Ukraine : le véritable enjeu de l’OTAN est le sud du pays

Parmi les observateurs internationaux tels que l’auteur, un fait commence à s’imposer : la guerre entre l’Ukraine et la Russie ne peut plus faire l’objet d’une solution négociée, avec ou sans compromis territoriaux de la part de l’Ukraine. Tout simplement parce que rien n’empêcherait l’OTAN de recommencer à accumuler des forces armées, des mercenaires et autres « volontaires », ainsi que des armes lourdes dans tout territoire que la Russie laisserait à l’Ukraine, pour ensuite mieux revenir à la charge. Pour la Russie, la seule solution est donc de prendre toute l’Ukraine, même centimètre par centimètre. C’est une guerre de longue durée qui s’installe.


Par M.K. Bhadrakumar
Paru sur Indian Punchline sous le titre Southern Ukraine is the priority in NATO’s planning


Dans la nuit du 24 février, lorsque les forces russes ont franchi les frontières occidentale et septentrionale de l’Ukraine, l’attention du monde était rivée sur le sort de Kiev. Presque personne n’a prêté attention à l’extrême sud de la mer Noire, à quelque 140 km d’Odessa, lorsque la marine russe a attaqué cette nuit-là et capturé toute la garnison ukrainienne sur l’île des Serpents, un obscur petit amas de rochers sans grande valeur évidente, juste 46 acres de rochers et d’herbe.

Mais une nouvelle tentative massive des forces ukrainiennes, le 20 juin dernier au petit matin, de faire débarquer des troupes sur l’île des Serpents, montre que l’occupation russe reste soumise à des défis. Les Russes affirment avoir repéré un drone de reconnaissance stratégique Global Hawk RQ-4 de l’armée de l’air américaine à haute altitude près de l’île des Serpents, qui aurait transmis des coordonnées aux positions de combat ukrainiennes.

Ce mardi 21, le ministère de la Défense à Moscou a publié un long compte rendu [en anglais sur Telegram, NdT]) sur l’île des Serpents lors de son briefing quotidien, par le lieutenant-général Igor Konashenkov, le porte-parole en chef. Le communiqué dit :

  • « Le 20 juin, vers 05h00, le régime de Kiev a tenté de capturer l’île des Serpents. »
  • « Le plan de l’opération conçu par le régime de Kiev était censé lancer des attaques aériennes et d’artillerie massives sur l’île des Serpents, pour y débarquer des troupes et la capturer. »
  • « L’attaque aérienne a impliqué plus de 15 drones ukrainiens d’attaque et de reconnaissance, accompagnés par deux drones Bayraktar-TB2. »
  • « Les moyens russes ont détecté un drone de reconnaissance stratégique Global Hawk RQ-4 de l’armée de l’air américaine à haute altitude près de l’île des Serpents. »
  • « Les drones ukrainiens ont été soutenus dans les airs par des systèmes de défense aérienne S-300 depuis leurs positions de combat, près de Tuzla et d’Ochakov (dans la région d’Odessa). »
  • « Les attaques de missiles et d’artillerie sur l’île des Serpents ont été lancées par des missiles balistiques ukrainiens Tochka-U, des lance-roquettes multiples Uragan et des obusiers M777 de 155 mm depuis leurs positions de combat, à l’ouest d’Odessa et sur l’île de Kubansky. » »Les moyens de défense aérienne russes (système de missiles et de canons de défense aérienne Pantsir et système de missiles de défense aérienne Tor) ont détruit tous les moyens de destruction de l’ennemi lancés sur l’île des Serpents. »
  • « Les cibles détruites étaient : 13 drones, 4 missiles Tochka-U et 21 projectiles de lance-roquettes multiples Uragan. »
  • « Aucun moyen de destruction ukrainien n’a atteint ses cibles sur l’île des Serpents. »
  • « L’échec de l’attaque d’artillerie a forcé l’ennemi à abandonner le débarquement sur l’île des Serpents. »

Le contrôle de l’île des Serpents revêt une importance stratégique. Située près de la côte sud d’Odessa, c’est un tremplin nécessaire pour l’opération future russe sur cette ville portuaire. Pour la même raison, l’élimination du contrôle russe de l’île des Serpents devient importante pour Kiev.

Si l’armée ukrainienne reprend le contrôle de l’île, elle peut non seulement assurer la sécurité aérienne et maritime près d’Odessa, mais aussi être utilisée pour l’approvisionnement en matériel militaire de l’OTAN par voie maritime. Bien que l’île des Serpents ne fasse qu’une fraction de kilomètre carré, son importance pour le contrôle des voies maritimes de l’ouest de la mer Noire ne fait aucun doute.

Si les Russes y installent leurs systèmes de défense aérienne à longue portée, ils contrôleront la mer, la terre et l’air dans la partie nord-ouest de la mer Noire et dans le sud de l’Ukraine. Cela donnerait également aux troupes russes la possibilité de pénétrer en Transnistrie, le territoire séparatiste moldave sous contrôle russe qui se trouve à côté de l’Ukraine, non loin d’Odessa. Les États-Unis travaillent fébrilement à la création d’une « autre Ukraine » anti-russe en Moldavie, dont le président et les hauts fonctionnaires ont la double nationalité américaine et cherchent à adhérer à l’UE et à l’OTAN.

L’île des Serpents n’est qu’à 45 km des côtes de la Roumanie, un membre de l’OTAN où l’alliance a déployé une force terrestre estimée à 4 000 soldats provenant des États-Unis, de l’Allemagne, de la France, du Royaume-Uni, de la Pologne, etc. L’île des Serpents se trouve également près de l’embouchure du Danube, qui délimite la frontière entre la Roumanie et l’Ukraine. Les analystes militaires ont souligné que les troupes russes sur l’île des Serpents pourraient être en mesure de contrôler le trafic dans le delta du Danube, la porte d’entrée de l’Europe du Sud-Est. Le port roumain de Constanta, sur la mer Noire, n’est pas très loin au sud.

Il est clair que l’implication des États-Unis et du Royaume-Uni dans la planification et la conduite des tentatives répétées de l’Ukraine pour reprendre le contrôle de l’île des Serpents montre qu’ils ont donné à cette île un statut vital et presque mythique dans la guerre. Tout déploiement par la Russie d’un système de missiles S-400 sur l’île des Serpents mettrait bien entendu en danger le flanc sud de l’OTAN.

Il suffit de dire que la présence permanente de l’OTAN en mer Noire et son expansion future vers le Caucase et les régions de la Caspienne et de l’Asie centrale resteront problématiques tant que la Russie contrôlera l’île des Serpents.

L’île des Serpents incarne le caractère désespéré de la guerre en Ukraine. La Russie ne pourra pas mettre fin à son opération, même après une victoire dans la bataille du Donbass. Il est peu probable que Kiev demande la paix. Kiev se prépare sérieusement à une contre-offensive, une fois que les armes lourdes arrivant des États-Unis seraint déployées.

Kharkiv n’est qu’à 40 km de la frontière russe et les forces ukrainiennes ne sont pas disposées à y renoncer. Dans le sud, Kiev s’engage à reprendre les régions de  Zaporojié, Kherson et Mykolaiv, que les Russes prévoient d’intégrer. Les forces ukrainiennes sont bien installées à Odessa. Il est clair que l’OTAN se prépare à une grande bataille pour Odessa. La bataille en cours pour l’île des Serpents est symptomatique de cela.

Les deux systèmes d’armes américains qui pourraient changer la donne dans la bataille pour l’île sont les missiles antinavires Harpoon et les systèmes de roquettes d’artillerie à haute mobilité (HIMARS). Alors que les Harpoon pourraient aider les Ukrainiens à couper l’île des Serpents de tout réapprovisionnement par voie maritime, les HIMARS pourraient leur permettre de bombarder l’île à volonté.

La flotte de la mer Noire (Russie) contrôle toujours la mer Noire et les Russes ont apparemment réussi à expédier un système de défense aérienne Tor sur l’île des Serpents. Mais cela pourrait changer dès que la livraison par les États-Unis de lanceurs montés sur camion pour les missiles antinavires Harpoon atteindra l’Ukraine. Le Harpoon a une portée de 150 km ou plus. Les HIMARS peuvent tirer des roquettes M30 à une distance de plus de 70 km, ce qui est plus que suffisant pour atteindre l’île des Serpents.

Il est certain qu’une longue guerre nous attend et qu’elle ne peut pas réellement se terminer sans l’effondrement de l’État ukrainien et une capitulation totale. Très certainement, les Ukrainiens vont renouveler leur assaut sur l’île des Serpents.

Il est évident que, contrairement à la région orientale, le sud de l’Ukraine est la priorité dans les plans de l’OTAN.

M.K. Bhadrakumar a travaillé au sein du corps diplomatique indien pendant 29 ans. Il a été ambassadeur de l’Inde en Ouzbékistan (1995-1998) et en Turquie (1998-2001). Il tient le blog Indian Punchline et contribue régulièrement aux colonnes d’Asia Times, du Hindu et du Deccan Herald. Il est basé à New Delhi.

Traduction et note de présentation Corinne Autey-Roussel
Photo : Île des Serpents / Wikipedia

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :