Sanctions bancaires contre la Russie, des retombées en cascade

Par Alastair Crooke
Paru sur Al-Mayadeen sous le titre Canceling Russian reserves boomerangs to a new international monetary system


L’opération militaire actuelle en Ukraine sera reléguée un jour à une simple note de bas de page dans l’histoire mondiale, mais la guerre financière totale qui s’est répercutée sur la Russie sera essentielle pour définir le nouvel ordre mondial à venir.

La réalité est que l’opération militaire actuelle en Ukraine sera reléguée un jour à une simple note de bas de page dans l’histoire mondiale, mais la guerre financière totale qui s’est répercutée sur la Russie sera essentielle pour définir le nouvel ordre mondial à venir. En fait, nous avons peut-être déjà assisté au moment où l’histoire économique a changé de voie : Le 26 février, l’Occident collectif a saisi toutes les réserves de change de la Banque centrale de Russie qui étaient détenues en Occident.

En résumé, l’Occident a décrété que les réserves souveraines russes en euros, en dollars et en bons du Trésor américain n’étaient plus de la « bonne monnaie ». Ils n’avaient plus aucune valeur en tant que « monnaie » permettant de payer les dettes russes envers les créanciers étrangers. Et en sanctionnant également la Banque centrale russe, il est devenu impossible pour ceux qui achètent des biens, de l’énergie ou des matières premières d’effectuer leurs transactions par l’intermédiaire de la Banque.

L’ampleur de cet événement est soulignée par le fait que lors d’un conflit antérieur centré sur l’Ukraine – la guerre de Crimée de 1854-1856 – la Grande-Bretagne et la France étaient en guerre contre la Russie. Pourtant, tout au long de la guerre, le gouvernement russe a continué à payer des intérêts aux détenteurs britanniques de sa dette, et le gouvernement britannique a également continué à payer ses dettes au gouvernement russe.

Le message est clair : si même un État important du G20 peut voir ses réserves annihilées en un tour de main, alors, pour ceux qui détiennent encore des « réserves » à New York, allez les mettre à l’abri ailleurs tant que c’est possible ! Et si vous avez besoin de garder quelque chose de valeur en réserve pour les mauvais jours, achetez et conservez de l’or.

Nous pensions donc que les bons du Trésor américains (Treasuries) étaient de l’ « argent » et inviolables ? Eh bien, les États-Unis viennent de déclarer que la dette américaine détenue par la Banque centrale russe est effectivement nulle et non avenue.  Peut-être qu’à l’instar des obligations impériales russes sans valeur qui servaient de papier peint coloré pour décorer les salles de bains européennes, la Banque centrale russe va maintenant utiliser ses bons du Trésor américain comme papier peint pour salle de bains (bien que dans une décoration moins colorée).

Et attention ! Il y a plus. Dans la législation proposée par le Sénat américain, les réserves d’or détenues par la Banque centrale de Russie seront gelées et saisies.  Il y a un gros hic dans cette législation, cependant. L’or existe. Il s’agit de lingots d’or physiques (environ 2 300 tonnes métriques), d’une valeur d’environ 150 milliards de dollars, MAIS ils sont stockés en Russie. Ils ne peuvent absolument pas être gelés ou saisis.

Alors, de quoi s’agit-il si l’or ne peut pas être saisi ?  Il s’agit de sanctions secondaires de boycott à l’encontre de toute partie qui aiderait la Russie à transporter ou à négocier de l’or. Ainsi, si la Russie importait, par exemple, des puces à semi-conducteurs chinoises et réglait la transaction en or, les États-Unis pourraient théoriquement sanctionner l’entité réceptrice en Chine.

L’Idée selon laquelle les États-Unis sanctionneraient les destinataires d’or russe est peut-être un peu capillotractée, mais considérez ceci : Il existe (du moins en théorie, car personne n’en est sûr) 6 000 tonnes d’or étranger (c’est-à-dire appartenant à des États étrangers) encore détenues par la Réserve fédérale de New York.

Aujourd’hui, ces 6 000 tonnes (étant donné le précédent de la Russie) peuvent facilement être saisies par les autorités américaines – en un tour de main. Pourquoi pas : ils sont à portée de main. Alors pourquoi les États étrangers voudraient-ils continuer à conserver leur or à New York ? Pourquoi ne pas rapatrier l’or tant que c’est possible ? (Bien… pour commencer, il ne sera pas facile d’arracher cet or aux griffes de la Fed).

D’accord, certains pourraient dire que la Russie est considérée par les États-Unis comme un « mauvais acteur », alors que nous ne le sommes pas. Certes, c’est le cas aujourd’hui, mais la liste des États qui, à un moment ou à un autre, ont été qualifiés de « mauvais acteurs » par les USA est longue. Rappelons que même la France, un membre du G7, a été accusée d’être un « mauvais acteur » pendant la guerre d’Irak en 2006.

Il est donc certain que nous sommes sur le point d’assister à un retrait important des réserves – hors de la juridiction américaine. La décision de Biden de saisir les actifs de la Banque centrale russe est aussi importante en termes géopolitiques que la fermeture de la « fenêtre de l’or » américaine par Nixon en 1971. Rappelons que la fermeture de la « fenêtre » avait été initialement présentée comme « une mesure temporaire ».

La conséquence géopolitique, cependant, en a été nucléaire. Le système commercial fondé sur le pétrodollar qui en a découlé a permis aux États-Unis de « pulvériser » le monde par des sanctions et des sanctions secondaires (en revendiquant une juridiction sur tous les échanges libellés en dollars ou qui, d’une manière ou d’une autre, passaient par un processus de compensation en dollars).

La mainmise américaine sur le dénommé « ordre fondé sur des règles » a été financière (plus que militaire). C’est-à-dire qu’elle a été imposée en menaçant les factieux d’une « bombe à neutrons » de sanctions par le Trésor américain.

Et le 26 février, ce système a entamé son agonie, lorsque les « faucons » russophobes de Washington ont stupidement déclenché un conflit avec le seul pays, la Russie, qui possède les matières premières nécessaires à la bonne marche du monde, et qui a les moyens de mettre en œuvre un passage à un système monétaire différent, ancré dans autre chose que de la monnaie « fiat ».

Il est clair que le Yuan ou le Rouble peuvent refléter la valeur sous-jacente de leurs importantes réserves d’or. Mais aussi, les matières premières sont des garanties, et les garanties sont de l’argent.  Et la Russie détient la part du lion de matières premières clés.

En bref, le système monétaire occidental basé sur le dollar américain comme monnaie de réserve est sur le point de s’achever sur une supernova inflationniste, car les États-Unis perdent la possibilité d’utiliser l’épargne chinoise pour financer leurs déficits budgétaires et commerciaux. Et cela se produit alors que la génération des baby-boomers part à la retraite et que leurs droits aux aides sociales montent en flèche. La défense, les intérêts et les droits non discrétionnaires absorbent déjà 100 % des recettes fiscales. Alors maintenant, il n’y a plus le choix : la Fed va imprimer la plupart des énormes dépenses supplémentaires.

Zoltan Poszar, l’une des voix les plus respectées de Wall Street, a expliqué que le système monétaire actuel fonctionnait tant que les prix des matières premières oscillaient de manière prévisible dans une fourchette étroite, c’est-à-dire tant qu’ils n’étaient pas soumis à des tensions extrêmes (précisément parce que les matières premières servent de garantie à d’autres instruments de dette). Toutefois, lorsque l’ensemble du complexe des matières premières est soumis à des tensions, comme c’est le cas actuellement, la valse folle des prix des matières premières entraîne une motion de défiance accrue à l’égard du système. Et c’est ce à quoi nous assistons actuellement.

Les faucons russes n’avaient-ils pas anticipé ces « conséquences imprévues » ? Y avait-il une stratégie grandiose derrière la saisie des réserves russes, au-delà d’une malveillance viscérale à l’égard de la Russie ?

Non, il y a juste eu une impulsion. Nous le savons parce que la Fed et la BCE ont déclaré qu’elles n’avaient pas été consultées sur la saisie ou l’expulsion de sept banques russes du système de compensation financière SWIFT, ajoutant qu’elles se seraient opposées à ces deux mesures si on leur avait demandé.

C’était de l’autodestruction.

Et quelle ironie ! Dans leur zèle à écraser l’économie russe, les faucons américains ont, par inadvertance, ouvert la voie à la Russie et à la Chine pour entamer le montage d’un nouveau système monétaire, bien éloigné de la sphère du dollar américain.

Alastair Crooke est un ancien diplomate et agent du MI6 britannique. Il a fondé un think tank géopolitique, le Conflicts Forum, basé à Beyrouth.

Traduction Corinne Autey-Roussel
Photo Public Domain Pictures / Pixabay

1 réponse

  1. 22 mars 2022

    […] Lire la suite… […]

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :