Les milliardaires ne sont pas moralement qualifiés pour façonner la civilisation

Toutes les études sur le sujet s’accordent à dire qu’ils sont amoraux et n’ont pas d’empathie. De plus, dans les années 1990 et 2000, à mesure de la montée de l’influence sociale des milliardaires (dont certains, tels que Steve Jobs, avaient atteint à un statut de rock star), tout le reste s’est dégradé – la culture générale, la politique, les arts, la pensée, l’école, etc. Se pourrait-il que ces gens nous aient tous tirés vers le bas en imposant leurs critères, à savoir la rentabilité, à l’ensemble de la société ?


Par Caitlin Johnstone
Paru sur Consortium News et le blog de l’auteur sous le titre Billionaires Not Morally Qualified to Shape Civilization


La civilisation humaine est façonnée, sur de nombreux plans, par une classe d’ultra-riches tellement attardés sur le plan émotionnel et psychologique qu’ils refusent de mettre fin à la faim dans le monde, alors qu’ils en ont la possibilité immédiate.

Les Nations unies ont estimé que la faim dans le monde pourrait être éradiquée moyennant une dépense supplémentaire de 30 milliards de dollars par an, d’autres estimations étant considérablement inférieures. Il y a quelques jours, Elon Musk est devenu la première personne à atteindre une valeur nette de plus de 300 milliards de dollars. Il y a un an, sa valeur nette était de 115 milliards de dollars. Selon Inequality.org, les milliardaires américains possèdent une valeur nette combinée de 5 100 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation de 70% par rapport à leur valeur nette combinée de moins de 3 000 milliards de dollars au début de la pandémie de Covid-19.

Nous parlons donc d’une classe qui pourrait facilement mettre un terme à la faim, pour tous les êtres humains sur cette planète, en consacrant simplement une petite partie de leurs immenses fortunes pour s’assurer que tout le monde mange à sa faim. Mais ils ne le font pas. Cette même classe, plus que toute autre, influence les politiques, les lois et le comportement à grande échelle de notre espèce.

Pour avoir une idée de la folie de cette situation, imaginez que vous ayez vu une vidéo de ma personne regardant calmement un enfant se noyer dans une piscine, sans rien faire pour le sauver. Après avoir regardé cette vidéo, est-ce qu’il vous viendrait à l’esprit, même une seconde, que je pourrais être qualifiée pour prendre en charge le monde entier ?

Je devine que non. Je devine qu’au cas improbable où vous décideriez que quelqu’un doit diriger le monde, après m’avoir vue laisser un enfant se noyer, vous me classeriez tout en bas de la liste des candidats potentiels.

Imaginez maintenant qu’au lieu de laisser un enfant se noyer, vous en laissiez des millions.

Il est absolument insensé de permettre à cette classe de façonner notre civilisation.

(« David Beasley, directeur du Programme alimentaire mondial des Nations unies, estime que des milliardaires comme Elon Musk et Jeff Bezos pourraient nourrir 42 millions de personnes avec 6 milliards de dollars, soit environ 2% de la fortune estimée de Musk. »)

Pourtant, nous les laissons certainement façonner notre civilisation.

Prenez Bill Gates. Il dépense une fortune pour contrôler l’opinion, à commencer par d’immenses contributions au Guardian jusqu’à des dizaines de milliards de dollars en subventions diverses, et il a également engagé des millions de dollars dans des groupes d’influence politique. Il a influencé les politiques du Covid-19 dans le monde entier, en intervenant contre la levée des restrictions sur les brevets des vaccins, et en facilitant le déploiement mondial des passeports vaccinaux numériques. Il a donné d’innombrables interviews aux médias à propos du Covid-19 et des vaccins, alors qu’il n’a ni diplôme de médecine, ni aucune autre qualification que sa fortune de 136 milliards de dollars. Et ce, après s’être faussement engagé à faire don de son immense fortune il y a plus de dix ans ; sa valeur nette a plus que doublé au cours de cette période.

Jeff Bezos a été sous-traitant du Pentagone, de la CIA et de la NSA, et des experts ont affirmé qu’Amazon cherche à contrôler l’infrastructure sous-jacente de l’économie. En tant que seul propriétaire du Washington Post, il s’assure que son très influent organe d’information est toujours composé de personnes qui contribuent à faire accepter le statu quo sur lequel repose son empire. Et sa vision grandiose, pour sauver l’humanité, consiste à nous expédier dans l’espace pour que nous nous y reproduisions dans des cylindres spatiaux rotatifs géants. [1]

Les milliardaires Reid Hoffman et George Soros se sont associés dans une opération de communication appelée Good Information Inc., dont l’objectif déclaré est de contrer la désinformation et la mésinformation dans les médias d’actualités, et l’objectif non déclaré est de mettre en avant les récits autorisés par l’empire sur ce qui se passe dans le monde et de discréditer les récits non autorisés.

Le Forum économique mondial a établi un programme pour que les géants de l’entreprise dépassent leur rôle officieux et non reconnu de dirigeants non élus de notre monde et deviennent des partenaires ouverts dans la gouvernance des affaires mondiales, aux côtés de nos gouvernements officiels élus, avec plus de pouvoir que jamais auparavant.

Les exemples que je pourrais citer sont presque infinis, mais je pense que mon propos est clair. Les milliardaires et les sociétés milliardaires possèdent nos médias, influencent notre pensée, manipulent nos économies, s’ingèrent dans notre politique, déterminent le sort de notre écosystème et façonnent notre monde. Et ce sont les moins qualifiés d’entre nous pour le faire.

Des personne qui choisissent jour après jour de laisser des millions de personnes mourir de faim n’ont pas le droit de prendre des décisions qui affectent d’autres personnes, et encore moins des décisions qui affectent tout le monde. Le fait que la classe des milliardaires et ses laquais prennent la décision de ne rien faire, jour après jour, les disqualifie définitivement de toute prétention légitime à l’empathie et à la compassion qui seraient requises pour un tel travail. Ils sont trop narcissiques et dysfonctionnels pour être autorisés à avoir un quelconque pouvoir ou influence sur qui que ce soit, a fortiori au point diabolique où ils en ont aujourd’hui.

Les milliardaires ne devraient pas exister. [2] Ils devraient se voir retirer leur pouvoir et leur richesse, et le volant de l’humanité devrait être confié aux gens ordinaires, qui sont infiniment plus qualifiés pour nous piloter dans les eaux troubles qui attendent notre espèce.

Traduction et note de présentation Corinne Autey-Roussel
Illustration Sarah Richter / Pixabay

Notes de la traduction :

[1] Jeff Bezos pense effectivement résoudre le problème de la surpopulation (qui semble obséder certains milliardaires) en envoyant les masses tourner en orbite dans l’espace. Selon lui, la « terraformation », à savoir la mise à niveau des planètes assez proches de la Terre pour envisager de les coloniser étant prohibitive, la solution est de construire des abris cylindriques tournant dans le vide interplanétaire et d’envoyer les gens y vivre et s’y reproduire.

Un cylindre imbriqué dans un cône de Bezos en orbite.

Intérieur théorique d’un cylindre de Bezos (avec, on imagine, un centre commercial, un McDonald’s, un H&M et un Ikea). Non recommandé aux claustrophobes. 

[2] Sur cette question, « les milliardaires ont-ils le droit d’exister ? », nous ne sommes pas d’accord avec Caitlin Johnstone. Toute société équilibrée doit comprendre des gens doués pour la philosophie et la métaphysique, des gens doués pour la politique et la stratégie, pour les arts, pour les travaux manuels, des gens doués pour gagner de l’argent, etc. L’URSS avait tenté de se débarrasser de la caste douée pour l’argent. Cela n’a pas marché. La Chine post-maoïste l’a compris et a rétabli cette classe, avec un succès fulgurant. Ce qui est en revanche totalement vrai, et la Chine l’a compris aussi, c’est qu’en aucun cas cette classe ne peut prétendre à avoir le moindre poids politique : elle est effectivement trop narcissique, trop cupide et dysfonctionnelle pour cela. Elle doit rester dans son rôle, qui est de créer de la richesse pour elle-même et la société où elle s’inscrit, et ne surtout pas se mêler de gouvernance publique. C’est la moins apte à diriger de toutes.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :