Étiqueté : Iran

La guerre larvée entre les USA et l’Iran s’est transformée en « soulèvement irakien »

L’Irak est un cas spécial depuis l’occupation du pays par les USA en 2003, en raison de sa position d’allié à la fois de l’Iran et des USA. Jusqu’ici, le premier ministre Adel Abdel Mahdi s’en remettait à l’article 8 de la Constitution, qui préconise le maintien d’un équilibre entre l’Irak et ses alliés et les pays voisins. Mais sa neutralité en fait aujourd’hui une cible des USA.

Comment les Houthis ont renversé l’échiquier

Ce qui s’est passé samedi dernier avec l’attaque houthie contre l’Arabie Saoudite bouleverse la donne géopolitique mondiale, sans même parler des structures militaires conventionnelles et des stratégies fondées sur des armements lourds, qui vont être à revoir de fond en comble, et de la question de la sécurisation des zones pétrolières et gazières alliées des USA. Un casse-tête pour think tanks washingtoniens. Par Pepe Escobar

Attaque contre les infrastructures pétrolières saoudiennes : pourquoi Washington dénonce l’Iran

Pour les cours du pétrole mondiaux et le pétrodollar, l’attaque réussie contre l’Arabie Saoudite peut s’avérer désastreuse, selon le temps que mettront les Saoudiens à réparer les dégâts et à reprendre le cours normal de leur production pétrolière. Mais pour les USA, le problème ne s’arrête pas là.

Les Houthis du Yémen représentent-ils l’avenir de la guerre ?

Si vous voulez voir l’avenir de la guerre, observez attentivement les combats au Yémen. Là-bas, les Houthis, un groupe rebelle basé dans le nord-ouest du pays, ont combattu les militaires richement financés et équipés de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis, jusqu’à les vaincre. Ils se sont même montrés capables de lancer des attaques jusqu’au sein de l’Arabie Saoudite. Comment ?

Démocrates, Trump, art, négociation, négociateur, Iran, accord, nucléaire, JCPOA, diplomatie, novembre, élections, économie, USA, Etats-Unis, Républicains, Congrès, Sénat, Trump, Russiagate, Kavanaugh, Hillary, Clinton,

Trump est-il aussi habile négociateur qu’il l’affirme ?

Nombre des observateurs de Trump sont complètement perdus quant à ses buts et méthodes. Est-il aussi nul et mal embouché qu’il en a l’air ? Sacrifie-t-il les subtilités diplomatiques à une urgence, son « Amérique d’abord », par crainte d’une récession mondiale imminente ou par volonté farouche d’inverser la dynamique de perte graduelle d’influence de son pays ? Pratique-t-il, comme le croient certains irréductibles, un « billard à trois bandes » digne d’un Machiavel moderne ?
Réponse.

Une attaque contre l’Iran serait une attaque contre la Russie

Moscou propose une vision diamétralement opposée aux sanctions, menaces et guerres économiques occidentales, qui la rapproche de Téhéran. Et la coopération russo-iranienne va devenir manifeste avec l’exercice naval conjoint prévu par les deux pays dans le détroit d’Ormuz. – Par Pepe Escobar

La thérapie de choc de l’Iran brise l’impasse sur l’accord nucléaire

Le 1er juillet, l’Iran a dépassé la limite des stocks d’uranium enrichi prévue par le JCPOA, qui est de 300 tonnes. Le 8 juillet, Téhéran a annoncé une prise de distance envers sa part des obligations du traité en commençant à enrichir de l’uranium à une pureté supérieure à 3,67 %, pour répondre aux besoins de ses centrales électriques. Un stade critique a été atteint. Mais que peut faire Trump ?

Démocrates, Trump, art, négociation, négociateur, Iran, accord, nucléaire, JCPOA, diplomatie, novembre, élections, économie, USA, Etats-Unis, Républicains, Congrès, Sénat, Trump, Russiagate, Kavanaugh, Hillary, Clinton,

Politique étrangère des USA : Trump entretient des illusions dangereuses sur l’Iran

Ce n’est pas la première fois que l’Amérique jauge un autre pays à l’aune de ses propres valeurs et se trompe lourdement. Cette fois, c’est l’Iran que Trump entend soumettre à sa volonté – ou plutôt, c’est un Iran faible fantasmagorique, et non le véritable Iran, dont la réalité contredit quotidiennement ses illusions. Jusqu’où tout cela peut-il aller ?