Étiqueté : Yémen

L’état de guerre des USA : juillet 2017

Ceci est la situation de la guerre aux USA en juillet 2017. Irak, Syrie, Afghanistan, Yémen, Honduras, Vénézuela, Colombie, escalade des tensions avec la Corée du Nord, l’Iran, la Russie et la Chine, à quoi il faut ajouter la Somalie et la guerre furtive des drones… État des lieux.

Arabie Saoudite, Qatar, Washington,

Le château de cartes saoudien, vu de l’intérieur

Rien de surprenant si tous les grands acteurs de la géopolitique prévoient aujourd’hui des scénarios de guerre – même si les Allemands sont les seuls à s’en inquiéter publiquement. Le Qatar est un observateur de l’OTAN. Doha tient ferme ses positions ; elle ne cédera pas aux exigences absurdes des Saoudiens. Et ensuite, est-ce que Ben Salmane – le « leader » le plus dangereux de la géopolitique actuelle – va perdre la face ou va-t-il déclencher encore une autre guerre démentielle, ingagnable, cette fois en envoyant toute la planète dans des convulsions ? – Par Pepe Escobar

Baril, bombe, Syrie,

L’énigme des bombes-baril

Craig Murray, un des collaborateurs de Wikileaks, met le doigt sur un phénomène orwellien très intéressant : la force des mots et des symboles pour maquiller et déformer les réalités de terrain. Ou comment manipuler son audience seulement en choisissant tels mots plutôt que tels autres, sans même avoir à se préoccuper de leur définition ou des réalités qu’ils recouvrent, juste pour leur effet immédiat et pour déclencher des réactions pavloviennes dans le public, qui se retrouve ainsi littéralement enfermé dans une vision du monde déconnectée de la réalité.

Trump déçoit les espoirs d’un changement de politique étrangère des USA

Nombre des électeurs de Trump avaient voté pour lui non pas parce qu’ils étaient racistes, sexistes ou xénophobes, mais parce qu’après des interventions militaires américaines incessantes depuis la Deuxième Guerre mondiale, un budget militaire gonflé au fil des années jusqu’à devenir le plus élevé au monde (équivalent à celui des six pays suivants réunis), l’explosion d’une dette pharaonique principalement engendrée par les guerres, Trump déclarait vouloir mettre fin à la destructivité du pays et le recentrer sur son économie intérieure, sur le retour des emplois délocalisés et la reconstruction de ses infrastructures…

U.S. To Escalate Its Two Years War On Starving Yemen

« In Sanaa,Yemen, up to 1 million people protested the war Saudi Arabia, the United Arab Emirates, the UK and the U.S. have been waging on them for two years. Neither the New York Times nor the Washington Post reported of the million strong rally. Both though reported widely of a 8,000 strong demonstration in Moscow led by the ultra-nationalist anti-semitic racist Alexey Navalny. Navalny, who polls less than 1% in Russia, is their great and groundless hope to replace the Russian President Putin. »

La responsabilité des États-Unis dans la famine au Yémen

L’interminable guerre de la « coalition de pays arabes » (Arabie Saoudite, EAU, Bahreïn, Koweït, Qatar, Jordanie, Égypte, Maroc, avec le soutien logistique et de renseignements des USA) contre l’un des pays les plus pauvres de la planète, le Yémen, se poursuit depuis 2015 et ne semble engendrer qu’une seule réponse des pays occidentaux: toujours plus de ventes d’armes à l’Arabie Saoudite. Et les victimes s’accumulent dans ce qui s’apparente beaucoup plus à un génocide qu’à une guerre et donne lieu, aujourd’hui, à l’une des pires crises humanitaires depuis 1945. Les organisations humanitaires hurlent dans le désert. L’ONU dénonce mais ne bouge pas.