Étiqueté : USA

Cinq leçons de l’attaque contre l’Arabie Saoudite

Après l’attaque du 14 septembre dernier, les dégâts matériels sur les installations pétrolières saoudiennes sont considérables – mais encore plus considérables en sont les retombées régionales et internationales actuelles, et potentielles pour l’avenir. Cinq points pour entamer la liste, par Richard Labévière

Syrie, Kurdes, Kurdistan, USA, Etats-Unis, Russie, Manbij, Erdogan, Turquie, YPG,

Trahir les Kurdes est une vieille habitude américaine

Le président américain Donald Trump est fermement condamné par des voix bipartisanes de Washington pour avoir « vendu » les Kurdes en Syrie. Mais les plus hystériques, selon lesquels l’honneur de l’Amérique a été souillé par Trump sont à bien des égards ridicules, étant donnée la longue histoire de trahison des Kurdes par les États-Unis.

Turquie, Russie, Dollar, système, paiement, SWIFT, MIR, monopole, dollar, rouble, lire, souveraineté, Syrie, OTAN, dédollarisation, Kurdes, YPG,

Turquie-Russie : une entente cordiale en gestation

Comme chacun sait, la Turquie a attaqué les rebelles kurdes au nord de la Syrie, au risque de s’aliéner le principal acteur de l’Otan, les USA. Que manigance Erdogan, pourquoi la Russie le soutient-il et pour la Syrie, quelles seront les retombées potentielles de cette entente ?

La stratégie du chaos : les guerres de Syrie

A l’occasion d’une rencontre autour de son livre ‘Les Guerres de Syrie’, des notes précises et révélatrices sur l’origine religieuse des néocons des USA, la collusion de l’Occident avec l’islamisme, les tentatives ratées ou non de coups d’Etat des USA et du Royaume-Uni au Moyen-Orient à partir de la fin de la Deuxième guerre mondiale, la montée en puissance diplomatique de la Russie et bien plus encore, de la part de Michel Raimbaud.

Entre Washington-Charybde et Ankara-Scylla, les Kurdes devraient choisir Damas

La Turquie est passée d’un processus de paix avec sa substantielle minorité kurde à une politique de force militaire, criminalisant les partis politiques et la presse kurdes, et au langage de la guerre civile. Mais elle causera des dommages irréversibles à sa cause dans le monde entier si elle fait maintenant avancer les armes contre la population kurde du nord de la Syrie. Par George Galloway.

théorie, complot, Russiagate, Trump, Démocrates,

Trump ordonne un retrait américain de Syrie. Cette fois, cela pourrait être vrai

Trump ne veut pas que les troupes américaines soient prises dans un feu croisé entre les Turcs et les Kurdes, et annonce leur retrait du nord de la Syrie, laissant le champ libre au président turc Erdogan pour une attaque contre les Kurdes. Quelles seront les retombées de cette décision pour les autres belligérants et acteurs locaux ?

La guerre larvée entre les USA et l’Iran s’est transformée en « soulèvement irakien »

L’Irak est un cas spécial depuis l’occupation du pays par les USA en 2003, en raison de sa position d’allié à la fois de l’Iran et des USA. Jusqu’ici, le premier ministre Adel Abdel Mahdi s’en remettait à l’article 8 de la Constitution, qui préconise le maintien d’un équilibre entre l’Irak et ses alliés et les pays voisins. Mais sa neutralité en fait aujourd’hui une cible des USA.

L’Ukraine, gagnante de la procédure de destitution de Trump

La controverse sur la conversation téléphonique entre le président américain Donald Trump et le président ukrainien Vladimir Zelensky au sujet des intérêts d’affaires du fils de l’ancien vice-président Joe Biden a un effet secondaire positif sur le conflit en Ukraine…

USA-Ukraine : une courte histoire d’ingérence

Il est difficile de suivre toute la couverture frénétique et recuite des médias des USA, mais il semble qu’il y ait un effort concerté dans la presse pour contracter le temps et l’espace et faire croire que la seule ingérence américaine nuisible en Ukraine a commencé et s’arrête avec Donald Trump et ses amis. Mais l’ingérence américaine en Ukraine va infiniment plus loin que cela.

Guerre contre Trump : du Russiagate à l’Ukrainegate

Donald Trump est accusé d’avoir abusé de son pouvoir à la Maison-Blanche pour faire pression sur son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky afin qu’il enquête sur des allégations de corruption visant Joe Biden, le principal candidat démocrate pour les prochaines élections présidentielles en 2020. Mais cette allégation pourrait bien se retourner contre ses auteurs.