Étiqueté : Moyen-Orient

Une chimère de l’Occident : modeler la Chine à son image

L’UE présente des symptômes évidents de schizophrénie. D’une part, elle ne peut pas se passer de la Chine sur le plan économique et veut être la « meilleure amie » du géant, mais, en même temps, elle peut quelque peu ressembler à Trump, se plaignant de pratiques commerciales déloyales et montant sur ses grands chevaux sur ses valeurs européennes. De son côté, Washington fulmine mais rien n’y fait : la Chine reste la Chine.

Décade, Aube, révolution, islamique, Iran, chiisme, rouge, parti, communiste, Tudeh, Khomeini, Shariatmadari, Shariati, socialisme, Chomsky, Mossadegh, coup d'Etat, Michel, Foucault, Shah, Téhéran, États-Unis, Trump, JCPOA, accord, nucléaire, UE, sanctions,

Iran : la révolution islamique a quarante ans

L’événement annuel connu sous le nom de Décade de l’Aube — les dix jours entre le retour de Khomeini en Iran et la chute du Shah — qui marque la célébration politique de la révolution islamique en Iran, le 11 février, a commencé. L’anniversaire, cette année, est une occasion spéciale : La révolution a quarante ans. Retour sur une histoire incomprise, et trop souvent mal interprétée en Occident.

Bush, Guerre, Mossoul, Bombardements, Victimes, Tués, Néocons, Humanitaire, Interventions, Invasion, Guerre du Golfe, Wesley Clark, Libye, Yémen,

Bush en Irak revisité, pendant que le combat continue à la Ghouta

La dernière estimation est de 2,4 millions d’Irakiens tués depuis l’invasion de 2003, et alors que la nature de la guerre au Moyen-Orient a muté en plusieurs variantes, les néoconservateurs avancent en titubant, comme des zombies de film d’épouvante, les yeux fixés sur leur guerre suivante. – Par Pepe Escobar

Afrique, Arabie Saoudite, Congo, Corée du Nord, Iran, Libye, Moyen-Orient, UE, Ukraine, USA, Macédoine, prédictions, géopolitique,

Prédictions pour 2018, troisième et dernière partie

Une troisième livraison de prévisions pour 2018, avec de quoi comprendre au moins quelques-uns des développements futurs d’événements en cours. Si la situation s’améliore dans certaines parties de la planète, en particulier avec le projet bâtisseur et pacifique de la nouvelle Route de la soie chinoise, à d’autres endroits, elle reste sombre et peut même malheureusement basculer dans la pire plaie de l’humanité, la guerre.

yuan, dollar, dédollarisation, Eurasie, Chine, Belt and Road, Russie, BRICS, Sécurité nationale,

La bombe du pétroyuan et sa relation avec la nouvelle doctrine de sécurité nationale des USA

La nouvelle Stratégie de sécurité nationale, un rapport de 55 pages axé sur « l’Amérique d’abord » préparé au long de l’année 2017, définit la Russie et la Chine comme des puissances « révisionnistes » , et à toutes fins pratiques, des concurrents stratégiques des USA. Mais que se cache-t-il vraiment derrière cette animosité ? — Par Pepe Escobar

L’état de guerre des USA : juillet 2017

Ceci est la situation de la guerre aux USA en juillet 2017. Irak, Syrie, Afghanistan, Yémen, Honduras, Vénézuela, Colombie, escalade des tensions avec la Corée du Nord, l’Iran, la Russie et la Chine, à quoi il faut ajouter la Somalie et la guerre furtive des drones… État des lieux.

Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Syrie, Chine, Route de la soie, One Belt One Road, Trump, Riyad,

Du sang sur les rails de la nouvelle Route de la soie

Il est consternant pour Pékin d’observer les phases de l’affrontement incertain entre l’Arabie Saoudite et le Qatar. Aucun dénouement n’est en vue ; les scénarios plausibles comprennent même un changement de régime et un bouleversement sismique au Moyen-Orient. Et du sang sur les rails en Asie du Sud-Ouest ne peut que se traduire par des problèmes futurs majeurs pour la nouvelle Route de la soie – Par Pepe Escobar

La responsabilité des États-Unis dans la famine au Yémen

L’interminable guerre de la « coalition de pays arabes » (Arabie Saoudite, EAU, Bahreïn, Koweït, Qatar, Jordanie, Égypte, Maroc, avec le soutien logistique et de renseignements des USA) contre l’un des pays les plus pauvres de la planète, le Yémen, se poursuit depuis 2015 et ne semble engendrer qu’une seule réponse des pays occidentaux: toujours plus de ventes d’armes à l’Arabie Saoudite. Et les victimes s’accumulent dans ce qui s’apparente beaucoup plus à un génocide qu’à une guerre et donne lieu, aujourd’hui, à l’une des pires crises humanitaires depuis 1945. Les organisations humanitaires hurlent dans le désert. L’ONU dénonce mais ne bouge pas.