Étiqueté : Impérialisme

Donald Trump,

Est-ce qu’ils veulent réellement destituer Trump ?

Les médias des USA continuent à entonner quotidiennement le choeur de la russophobie, selon le mot du blogueur américain James Howard Kunstler, « comme une cantate pour kazoo et couvercles de poubelle » pendant que les observateurs de la politique se noient dans les conjectures et les suppositions sur le cours délirant que prennent les événements.

Réflexions sur la notion de Peuple

Que l’on soit croyant ou non, un texte qui donne des indications historiques et sociologiques précieuses sur le glissement, également dénoncé par des penseurs comme Jean-Claude Michéa, de l’image idéalisée du peuple en tant que prolétariat héroïque nourrie par des entités comme le PCF en son temps, au populo « Dupont-Lajoie » méprisable et corvéable à merci actuel. Qu’est-ce qui a provoqué une régression et une inversion de perspective pareilles ?

Guerres de l’opium : le viol de la Chine par les puissances occidentales

Retour sur les débuts de la Chine moderne, avec son repère identitaire majeur : non pas le nationalisme de Sun Yat-sen, la république du Kuomintang ou le communisme de Mao comme on pourrait s’y attendre, mais les guerres de l’opium et le siècle d’humiliation de la Chine qui les ont suivies.

Quand Washington perd le Nord en Corée

« A plusieurs reprises au cours des dernières semaines, les responsables américains ont claironné leur détermination face à la Corée du Nord. Certes, la détermination est une vertu, à condition toutefois de savoir pourquoi elle est invoquée, ce qui n’est pas le cas ici. Ainsi, à quoi sont donc déterminés les membres de l’administration Trump ? A empêcher que la Corée du Nord ne se dote de l’arme nucléaire, alors que ce pays a procédé à cinq essais depuis 2006, narguant ainsi deux administrations américaines successives ? A éviter une guerre, alors que celle-ci n’est pas plus imminente aujourd’hui qu’hier, et que personne ne semble la souhaiter ? »

Un conseiller du Kremlin révèle le ‘remède à l’agressivité des USA’

« Les États-Unis n’ont aucun autre moyen de forcer les autres à utiliser le dollar que le gourdin. C’est pour cette raison qu’ils sont dans une guerre hybride avec le monde entier pour transférer le fardeau de leur dette sur d’autres pays, pour confiner tout le monde au dollar et pour affaiblir les pays qu’ils ne peuvent pas contrôler. »

Trump – en Corée du Nord, ce sont des êtres humains que vous allez assassiner !

Un danger d’attaque de la Corée du Nord par les USA – et non l’inverse – existe, malgré les efforts diplomatiques de la Chine pour en dissuader le régime Trump. Et comme toujours dans ces cas-là, la propagande commence par déshumaniser ceux qu’on se propose de bombarder. D’où l’importance de textes comme celui d’Andre Vltchek.

Le conseiller de Trump à la Sécurité nationale feinté – Pas de désunion entre la Chine et la Russie

Une nouvelle démonstration fascinante de la déconnexion des USA, qui donnent vraiment l’impression d’habiter un univers parallèle où ils créent leur propre réalité et où leurs désirs deviennent des faits de terrain. A rapprocher de l’article de Justin Raimondo, ‘Notre classe politique est-elle devenue folle ?’ du 18 avril dernier.

L’ignorance, c’est la force

Un bref article qui se raccorde à l’analyse de Justin Raimondo publiée hier qui, si elle avait des mots durs, est amplement dépassée par Publius Tacitus (un intervenant du blog américain d’analystes militaires et de renseignements Sic Semper Tyrannis), pour qui l’extase quasi-sexuelle consternante déclenchée dans les médias et le public des USA par les missiles de Trump explique par quel processus un pays peut basculer dans des aberrations comme le nazisme. Le sadisme et la haine irraisonnée sont-ils si contagieux ?

Notre classe politique est-elle devenue folle ?

Les « narratives » officielles marchent de plus en plus sur la tête, les interprétations des événements versent de plus en plus dans le sadisme, la paranoïa et/ou les interprétations délirantes (exemples, les dénonciations de « l’ingérence russe » dans les élections et la vie politique occidentales, les manifestations de joie après les missiles de Trump ou l’hystérie anti-Assad accompagnée de ventes d’armes décomplexées à l’Arabie Saoudite, qui bombarde pourtant ouvertement les civils du Yémen). Ceux qui sont à l’origine de ces narratives haineuses et déconnectées sont-ils fous ? Le journaliste anti-guerre Justin Raimondo se pose très sérieusement la question. Et en journaliste consciencieux, il a cherché des réponses.

Comment Trump est passé de zéro à héros aux yeux de « l’élite » pro-guerre

Comment Trump, hier appelé « un nouvel Hitler » alors qu’il n’avait (encore) rien fait, est aujourd’hui devenu le chouchou des médias grand public aux USA et au Royaume-Uni : le journaliste britannique Neil Clark dresse le tableau indécent d’une ruée vers l’or – littéralement – de la part des politiciens et des médias libéraux, à la suite des frappes de missiles précipitées et illégales de Trump contre la Syrie.