Étiqueté : Terrorisme

Califat, Etat islamique, Daech, terrorisme, Arabie Saoudite, Wahhabisme, Salafisme, Salafistes, Recrutement, Manchester,

Daech et la puanteur de la mort en Occident

Quand Daech ajoute des victimes à sa tragique litanie d’attaques par des « loups solitaires » et/ou des « réseaux » – à Manchester, à Paris, Londres, Nice, Berlin – l’Occident fulmine contre ces « perdants malfaisants » (copyright Donald Trump). — Par Pepe Escobar

Trump, Arabie Saoudite, armes, ventes, vente d'armes, complexe militaro-industriel, USA, Daech, al-Nosra

Abou Trump al-Amriki

« Harcelé chez lui dans une guerre sur plusieurs fronts menée par de puissantes factions de l’État profond, le président Trump, dans la première étape de son premier voyage à l’étranger, a atterri en grande pompe dans la pire des théocraties totalitaire. » Par Pepe Escobar

Trump change de vitesse : la nouvelle stratégie en Syrie est aujourd’hui entre les mains de Tillerson et Lavrov

Encore un revirement de Trump que rien de précis n’explique : après des promesses de campagne de refonte de la politique étrangère des USA dans une direction pacifiste fondée sur des traités commerciaux, puis un premier revirement militariste et agressif consécutif à son élection et, on le suppose, à des pressions des « élites » néocon américaines (dont la guerre perpétuelle semble être le seul horizon), assiste-t-on à un retour de Trump N° 1 ?

Le New York Times conseille à Trump de soutenir Daech

« Triple lauréat du prix Pulitzer, le célèbre éditorialiste du New York Times Thomas Friedman a récemment conseillé à l’administration Trump de soutenir militairement Daech en Syrie, tout en luttant contre cette même organisation terroriste en Irak. Une politique aussi contradictoire et dangereuse permettrait selon lui d’« imposer suffisamment de pression sur Assad, la Russie, l’Iran et le Hezbollah » pour qu’ils acceptent de négocier le départ du Président syrien. »

C’est du gâteau : La nouvelle norme de la politique étrangère de Trump

« Tout se passe comme si la machine dysfonctionnelle de l’administration Trump était devenue prisonnière de la nécessité de justifier les retournements de veste et les mensonges flagrants de son Commandant-en-chef des parts de gâteau au chocolat assaisonnées aux Tomahawks, alors qu’avant, Trump tirait sa force de ses dénonciations de l’hypocrisie et des mensonges inhérents aux élites américaines et à l’État profond. »

Syrie : la déroute toxique

Attaque au gaz sarin à Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib en Syrie, dans des circonstances non encore entièrement élucidées. Qui est coupable ? Qui peut y gagner ? Quelques heures avant les frappes américaines en Syrie, Pepe Escobar en donnait le contexte.

Le Pentagone – et Daech – ciblent l’Iran

« Au moins, la feuille de route de Washington sur l’Iran est étalée au grand jour ; plus – et de plus lourdes – sanctions ; un harcèlement non-stop couplé à une propagande constante à destination de l’opinion publique occidentale ; des opérations secrètes et enfin, la possibilité d’une guerre ouverte. »
Ou, autre possibilité, juste beaucoup de bruit pour rien ?

Le choc des barbaries

Vous êtes-vous demandé pourquoi personne, pendant des siècles, n’avait entendu parler de « terrorisme islamique » et pourquoi, tout d’un coup, à la suite de la guerre d’Afghanistan débutée en 2001, tous les médias en ont été saturés ? D’où vient le terrorisme, un phénomène éminemment moderne ? Le chercheur algérien Amir Nour propose son analyse. Nous y ajouterions volontiers une étude sur les origines sanglantes du Wahhabisme (une secte de l’Islam très singulière et quasi-spécifique au royaume d’Arabie Saoudite) mais pour le moment, place à Amir Nour pour quelques pistes de réflexion politiquement incorrectes.

Le projet de loi « Arrêtons d’armer des terroristes » de la Représentante au Congrès Tulsi Gabbard arrive devant le Sénat des USA

Après être allée en Syrie pour évaluer elle-même la situation sur place et avoir écrit son rapport « Le peuple de Syrie veut désespérément la paix » avec la plus grande honnêteté, la politicienne démocrate, membre du Congrès et vétéran de l’armée des USA anti-guerre Tulsi Gabbard voit l’arrivée de son projet de loi antiterroriste devant le Sénat – un projet de loi dont le texte implique clairement l’existence de financements de groupes terroristes islamistes par les USA. Que dire de plus sinon bravo, Madame !