Étiqueté : Otan

Juste après la Seconde Guerre mondiale, les Anglo-américains ont planifié des frappes nucléaires de masse contre l’URSS

Quelques semaines après la fin de la Seconde Guerre mondiale et la défaite de l’Allemagne, deux alliés de l’Union Soviétique, les États-Unis et la Grande-Bretagne, se sont hâtés de développer des plan militaires destinés à démanteler l’URSS et à anéantir ses villes par des frappes nucléaires massives.

Pourquoi la Nouvelle Guerre froide est plus dangereuse que la précédente

Au sein de la cacophonie ambiante, certains gardent la tête froide et préviennent : la haine irraisonnée est mauvaise conseillère. Selon le professeur émérite de science politique de Princeton Stephen F. Cohen, « L’apparition d’un facteur extrêmement dangereux qui était largement absent de l’ancienne Guerre froide tient aux narratifs politiquement corrects que les médias américains grand public diffusent sans l’ombre d’une critique et qui, tout en étant basés sur des faits discutables, influencent directement la politique de Washington, au risque de déclencher une guerre avec la Russie. »

USA : Il n’y aura pas de retour en arrière sur la russophobie

De plus en plus, la fureur russophobe proprement hallucinante de Washington perd ses allures de pathologie et acquiert les contours bien plus familiers de l’intérêt personnel. Pour résumer, Tous les observateurs attentifs de la géopolitique s’accordent à dire que les dirigeants des USA ont de sérieuses raisons de redouter la Russie. D’où l’hystérie.
La mise au clair de Pepe Escobar

USA : Changement de régime ou changement de système ?

Comment stopper les changements de régime et les guerres incessantes des USA et dans leur sillage, de leurs alliés de l’OTAN et autres ? Les conclusions de l’auteur sont peut-être un peu biaisées, et d’autres possibilités sont peut-être envisageables. Peut-être. Quoi qu’il en soit, le diagnostic qu’il pose dans cet article est aussi valable aujourd’hui qu’au jour de sa publication, en 2004. En d’autres termes, rien n’a changé sinon qu’à force de dépenser en programmes militaires et en guerres, les USA se sont dramatiquement paupérisés.

Le fléau de la classe pensante

Depuis leur défaite face à Trump, les démocrates américains en rejettent la responsabilité sur les Russes. Ce qui leur fait voir des agents russes chez tous leurs opposants, et donne par conséquent des allures d’asile d’aliénés au Parti démocrate et à ses alliés néocons républicains. D’où nombre de commentaires sceptiques, amusés ou carrément effarés tels que celui-ci.

La politique étrangère de Trump jumelle de celle d’Obama, pourquoi ?

Ceux qui ont voté pour Trump sur la base de ses affectations de pacifisme et de ses promesses de détente avec la Russie sont bien désappointés : la politique étrangère des USA reste tout aussi agressive, et peut-être même encore plus que sous Obama ou Bush.
Des allures de pamphlet anti-capitaliste, mais pas mal de vérités bien senties dans cet article…

L’Amérique est fatiguée

Une bonne synthèse, en un article court, des enjeux de l’Amérique depuis la Deuxième Guerre mondiale et de l’imbroglio économique dans lequel le pays s’est empêtré.