militarisme, ultra-nationalisme et guerres de conquête : Le Japon impérial au début du XXe siècle

Avec la nouvelle Route de la soie, la Chine fait une entrée fracassante dans le tout jeune XXIe siècle et se place en position de devenir, à brève échéance, la première puissance économique mondiale. C’est pourquoi les éléments marquants de sa culture et de son histoire récente, ainsi que celle de ses voisins d’Asie comme son ancien ennemi le Japon, devraient faire l’objet d’une nouvelle attention en Occident. Une modeste contribution…

Lukacs, Nazisme, Gauche, Libertaire, libérale, libéralisme, Nietzsche, Nietzscheisme, Onfray,

[Vidéo] Lukacs et la destruction de la raison

Enfin, voici venue la publication, en trois volumes, du texte intégral de La Destruction de la raison, l’ouvrage « maudit » de George Lukacs qui retrace les étapes de l’adoption d’une idéologie proto-fasciste (au sens propre du terme) par les élites intellectuelles européennes, et via le prestige outre-Atlantique des universités d’Europe et sutout de France, plus tard américaines.

souverainisme, France, souveraineté,

Victoire et défaite des idées souverainistes

« Une contradiction forte marque la période actuelle. Le premier tour de l’élection présidentielle a révélé la victoire culturelle des idées souverainistes. Le second tour a entériné leur défaite. Les causes de cette défaite sont multiples. » – Par Jacques Sapir

Réflexions sur la notion de Peuple

Que l’on soit croyant ou non, un texte qui donne des indications historiques et sociologiques précieuses sur le glissement, également dénoncé par des penseurs comme Jean-Claude Michéa, de l’image idéalisée du peuple en tant que prolétariat héroïque nourrie par des entités comme le PCF en son temps, au populo « Dupont-Lajoie » méprisable et corvéable à merci actuel. Qu’est-ce qui a provoqué une régression et une inversion de perspective pareilles ?

Les origines surprenantes de la ‘post-vérité’ – et comment elle a été engendrée par la gauche libérale

Un étrange article, où l’auteur, un universitaire de gauche libérale, part dans des sinuosités où la post-vérité devient elle-même post-post-vérité… et tout ça, pour expliquer que l’invention des « fake news » en tant que représentations fausses du monde (autrement dit, de bulles mentales) est le fait des cercles universitaires de gauche libérale, en particulier les déconstructionnistes français et leurs alliés des médias.

Sade, apôtre du libéralisme ?

Sade dans la Pléiade, entre De Gaulle et Mauriac. Sade dans les programmes universitaires. Sade objet de colloques gigantesques… Sade mérite-t-il son étiquette de ‘rebelle’ ?

Modeste proposition, de Jonathan Swift

Probablement le meilleur résumé jamais écrit de la froideur utilitariste libérale et du moralisme sentimental sirupeux qui, à ce jour, lui sert de camouflage.

Une brève histoire des hurluberlus

Paul Laity revisite sur le ton de l’humour la gauche britannique de l’époque de George Orwell et les rapports de ce dernier avec ceux qu’il avait appelé « les hurluberlus de la gauche ». Inutile de dire que nous avions exactement les mêmes en France.