Étiqueté : UE

Le Monde, Macron, Hazan, Révolution, propagande,

Performances

Cette tribune d’Eric Hazan a été commandée par Le Monde pour ses pages Débats, mais le journal a finalement refusé de la publier. Un texte impertinent à savourer lentement, comme un bon vin.

Macron, UE ,Merkel, législatives, majorité, présidentielles, euro, Sapir, écologie,

Macron: l’hiver vient…

« Nous avons donc un nouveau Président, et un nouveau gouvernement. Ce dernier apparaît comme le résultat de tractations politiciennes, mais aussi d’une alchimie subtile visant à donner au Président tout pouvoir sur la politique menée par le pays. » – Par Jacques Sapir

Lobbies, lobbys, labby, UE, accords, corruption, néolibéral,

Quinquennat Hollande, une ultime victoire des lobbys contre… la réglementation du lobbying

Dans un environnement néolibéral comme le nôtre, toute tentative de maintien du statu quo est illusoire. Les accords qu’on estime invendables au public se passent en catimini, les lois dites « françaises » dérivent en fait de directives de Bruxelles, les discussions se font à huis clos – et toujours au bénéfice du secteur privé qui avance, avance…

Trump, media bias, propaganda, anti-trump, coverage,

Une étude de Harvard révèle l’ampleur des biais médiatiques contre Trump

Une nouvelle étude majeure de l’université de Harvard a révélé la véritable étendue des biais des médias dominants contre Donald Trump. Selon leurs évaluations, le ton de quelques-unes des plate-formes médiatiques était négatif dans 98% de leurs reportages et articles, un taux d’hostilité beaucoup plus important que pour les 100 premiers jours des trois administrations précédentes.

Paix, harmonie et bonheur, et un déluge de yuans

Une nouvelle sorte de mondialisation, non plus fondée sur la primauté du secteur privé et de la finance, mais sur une initiative géopolitique/économique chinoise d’État adressée à des pays souverains, en d’autres termes une interconnexion organisée par les planificateurs du gouvernement chinois, et inscrite dans le cadre d’un monde multipolaire – c’est comme ça que se présente la méga-aventure eurasienne One Belt, One Road. Suite de la couverture du forum de Pékin, par Pepe Escobar.

Emmanuel Clinton et la révolte des élites

« Donc, en fin de compte, l’Occident a été sauvé par l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la France : soulagement à Bruxelles, une eurozone pleine d’entrain, et des reprises boursières sur les marchés d’Asie. Cela a toujours été une évidence. Après tout, Macron était approuvé par l’UE, déesse des marchés, et par Barack Obama. Et il était totalement soutenu par la classe dirigeante française. C’était un référendum sur l’UE – et l’UE, dans sa configuration actuelle, a gagné. »

L’Allemagne est-elle en train de dicter les règles du Brexit au Royaume-Uni ?

Dans cet article, l’auteur évoque le scénario-catastrophe redouté par les USA, à savoir un départ des pays de l’UE vers l’Eurasie, avec à la clé un rapprochement avec la Chine, la Russie et les pays de l’Organisation de coopération de Shanghai via des investissements dans l’initiative One Belt, One Road, et au bout du chemin, la construction stratégique, politique et économique d’une grande Europe des nations « de Lisbonne jusqu’à Pékin en passant par Vladivostok ».

Politiquement-économiquement correct : les mots interdits

Tout comme en France et dans toute la zone atlantique, l’économie des USA est prise dans une spirale mortifère qui assure la perpétuation d’une croissance faible et la montée d’inégalités. Il était prévisible, bien que triste, qu’au cours de la campagne américaine des présidentielles 2016, aucun des deux candidats des partis majeurs n’ait parlé des effets pernicieux de ce qui s’appelle aujourd’hui néolibéralisme, non plus que de son appendice nuisible, la financiarisation.
Justement, parlons-en.

De l’antirussisme

« Pour nous l’antirussisme en cours aujourd’hui d’une façon dévastatrice et littéralement insensée est totalement, absolument une pathologie. Cela signifie que “l’Occident” est malade et que son antirussisme n’a rien à voir avec une situation politique, stratégique, etc., en connexion directe, de confrontation, d’antagonisme ou de toute autre sorte, avec la Russie, – même s’il y a par ailleurs, objectivement parlant, des causes possibles, qui restent entièrement à déterminer, de situations de confrontation, d’antagonisme, etc. C’est de cette maladie que nous parlons. »

Nouveau revirement possible de Washington : vers une résurrection du TTIP ?

« Par la voix de Paul Ryan, président de la Chambre des représentants américaine, Washington a fait savoir que les négociations autour du partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement – TTIP ou TAFTA – n’étaient pas enterrées. En visite à Londres le 20 avril avec une délégation de la chambre basse du Congrès pour discuter d’un nouvel accord commercial entre son pays et le Royaume-Uni, le député républicain du Wisconsin a affirmé que « les États-Unis continueront à travailler de près avec [leurs] amis européens, et définiront la marche à suivre pour les négociations du TTIP».