De la différence entre les régimes totalitaires et les démocraties libérales

La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature. (Noam Chomsky, Media Control)

Note de la traduction : le texte ci-dessous a été légèrement altéré pour correspondre à la situation de la France. Les altérations sont signalées par des renvois à des notes de bas de page, qui restituent la traduction du texte original.


Par Caitlin Johnstone
Paru sur le site de l’auteur sous le titre The Difference Between Totalitarian Regimes And Free Democracies


Dans les régimes totalitaires, il y a des massacres et des guerres. Dans les démocraties libérales, il y a des interventions humanitaires.

Dans les régimes totalitaires, ils emploient la torture. Dans les démocraties libérales, ils emploient des « techniques d’interrogatoire renforcées ».

Dans les régimes totalitaires, ils financent des groupes terroristes pour créer de l’instabilité. Dans les démocraties libérales, ils financent des groupes terroristes pour créer de la stabilité.

Dans les régimes totalitaires, des dictateurs maléfiques bombardent leur propre peuple. Dans les démocraties libérales, nous le faisons pour eux.

Dans les régimes totalitaires, un seul parti maintient et fait respecter le statu quo. Dans les démocraties libérales, tous les grands partis maintiennent et font respecter le statu quo. [1]

Dans les régimes totalitaires, le gouvernement contrôle la presse et détermine les informations auxquelles le public est autorisé à avoir accès. Dans les démocraties libérales, ce sont les milliardaires qui s’en chargent.

Dans les régimes totalitaires, ils mènent des répressions brutales et violentes contre les manifestants pour étouffer toute dissidence. Dans les démocraties libérales, ils font la même chose, mais s’élèvent publiquement contre la violence. [2]

Dans les régimes totalitaires, vous savez exactement qui vous gouverne. Dans les démocraties libérales, les véritables dirigeants se cachent derrière des gouvernements fantoches.

Dans les régimes totalitaires, toutes les élections sont truquées et les opposants sont choisis par des dirigeants autoritaires. Dans les démocraties libérales, les dirigeants truquent les élections et trient les candidats sur le volet, et font la même chose dans d’autres pays.

Dans les régimes totalitaires, des journalistes sont emprisonnés pour avoir révélé des vérités dérangeantes sur les puissants. Dans les démocraties libérales, des journalistes sont emprisonnés pour avoir révélé des vérités dérangeantes sur les puissants, et tous les autres journalistes se jettent sur les réseaux sociaux pour dire qu’ils le méritaient.

Dans les régimes totalitaires, ils ne laissent pas les dissidents politiques s’exprimer. Dans les démocraties libérales, ils refusent simplement aux dissidents politiques toute plateforme influente et utilisent des algorithmes pour empêcher les idées révolutionnaires d’être entendues par un nombre significatif de personnes.

Dans les régimes totalitaires, ils parsèment toute la planète de bases militaires, mènent des guerres sans fin qui tuent des millions de personnes et s’emploient à détruire toute nation qui désobéit à leur gouvernement. Non, pardon, désolée, il s’agit en fait des démocraties libérales.

Dans les régimes totalitaires, la parole politique est fortement régulée par le gouvernement. Dans les démocraties libérales, la parole politique est fortement régulée par le gouvernement via Silicon Valley.

Dans les régimes totalitaires, les citoyens sont maintenus dans la pauvreté tandis que les dirigeants vivent somptueusement, et disposent de plus d’argent qu’ils ne pourront jamais en dépenser. Dans les démocraties libérales, les citoyens sont maintenus dans la pauvreté tandis que les dirigeants vivent somptueusement, et disposent de plus d’argent qu’ils ne pourront jamais en dépenser.

Dans les régimes totalitaires, des insuffisances existent. Dans les démocraties libérales, les insuffisances sont artificielles.

Dans les régimes totalitaires, l’agence de renseignement du gouvernement dit aux médias quels sujets traiter, et les médias les publient sans se poser de questions. Dans les démocraties libérales, l’agence de renseignement du gouvernement dit « Mon pote, j’ai un scoop pour toi ! » et les médias le publient sans se poser de questions.

Dans les régimes totalitaires, des bandes de voyous armés patrouillent dans les rues pour imposer l’obéissance à l’autorité. Dans les démocraties libérales, des bandes de voyous armés patrouillent dans les rues pour imposer l’obéissance à l’autorité, et Hollywood tourne des films sur leur héroïsme.

Dans les régimes totalitaires, on apprend aux étudiants à vénérer une image du dictateur sans réfléchir. Dans les démocraties libérales, on apprend aux étudiants à vénérer le président sans réfléchir. [3]

Dans les régimes totalitaires, on apprend aux étudiants à ne jamais remettre en question l’autorité. Dans les démocraties libérales, on apprend aux étudiants à ne jamais remettre en question l’autorité des médias.

Dans les régimes totalitaires, ils commettent des actes maléfiques que les démocraties libérales ne pourraient jamais commettre. Dans les démocraties libérales, ils demandent à des régimes totalitaires de commettre ces actes maléfiques pour eux.

Dans les régimes totalitaires, le peuple est trop brutalisé et intimidé pour pour se soulever contre ses dirigeants. Dans les démocraties libérales, le peuple est trop soumis à la propagande et au lavage de cerveau médiatique pour se soulever contre ses dirigeants.

Dans les régimes totalitaires, les puissants déterminent ce qui se passe sans tenir compte du désir du peuple. Dans les démocraties libérales, les puissants définissent ce que le peuple est censé désirer.

Dans les régimes totalitaires, chacun est l’esclave des puissants. Dans les démocraties libérales, chacun est l’esclave des puissants.

Dans les régimes totalitaires, vous êtes forcé d’obéir. Dans les démocraties libérales, vous êtes formé à penser que vous avez librement choisi d’obéir.

Dans les régimes totalitaires, vous n’êtes pas libre, et vous le savez. Dans les démocraties libérales, vous n’êtes pas libre, et vous ne le savez pas.

Traduction Corinne Autey-Roussel
Illustration Maike und Björn Bröskamp / Pixabay

Notes :

[1] Le texte original dit, « Dans les démocraties libérales, deux partis soutiennent et font respecter le statu quo. » L’auteur pense de toute évidence aux USA, où l’échiquier politique se résume aux Républicains (à droite) et au Démocrates (à « gauche ») – les deux factions du « parti unique du business », selon Noam Chomsky. Ici, nous avons plus de partis mais le résultat est le même, puisque tous ceux qui jouissent d’une bonne visibilité médiatique obéissent à la même oligarchie non-élue bruxelloise.

[1] Le texte original dit, « mais ensuite ils s’agenouillent en portant du tissu kente » (Ce qu’avaient fait Nancy Pelosi et son équipe en signe ostentatoire d’antiracisme, à la suite du meurtre de George Floyd).

[2] Le texte original dit « Dans les démocraties libérales, on apprend aux étudiants à vénérer le drapeau sans réfléchir ». Nous n’avons pas cela en France. En revanche, tout comme les Américains et la plupart des pays de l’UE (ainsi que les républiques bananières), nous croulons littéralement sous les articles et les JT laudatifs envers le président et les membres du gouvernement.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :