Étiqueté : Sanctions

Libye : « America is Back »

Contrairement aux administrations Obama et Trump, la Libye est un chantier diplomatique et économique significatif pour le Président Joe Biden. Avec en ligne de mire le marché de la reconstruction.

USA-Liban : une politique de sanctions ratée

L’arroseur arrosé ? A la suite d’une action décisive du Hezbollah, les USA sont dans une impasse qui les obligera à lever certaines des sanctions imposées au Liban et à la Syrie. C’est une nouvelle gifle diplomatique pour l’ « Uncle Sam ».

L’Amérique 2.0. après les élections

Comment la Russie voit-elle la guerre civile larvée et les récents troubles sociaux aux USA, et que prévoit-elle en matière de relations internationales après la victoire de Biden ? Une réponse toute en diplomatie de Dmitri Medvedev, à lire entre les lignes.

Pendant ce temps, le Grand jeu énergétique…

Excellente synthèse sur l’une des marottes d’Entelekheia, le retour de la paix au Moyen-Orient via sa reconfiguration et son rattachement à l’Initiative Belt and Road chinoise (nouvelle Route de la soie), outre de précieuses indications sur la nouvelle donne énergétique en progression sur le continent eurasien. Article des Chroniques du Grand jeu.

Une attaque contre l’Iran serait une attaque contre la Russie

Moscou propose une vision diamétralement opposée aux sanctions, menaces et guerres économiques occidentales, qui la rapproche de Téhéran. Et la coopération russo-iranienne va devenir manifeste avec l’exercice naval conjoint prévu par les deux pays dans le détroit d’Ormuz. – Par Pepe Escobar

Démocrates, Trump, art, négociation, négociateur, Iran, accord, nucléaire, JCPOA, diplomatie, novembre, élections, économie, USA, Etats-Unis, Républicains, Congrès, Sénat, Trump, Russiagate, Kavanaugh, Hillary, Clinton,

Politique étrangère des USA : Trump entretient des illusions dangereuses sur l’Iran

Ce n’est pas la première fois que l’Amérique jauge un autre pays à l’aune de ses propres valeurs et se trompe lourdement. Cette fois, c’est l’Iran que Trump entend soumettre à sa volonté – ou plutôt, c’est un Iran faible fantasmagorique, et non le véritable Iran, dont la réalité contredit quotidiennement ses illusions. Jusqu’où tout cela peut-il aller ?