Les milliardaires, la paranoïa et le progrès technologique : un cocktail explosif ?

Comme chacun sait, il a été scientifiquement prouvé que la richesse diminue l’empathie. Mais ce n’est pas tout : cette lacune entraîne d’autres troubles mentaux, notamment chez eux une déconnexion de la réalité, de la mégalomanie et des états paranoïaques qui peuvent aller jusqu’au délire de persécution. En fait, les milliardaires ont une peur affreuse du peuple.

Avant d’éprouver une saine compassion (fondée sur votre empathie) envers eux, lisez. Et ensuite, avant de penser que Caitlin Johnstone exagère, peut-être faudra-t-il se rappeler que la plupart des méga-riches ont des gardes du corps, des équipes de surveillance et de sécurité privées, des systèmes de protection électroniques et des caméras dans et autour de leurs résidences, des bunkers et des « panic rooms », des gardes armés prêts à intervenir (« en moins de trois minutes »), et même des mini sous-marins (!) pour fuir en cas de besoin. Vous pourriez objecter que c’est justifié, puisque leur possessions peuvent susciter des actes criminels contre eux ; quoi qu’il en soit, certaines réactions psychologiques sont inévitables : plus ils se protègent, plus leur cerveau leur renvoie en écho des signaux de danger omniprésent et imminent (d’où leur peur irrationnelle d’une apocalypse proche) et plus ils sont paranoïaques. Et plus ils sont paranoïaques, plus ils cherchent à se protéger. C’est un cercle vicieux.

Jusqu’où ?


Par Caitlin Johnstone
Paru sur Consortium News sous le titre Billionaires Eye Robot Weapons to Protect Themselves From the Rest of Us


Ainsi, ils ont commencé à monter des fusils de précision sur des robots chiens, ce qui est une excellente nouvelle pour tous ceux qui espéraient qu’ils commenceraient à monter des fusils de précision sur des robots chiens.

Sur un stand du salon annuel de l’Association de l’armée américaine, Ghost Robotics (le concurrent militaire de Boston Dynamics, mieux connu) a fièrement présenté une arme conçue pour être fixée sur ses robots quadrupèdes, fabriquée par une société appelée SWORD Defense Systems.

« Le SWORD Defense Systems Special Purpose Unmanned Rifle (Fusil sans tireur à usage spécial de SWORD Defense Systems, acronyme SPUR) a été spécialement conçu pour offrir un tir de précision à partir de plateformes sans pilote telles que le quadrupède Ghost Robotics Vision-60 », proclame SWORD sur son site Web. « Le SPUR est équipé d’une chambre en 6,5 Creedmoor qui permet un tir de précision jusqu’à 1200 m. Il peut également utiliser des cartouches 7,62×51 de l’OTAN. Grâce à ses capteurs très performants, le SPUR peut opérer dans une multitude de conditions, de jour comme de nuit. Le SPUR de SWORD Defense Systems est l’avenir des systèmes d’armement sans pilote, et cet avenir est maintenant ».

(« Dernière létalité 6.5 charge utile #creedmoor pour sniper de @SWORDINT. Découvrez les dernières charges utiles des partenaires @AUSAorg Wash DC. Pour maintenir les combattants américains et alliés équipés des dernières innovations. »)

En mai dernier, l’armée de l’air américaine a diffusé une vidéo sur le « Robotic Ghost Dog » (chien robot de Ghost Dog) pour lequel ces armes sont conçues. On y voit ces machines faire du jogging, se relever après avoir été retournées et même danser. Tout cela devient nettement moins mignon quand on les imagine effectuer ces manœuvres en portant une arme conçue pour exploser des crânes à un kilomètre de distance.

À un moment donné dans la vidéo, un sergent-chef supérieur explique à l’animateur comment ces robochiens peuvent être équipés de toutes sortes de matériel, comme des systèmes de communication, des dispositifs de neutralisation d’explosifs et des munitions, des appareils de détection des produits chimiques et des radiations, et pendant tout le temps où vous l’écoutez énumérer ces choses, vous pensez « Des armes. Oui, des armes. On peut y attacher des armes, c’est le mot, pourquoi ne pas le dire? »

Le prototype SPUR n’est qu’une des nombreuses armes que nous verrons certainement tester sur des robots quadrupèdes dans les années à venir, et finalement, nous verrons probablement ses successeurs testés sur des étrangers pauvres lors d’interventions militaires inutiles des États-Unis et/ou de leurs alliés dans des pays lointains.

Ils rejoindront d’autres systèmes d’armes sans pilote de l’arsenal impérial, comme le tristement célèbre programme de drones des États-Unis, le Samsung SGR-A1 de la Corée du Sud, le drone turc Kargu qui aurait déjà attaqué des êtres humains en Libye sans en avoir reçu l’ordre, et le fusil de précision robotique assisté par IA qui a été utilisé par les services secrets israéliens, en coordination avec le gouvernement américain, pour assassiner un scientifique iranien l’année dernière.

Et il se pourrait que dans un avenir pas trop lointain, ces systèmes d’armes sans pilote soient également recherchés par des civils fortunés.

(« Dans le nouvel épisode du podcast Playback de Medium, @rushkoff lit son livre « Survival of the Richest » sur les milliardaires qui complotent pour survivre à l’apocalypse tout en conservant leur pouvoir, puis en discute avec l’animateur @manoushz »)

En 2018, le très influent auteur et professeur Douglas Rushkoff a publié un article intitulé « Survival of the Richest » (« De la survie des plus riches », lien en français) dans lequel il révèle qu’un an plus tôt, il avait reçu des honoraires énormes pour rencontrer cinq hedge funders extrêmement riches. Selon Rushkoff, ces milliardaires anonymes lui ont demandé conseil pour élaborer une stratégie de survie après ce qu’ils avaient appelé « l’événement », leur terme pour désigner l’effondrement de la civilisation par la destruction du climat, la guerre nucléaire ou toute autre catastrophe qu’ils considéraient apparemment comme suffisamment probable et proche pour commencer à s’y préparer.

Rushkoff écrit qu’il est finalement apparu que la principale préoccupation de ces ploutocrates était de maintenir le contrôle d’une force de sécurité qui protégerait leurs domaines de la populace dans un monde post-apocalyptique où l’argent ne signifierait peut-être plus rien. Je vous encourage à lire attentivement le paragraphe suivant de l’article, car il en dit long sur la façon dont ces personnes voient notre avenir, notre monde et leurs semblables :

Cette seule question nous a occupés pendant le reste de l’heure. Ils savaient que des gardes armés seraient nécessaires pour protéger leurs enceintes des foules en colère. Mais comment allaient-ils payer les gardes une fois que l’argent ne vaudrait plus rien ? Qu’est-ce qui empêcherait les gardes de choisir leur propre chef ? Les milliardaires ont envisagé d’utiliser des serrures à combinaison spéciale sur l’approvisionnement en nourriture qu’ils seraient les seuls à connaître. Ou de faire porter aux gardes une sorte de collier disciplinaire en échange de leur survie. Ou peut-être de construire des robots pour servir de gardes et de travailleurs – si cette technologie pouvait être développée à temps. »

Des mots à garder à l’esprit si vous vous preniez un jour à espérer que le monde sera sauvé par les milliardaires.

Le cofondateur de LinkedIn, Reid Hoffman, a exposé que plus de la moitié des milliardaires de la Silicon Valley ont investi dans une sorte d’ « assurance apocalypse », par exemple des bunkers souterrains, afin de s’assurer qu’ils survivront aux catastrophes qui pourraient résulter du statu quo dont ils profitent si largement actuellement.

Le New Yorker a publié un article sur ce phénomène des méga-riches qui se préparent à l’apocalypse. Nous pouvons être sûrs que les forces militaires ne sont pas les seules à prévoir d’avoir des machines à tuer éternellement loyales pour protéger leurs intérêts à l’avenir. [*]

Nous sommes gouvernés par des bellicistes et des sociopathes, et aucun d’entre eux n’a de projets sains pour notre avenir. Ils ne sont pas bons, et ils ne sont pas sages. Ils ne sont même pas particulièrement intelligents. À moins que nous trouvions un moyen d’arracher leurs doigts du volant de notre monde, pour que nous puissions nous détourner de la direction que nous avons prise, les choses vont probablement devenir sombres et effrayantes.

Traduction et note de présentation Corinne Autey-Roussel

[*] Note de la traduction : On pourra juger de la déconnexion et de l’incohérence des milliardaires de Rushkoff à ceci qu’ils veulent protéger leur argent à tout prix… dans un monde post-apocalyptique où, selon leur propre idée, l’argent ne vaudrait plus rien. Pour en faire quoi ?

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :